in ,

Une footballeuse voilée shoote contre les préjugés à Dubaï

Ses crampons aux pieds, Lena Rodgers, une Britannico-syrienne résidant à Dubaï, a indéniablement trouvé « chaussure à son pied » sur la verte pelouse dont elle a fait son terrain de jeu de prédilection, shootant dans un ballon rond avec une passion intacte depuis ses neuf ans, revêtue d’un hijab qui fait délibérément obstruction aux préjugés les plus tenaces.

Ne comptez pas sur cette cadre de l’Internet le jour, et joueuse de football le soir et le week-end, dotée d’un joli jeu de jambes qui en épate plus d’un, pour alimenter les clichés qui ont la vie dure, à l’intérieur comme à l’extérieur des stades, et c’est forte du soutien indéfectible de ses parents, ses supporters de la première heure, qu’elle les balaie avec dextérité.

Si sa famille élargie continue de poser sur elle un regard au mieux intrigué, au pire réprobateur, Lena Rodgers, désormais précédée par sa ténacité à toute épreuve et ses dribbles virtuoses qu’elle a perfectionnés au lycée de Dubaï, s’est toutefois imposée aux yeux de tous, et au-delà de sa propre personne, a réussi à banaliser l’idée selon laquelle être femme, musulmane, et footballeuse voilée à la fois n’est pas une hérésie ou une vue de l’esprit…

Elle a le feu sacré pour le football et il n’est pas né celui qui pourra l’éteindre, la jeune femme, dénicheuse de talents dans l’âme, ayant endossé sa nouvelle casquette d’entraîneur avec toute l’ardeur qu’on lui connaît : “Je coache actuellement des  fillettes et des adolescentes et j’ai à cœur de leur enseigner le football autrement, sur un plan technique et pédagogique, afin qu’elles puissent être plus performantes que moi au même âge. Le fait d’initier au sport roi, largement dominé par les hommes, cette nouvelle génération de jeunes filles musulmanes est un signe très positif, cela prouve que les mentalités ont évolué au Moyen-Orient”, a-t-elle confié, en mesurant le chemin parcouru depuis son passage très remarqué en ligue amateur, au sein de l’équipe victorieuse Arabian Leopards qui remporta haut la main le championnat de l’Association de football féminin de Dubaï.

Portant haut les valeurs du sport, Lena Rodgers, après avoir fait sensation dans une ligue mixte de football, une nouvelle tendance depuis 2014, et impressionné ses adversaires masculins, ne cesse de louer les mille et une vertus du ballon rond dès que l’occasion lui en est donnée : “Le football apprend le travail d’équipe, l’effort, la gestion du stress, favorise la réflexion, la concentration, incite au dépassement de soi, au respect de l’adversaire”, décrit-elle, intarissable, avant de s’exclamer : “Et puis, la pratique de ce sport rend heureux, et me rend tellement heureuse !”.

Jouer un jour en tant que professionnelle à Dubaï est un doux rêve auquel elle s’accroche toujours, refusant d’y renoncer d’autant plus qu’il y a une forte demande pour multiplier les Coupes de football féminin et qu’il n’est plus rare de voir des « onze » composés entièrement de footballeuses voilées. De quoi lui donner des démangeaisons dans les jambes et sous ses crampons…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tensions diplomatiques entre l’Algérie et l’Allemagne

Une mosquée construite il y a plus de 100 ans découverte à proximité de Berlin