in ,

Etats-Unis : la dextérité d’une jeune basketteuse voilée enthousiasme les réseaux sociaux américains

Ses qualités de dribbleuse crèvent l’écran, au point de se demander si elle n’est pas née avec un ballon orange dans les mains, Jamad Fiin, une jeune américaine d’origine somalienne, a littéralement emballé les réseaux sociaux de l’autre côté de l’Atlantique.

Il n’aura fallu que quelques heures à cette prometteuse basketteuse voilée pour impressionner l’Amérique, au-delà de la ville de Boston où elle réside et évolue en Division III, et susciter un incroyable engouement… qui la dépasse aujourd’hui. Sa vidéo virale a enregistré plus de 2,3 millions de vues en une seule journée !

Dribblant et jonglant avec les pieds et les mains, exécutant des rotations parfaites, la tournoyante Jamad Fiin a certes montré son extraordinaire dextérité devant l’objectif, mais pas seulement. Elle a aussi et surtout fait l’éclatante démonstration qu’être musulmane, attachée à ses valeurs et coiffée d’un hijab n’était en rien incompatible avec la pratique sportive, en l’occurrence en compétition.

« Que pensez-vous de ma prestation ? », a-t-elle demandé sur Twitter, sans imaginer que cette simple question allait entraîner un flot de commentaires élogieux.

Publicité
Publicité
Publicité

Mais sous ce flot de compliments a toutefois jailli l’inévitable controverse, aux relents nauséabonds, visant sciemment son islamité visible.

Elle s’est cristallisée autour du surnom pour le moins inapproprié dont certains internautes malintentionnés ont affublé Jamad Fiin : « Allah Iverson », en référence à Allen Iverson, l’une des icônes du basket US. Des esprits bien mal inspirés n’ont pas manqué de leur emboîter le pas, en proposant d’autres variantes de mauvais goût, telles que « Mecca Jordan » ou encore « Muslim Johnson »…

Le journaliste sportif Mohammad Islam a été l’un des premiers à s’en émouvoir, considérant le sobriquet « Allah Iverson » comme particulièrement « offensant ». « C’est totalement inapproprié et très offensant », s’est-il indigné, renchérissant : « Les musulmans prennent leur religion au sérieux et le Shirk est l’un des crimes les plus graves de la foi. Avoir un surnom comme celui-là est offensant pour elle et ses co-équipières musulmanes ».

Bien que sensible à la vile controverse que sa vidéo a déclenchée, Jamad Finn lui a apporté la plus belle des réponses : elle a virevolté de plus belle sous les paniers avec son ballon orange dans les mains.

 

Publicité
Publicité
Publicité

 

 

 

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Au Maroc, les habitants veulent développer le tourisme lié au cinéma

Entretien avec l’ancien espion Alain Chouet : Interrogations autour de l’assassinat du général iranien Ghassem Soleimani