in

La première candidate voilée de Slovénie en lice pour l’Europe, contre tous les préjugés

C’est certainement la Bosniaque la plus célèbre de Slovénie, et qui sait, peut-être demain, la députée européenne voilée qui inaugurera une nouvelle ère politique au sein du club des 28, Faila Pašić-Bišić, consacrée en 2007 « personnalité européenne de l’année pour l’égalité des chances », compte bien ne pas s’arrêter en si bon chemin, habituée, depuis son plus âge, à transcender les vicissitudes et les obstacles qui ont jalonné son parcours unique.

A la veille du scrutin décisif qui décidera de son avenir, dans le saint des saints du pouvoir législatif de l’UE ou pas, l’infatigable militante du droit à la différence, née dans une famille musulmane originaire de Bosnie-Herzégovine qui était venue chercher du travail dans ce qui s’appelait encore la Yougoslavie, a toujours revendiqué fièrement sa singularité. La double discrimination liée à ses origines étrangères et très modestes, ainsi qu’à son islamité, sans oublier le sexisme ambiant, l’ont frappée à maintes reprises, sans jamais toutefois la faire renoncer à aller de l’avant.

La fille d’immigrés démunis, qui ne pourra jamais effacer de sa mémoire le douloureux souvenir de l’humiliation infligée par sa terre d’accueil, la reléguant d’office au statut peu enviable de citoyenne de seconde zone, tandis que ses premiers pas dans la vie active la marquèrent au fer rouge de l’inemployabilité en raison de son voile, a compris très tôt qu’il lui faudrait se forger une carapace et se battre deux fois plus que les autres pour faire respecter ses droits fondamentaux.

C’est dans l’épreuve que Faila Pašić-Bišić a puisé sa force exceptionnelle qui lui a permis de s’extraire de l’impasse qui se profilait devant elle, pour se frayer un chemin dans la société civile jusqu’à être récompensée à plusieurs reprises pour son engagement au service des minorités marginalisées et des populations étrangères, à travers sa fondation « UP Charity » dédiée aux jeunes migrants, en recrudescence en Slovénie comme partout ailleurs en Europe.

"Je pense que l’Europe est prête à accepter que des musulmans soient eux aussi élus. Je suis sûre que les citoyens de l’Union sont déjà mûrs pour ce changement, en dépit de la montée de l’extrême-droite dans tous les pays membres", insiste la candidate musulmane qui a foi en l’idéal européen et rêve de poursuivre son action citoyenne au sein de son Parlement, sous les couleurs du parti des libéraux-démocrates « Jelko Kačin » qu’elle représente avec le feu sacré qui l’anime depuis toujours.

Si, dimanche, les urnes parlaient en faveur de la première candidate voilée de Slovénie, le temple législatif de l’UE accueillerait en son sein sa première députée revêtue du voile de la victoire sur les préjugés, et non plus de la discorde, qui saurait faire entendre sa différence face à l’adversité, au profit du combat de sa vie : la situation prioritaire des migrants, les grands laissés-pour-compte de l'Europe, ce Vieux Continent d’immigration, malgré lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eric Cantona se lâche contre Platini, le Qatar et Israël

Lyon: des familles musulmanes reçoivent des dizaines de courriers islamophobes