in

Eric Cantona se lâche contre Platini, le Qatar et Israël

Connu pour son franc parler qui ne s’embarrasse pas de circonlocutions pour dire ce qu’il a sur le cœur, Eric Cantona, le footballeur devenu acteur, n’a pas épargné Michel Platini lors d’une interview accordée lundi, à la Ciotat.

Il faut dire que la phrase malheureuse prononcée par le président de l’UEFA, au sujet des manifestations qui agitent le Brésil à la veille d’une Coupe du Monde de football de l’abondance, voire de la gabegie, a révélé la cruelle indifférence de la bête politique qui sommeille en lui à l’égard de la misère humaine et sociale, mais aussi du contraste saisissant provoqué par la tenue de la plus grande compétition planétaire au pays du roi Pelé.

“Platini attend que la Coupe du Monde se passe bien, mais des gens ont juste besoin d’être entendus, et ils seront entendus grâce à la Coupe du Monde, leurs revendications portent depuis plusieurs mois, dans le monde entier, parce qu’il y a cette épreuve ! C’est un point positif. Evidemment qu’ils vont profiter de la Coupe du Monde, ils ne vont pas attendre qu’elle passe, comme Platini le demande, ça ne servirait à rien”, a lancé Eric Cantona.

Après cette première pique bien sentie, l’ancienne star du Manchester United, qui en avait gardé sous le pied, a taclé Platini de plus belle, lui reprochant d’avoir soutenu le dossier de candidature du Qatar pour la Coupe du Monde 2022, mais aussi et surtout d’avoir autorisé, sourd à la houle d’indignation internationale, le déroulement de la Coupe d’Euro Junior en Israël en 2013.

Une perspective impensable à laquelle Eric Cantona s’était opposé avec force, signant en 2012, avec d’autres personnalités éminentes, un communiqué officiel de protestation qui appelait l’UEFA et son chef de file à un sursaut de conscience et de courage, mais en vain. A la même période et avec davantage de succès, celui-ci avait également soutenu la libération de Mahmoud Sarsak, cette étoile montante du football palestinien dont la vie bascula, en 2009, dans l’horreur de la détention arbitraire et illimitée, arraché brutalement aux siens par l’armée israélienne d’occupation, avant d’être jeté en prison où il croupit pendant trois longues années.

“C’est une bonne chose que ça se passe dans des pays où il est important de développer le football. Mais au Qatar, il n’y a absolument rien à développer, aucun potentiel. C’est un petit pays en nombre d’habitants. Les gens ne sont absolument pas intéressés par ce sport, et ne le seront jamais”, a commenté Cantona, avant de déplorer: “C’est également Platini qui a donné le Championnat d’Europe des moins de 21 ans à Israël, ce qui est tout aussi irrespectueux au niveau des droits de l’homme que de donner une Coupe du monde au Qatar, étant donné la politique d’Israël.”

A voir ou à revoir, ce reportage sur la famille de Mahmoud Sarsak plongée dans le désarroi face à l’emprisonnement inique et insupportable d’un fils, d’un neveu, d’un oncle aimé et promis à un bel avenir footballistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une contravention met en échec des néo-nazis qui avaient envahi une mosquée de Londres

La première candidate voilée de Slovénie en lice pour l’Europe, contre tous les préjugés