in

La mémoire d’un héros musulman du 11 septembre enfin honorée à New York

Près de treize ans après avoir été enseveli sous les décombres du World Trade Center en tentant de sauver des vies, la mémoire de Mohamed Salman Hamdani, un jeune musulman de 23 ans servant dans les rangs de la police New Yorkaise, est enfin honorée après avoir failli ne jamais renaître des cendres de la suspicion de terrorisme.

A l’origine de cette réhabilitation méritée qui salue, tardivement, le courage exemplaire d’un jeune homme, secouriste de formation, promis à un bel avenir dans les forces de l’ordre, se trouve un groupe de fonctionnaires du quartier du Queens Borough qui a bataillé des années durant pour que l’Amérique, traumatisée et en proie à une islamophobie instrumentalisée ravageuse, se souvienne et rende un hommage posthume à son héros musulman injustement méconnu, qui a sacrifié sa jeune existence le 11 septembre 2001.

Un héros maudit qui, bien que portant l’uniforme de cadet de la police au moment de son acte de bravoure, fut longtemps considéré comme un suspect potentiel par sa propre corporation, à la consternation de sa mère, Talat Hamdani, qui était déjà accablée par l’immense douleur de sa disparition et de la recherche désespérée de son corps.

Ce n’est qu’en octobre 2002, période à laquelle les restes de Mohamed Salman Hamdani ont été identifiés, que sa mère, qui relève aujourd’hui la tête, plus que jamais fière de son garçon, de sa témérité et de la haute idée qu’il se faisait de sa mission de sécurité publique, a pu faire son deuil.

"C'est un jour de joie et de victoire", a déclaré cette mère courage, la voix étranglée par l’émotion, alors que la plaque de rue commémorative dédiée à son fils était inaugurée dans la 35ème avenue de New York, à quelques pâtés de maisons où cet ancien sportif, féru de football, a vu le jour et grandi.

"Cette commémoration marque un tournant dans la lutte contre les préjugés et le sectarisme en Amérique. Cette plaque symbolise le fait que les musulmans américains sont aussi des Américains, et que nous faisons partie intégrante de la société", a renchéri Talat Hamdani, dont le dur combat mené en mémoire de son fils défunt a fait honneur à l’extraordinaire sens du devoir de ce dernier.  

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Campagne contre les contrôles au faciès : arrêtez d’être noir ! (mettez du blanco)

Dubaï : le batteur du groupe Scorpions insulte les “musulmans mal-éduqués “