in

La femme voilée, peinte par de jeunes artistes suédois, figure de nouveau sur une fresque murale menacée par la censure…

Il a suffi de quelques pulvérisations de peinture pour gommer un voile honni, apparu sur la fresque murale d’un centre commercial de Malmö censée refléter la diversité locale, et à nouveau de quelques pulvérisations pour le faire réapparaître aux yeux de tous, et ne pas laisser la liberté créative piétinée par la censure officielle…

Sollicités par l’hypermarché Burlövs pour réaliser une galerie de portraits géants illustrant la pluralité féconde de la région, culturelle, sociale et générationnelle, deux groupes de jeunes artistes suédois très talentueux se sont attelés à l’ouvrage avec ardeur et passion, dessinant tout naturellement le visage d’une femme voilée aux côtés de celui d’un homme d’âge mûr à la retraite, d’une étudiante, et du visage poupon d'un bambin.

Malheureusement une ombre au tableau est venue ternir cette peinture imposante, évocatrice du vivre-ensemble à Malmö, refroidissant d’un coup l’enthousiasme de ses concepteurs : l’indignation des bien-pensants, celle qui s’émeut d’en haut avant d’imposer son diktat en bas, obligeant les artistes à modifier leur œuvre, à libérer les cheveux sous le hijab qui cristallise les passions, et la direction de la grande surface à se confondre en excuses pour ces coups de pinceaux malheureux… Et au diable la représentation fidèle du multiculturalisme nordique !

  

La peinture retouchée et le hjab passé à la trappe de la censure

Dépités de s’entendre dire « notre centre commercial est laïque » pour justifier la retouche infligée à leur fresque murale, les jeunes artistes de Malmö n’ont pas caché  leur « colère teintée de tristesse » devant l’amputation faite à leur œuvre originelle, se disant à la fois très fiers de la diversité, dont ils sont issus, et de leur peinture.

Une récrimination justifiée qui a sensibilisé Magnus Heberlein, le responsable d’une association anti-raciste, lequel a pris la tête de la fronde pour plaider en faveur du respect de l’œuvre originale et de ses auteurs, en insistant sur l’immense désenchantement suscité par la censure auprès de jeunes gens très prometteurs dont c’était là la première grande réalisation.

"Ces jeunes artistes sont bouleversés par la censure brutale qui a foulé aux pieds leur travail. Nous voulons promouvoir, ici à Malmö, la solidarité et la cohésion, et ces jeunes les ont parfaitement et magnifiquement illustrées", a clamé leur fervent défenseur dont les mots ont eu une forte résonance à l’échelle locale, au point de faire revenir à de meilleurs sentiments ceux qui appelaient à cacher ce voile qu’ils ne sauraient voir, pas même en peinture…

En contemplant la version finale et désormais inaltérable de la fresque murale qui a réussi à vaincre la censure, Pia Jönsson, l’épouse de Magnus Heberlein, y a décelé une autre victoire éclatante : "une victoire pour la démocratie".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etats-Unis : un passager tire froidement sur un chauffeur de taxi musulman, après l’avoir interrogé sur Daesh

Dominique de Villepin s’inquiète de l’état d’urgence, déplorant:”On voudrait confier les clés du pays au FN qu’on ne ferait pas mieux”