in ,

Inde : après avoir détruit une mosquée, un hindou ultra-nationaliste se convertit à l’islam et construit 90 mosquées

L’Inde dirigée d’une main de fer par l’ultra-nationaliste Narendra Modi, où les droits des musulmans sont hargneusement piétinés et les persécutions à leur encontre s’abattent cruellement, n’est pas le cadre idyllique pour avouer au grand jour son inclination pour l’islam, et encore moins sa conversion à la religion honnie.

C’est pourtant à cette confidence à la fois poignante et hasardeuse, qui pourrait l’exposer à de terribles représailles, que s’est laissé aller récemment Balbir Singh, un ancien militant hindou de l’organisation d’extrême droite Vishva Hindu Parishad.

Qui aurait pu imaginer que ce nervi, assoiffé de vengeance, qui prit part à la destruction de la  mosquée Babri, le 6 décembre 1992, semant la terreur dans la localité d’Ayodhya où elle avait été édifiée au 16ème siècle sur ordre de l’empereur moghol Bâbu, serait à ce point accablé de remords peu de temps après avoir commis un acte sacrilège odieux ?

Publicité
Publicité

Qui aurait pu penser qu’il passerait de l’islamophobie la plus implacable à l’amour inconditionnel d’Allah, après avoir réalisé avec effroi la gravité de son crime et ses conséquences funestes ? Cette violente attaque islamophobe provoqua de nombreuses manifestations et des émeutes intercommunautaires, qui entraînèrent la mort de 2 000 personnes.

« Après avoir détruit la mosquée, nous sommes retournés chez nous et avons été traités comme des héros. La réaction de ma famille, cependant, m’a choqué », a confié celui qui répond désormais au nom de Mohammed Amir. Il a épousé depuis une femme musulmane et dirige une école coranique dans la ville de Hyderabad.

« Tout à coup, j’ai détesté l’ambiance euphorique qui régnait autour de moi et j’ai pris subitement conscience que j’étais hissé sur un piédestal pour avoir démoli une mosquée, une Maison de Dieu, et causé la mort de tant de musulmans. Ma conscience m’a rattrapé et j’ai réalisé que j’avais fait quelque chose de très mal, dont il n’y avait vraiment pas de quoi être fier », a-t-il ajouté, en ressentant toujours le poids de la culpabilité sur ses épaules.

Publicité
Publicité

Pour exorciser ses démons intérieurs et ne plus se laisser emporter par un ultra-nationalisme hindou dévastateur, celui qui s’appelait encore Balbir Singh éprouva le besoin de s’épancher auprès d’un érudit pakistanais.

« Je suis entré en contact avec Maulana Kaleem Siddiqui. Son attitude envers moi et sa compréhension à mon égard, sans jamais me rejeter ou me condamner, m’ont conduit à une introspection. Le 1er juin 1993, j’ai embrassé l’islam », a-t-il déclaré, submergé par l’émotion à l’évocation d’une conversion salutaire à bien des égards, qui l’a fait sortir des ténèbres de la haine dans lesquelles il s’enfonçait inexorablement.

« Après avoir commis l’innommable, j’ai promis de laver mes péchés en construisant 100 mosquées. Je ne suis parvenu à en bâtir que 90 jusqu’à présent  », a précisé le très touchant Mohammed Amir. Encore profondément contrit, celui-ci l’a assuré : il ne trouvera le repos que lorsqu’il aura pleinement expié ses fautes.

Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Lorsque les britanniques ont colonisé le sous-continent indien, les Hindous et Musulmans sont devenus esclaves du colonialisme.
    Quand les musulmans” ont colonisé” l’Inde, ce sont des millions d’Hindous des castes méprisées qui se sont convertis à L’Islam.
    Donc les premiers ont écrasé les Peuples en les préparant au matérialisme sans âme, alors que les seconds ont libéré les Peuples de l’Ignorance et de la déshumanisation. CQFD.

    • Ce personnage te ressemble lorsqu’il subissait la manipulation et la division par la mafia qui le dirige et gangrène son pays….par contre là où tu ne lui ressemble pas c’est qu’il a guérit de ce virus et qu’il a regagné sa conscience et sa liberté de penser comme un HUMAIN digne de ce nom…..quand à vous le chemin est long vers la guérison et la reprise de votre cerveau par sa personne….si un jour ça vous arrive….

      • Je sais et j’essaie de lire le Coran pour guérir. Mais chaque fois que je le fais, je tombe sur des versets qui ne me semblent pas toujours pacifiques. Je lis mal sans doute.

        • Ce n’est pas que tu lis mal mais tu ne lis pas dans le but de comprendre mais dans le but de pouvoir te défendre de la haine que tu portes et t’emporte alors tu peux lire autant de fois tu n’arriveras jamais à comprendre car tu n’es pas sincère avec toi-même ni avec les autres….

  2. Son acte, de destruction d’une mosquée , était avant sa conversion. Ce musulman n’a rien à se reprocher.

    Maintenant , c’est bien de construire une mosquée, le plus important est de ne pas détruire un temple Hindou.

  3. Ghandi et les plus grands muftis voulaient une Inde unifiée, heureuse et multicultirelle mais malheureusement, les anglo-saxons ont divisé cela en Pakistan et Inde en plus d’imposer un nationalisme raciste et intolérant à l’oxydental par l’entremise de leurs services secrets.
    Espérons qu’il y ait encore plus d’Indiens qui s’éveillent.

      • Vous êtes vraiment d’une nullité absolue mais vraiment nul.La mouvement du Califat était uni avec Gandhi contre les nationalistes soutenus par les anglo-saxons. Donc effectivement, échec et mat le luron :

        Source : en.wikipedia.org/wiki/Partition_of_India
        “La partition de l’Inde en 1947 fut la division de L’Inde britannique en deux états indépendants, L’Union de l’Inde et le Dominion du Pakistan.[3] L’Union de l’Inde est aujourd’hui la République de l’Inde; le Dominion du Pakistan est aujourd’hui la République Islamique du Pakistan et la République populaire du Bangladesh. ”
        “L’Inde britannique se composait des régions du Raj britannique, ou L’Empire Indien Britannique, qui étaient directement administrées par la Grande-Bretagne; d’autres régions, de souveraineté nominale, qui étaient indirectement gouvernées par la Grande-Bretagne, étaient appelées États princiers.”

        Source : en.wikipedia.org/wiki/Khilafat_Movement
        “En 1920, une alliance est conclue entre les dirigeants Khilafats et le Congrès national indien, le plus grand parti politique de L’Inde et du mouvement nationaliste. Le chef du Congrès Mohandas Gandhi et les dirigeants Khilafat ont promis de travailler et de lutter ensemble pour les causes de Khilafat et de Swaraj. Cherchant à augmenter la pression sur les Britanniques, les Khilafatistes sont devenus un élément majeur du mouvement de non-coopération — une campagne nationale de désobéissance civile de masse et pacifique. Le soutien des Khilafatistes a aidé Gandhi et le Congrès à assurer l’unité Hindou-musulmane pendant la lutte. Des dirigeants khilafats tels que le Dr Ansari, Maulana Azad et Hakim Ajmal Khan se sont aussi personnellement rapprochés de Gandhi. Ces dirigeants ont fondé la Jamia Millia Islamia en 1920 pour promouvoir l’éducation indépendante et le rajeunissement social des musulmans.[11]”
        “La campagne de non-coopération a d’abord été couronnée de succès. Le programme a commencé par le boycott des conseils législatifs, des écoles publiques, des collèges et des biens étrangers. Fonctions gouvernementales et abandon de titres et de distinctions.[citation nécessaire]des protestations massives, des grèves et des actes de désobéissance civile se sont propagés dans toute l’Inde. Les Hindous et les musulmans ont collectivement offert de la résistance, qui était en grande partie Pacifique. Gandhi, les frères Ali et d’autres ont été emprisonnés par les Britanniques. Sous le drapeau de Tehrik-e-Khilafat, une délégation de Khilafats du Pendjab comprenant Moulana Manzoor Ahmed et Moulana Lutfullah Khan Dankauri a joué un rôle de premier plan dans toute l’Inde, avec une concentration particulière dans le Pendjab (Sirsa, Lahore, Haryana, etc.).”

        Je vais résumer pour votre cervelle pauvre en neurones : l’indépendance a été divisée par l’entremise des anglo-saxons dushnock. Sans les anglo-saxons, l’union aurait vaincu.

        • c’est bien, vous commencer à citer des sources, maintenant il faut aussi les lires….et vous comprendrai que Jinnah à changer d’avis, entre 1920, et 1940.
          vu que vous n’avez pas regarder le lien que je vous ai mis, je vais faire un copier collé :
          “En 1940, Jinnah en était venu à la conclusion que les musulmans devraient avoir leur propre État et la Ligue musulmane vota la résolution de Lahore demandant une nation séparée. ”
          si cette histoire vous intéresse,il y a livre qui explique plutôt pas mal cette histoire de partition : “cette nuit la liberté”

      • @dubitatif. C’est vous qui avez raison. Votre interlocuteur mélange tout comme d’habitude. Hindous et musulmans ont fait alliance contre la Grande-Bretagne pour obtenir l’indépendance. La colonisation britannique a surtout fini par réactiver les identités hindoue et musulmane et par conséquent leur régulière opposition durant 6 siècles. Car il ne faut pas oublier que l’Inde a été colonisée avant par les musulmans et que les britanniques ont mis fin à cette domination. Bref se superposent le rejet de la colonisation britannique qui unissent hindous et musulmans et le rejet de la colonisation musulmane qui opposent hindous et musulmans, sur fond de montée des identités religieuses. Dans ce contexte, la partition de l’Inde dans le cadre de cette indépendance est bien souhaitée par Jinnah par crainte que les musulmans, minoritaires, ne se retrouvent écrasés au sein d’une Inde majoritairement hindoue. Voir cet article qui évoquent deux thèses, primordialiste et artificialiste, de la partition indienne : https://www.lemonde.fr/ete-2007/article/2007/08/04/la-monstrueuse-vivisection-de-l-inde_941922_781732.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Commentaires

0 commentaires

Sharaf Haseebullah, la première femme à avoir construit et financé une mosquée en Amérique du Nord

Présidentielle en Algérie : abstention record et manifestations de masse