in

Ibtihaj Muhammad, la première athlète américaine voilée à concourir aux prochains Jeux Olympiques de Rio

C’est avec une aisance confondante que l’Américaine musulmane, Ibtihaj Muhammad, troque sa cuirasse d’escrimeuse hors pair contre ses tenues modestes et élégantes portant la griffe de sa ligne de vêtements « Louella », faisant mouche dans tout ce qu’elle entreprend, jusqu’à entrer dans les annales des Jeux Olympiques en sa qualité de première athlète américaine voilée à y prendre part.

Que de chemin parcouru et d’assauts réussis, au fil de l’épée, depuis ses premiers pas effectués à 13 ans sur une piste exigeante où sa dextérité a fait merveille !

Conciliant avec le même bonheur le maniement du sabre à haut niveau et des études supérieures en relations internationales, cette fine lame multi-médaillée et créatrice de mode très inspirée, transcendée par ses valeurs musulmanes, a brillamment décroché samedi, à Athènes, son précieux visa pour concourir aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, après avoir raflé la médaille de bronze à la Coupe du monde d’escrime.

Le souvenir amer de son forfait lors des derniers JO de Londres, pour cause de blessure à la main, est définitivement effacé par sa magnifique performance qui lui ouvre grand les portes de la compétition la plus prestigieuse au monde, où sa seule présence crée déjà l’événement.

” Je suis tellement heureuse de participer aux Jeux Olympiques sous les couleurs des États-Unis, car je veux prouver que rien ne doit jamais empêcher quiconque d’atteindre ses objectifs prioritaires – ni la race, ni la religion, ni le sexe”, a déclaré avec une belle force de conviction l’étoile montante de l’escrime mondiale, pleinement consciente des devoirs et responsabilités que lui confère son statut de première championne américaine voilée à pousser les portes du Panthéon du sport.

“Je veux donner l’exemple et démontrer que tout est possible avec de la persévérance », a insisté celle qui a toujours placé la barre très haut, tant sur le plan scolaire que sportif, dotée d’un extraordinaire esprit de compétition qui l’a hissée au sommet de l’escrime et dans la cour des grands du stylisme, avec le même goût de l’effort et une exaltation inaltérable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dalil Boubakeur : “Les musulmans ont souffert plus que les autres de la crise”

Interdite à Lyon, “La Journée du Hijab” prend la forme d’un micro-trottoir, riche d’enseignements