in ,

Hong Kong : des citoyens nettoient la plus grande mosquée de la ville, souillée par des canons à eau bleue

Alors que Hong Kong connaît des heures insurrectionnelles tragiques, sa population s’est émue, le 20 octobre dernier, de la souillure infligée à la mosquée Kowloon, la plus grande de la mégapole, par l’irruption de canons à eau qui ont craché de l’eau bleue tous azimuts.

Des canons à eau qui ont brusquement resurgi dans un paysage urbain à feu et à sang, afin de marquer les manifestants pro-démocratie et de faciliter leur identification lors d’interpellations.

En proie à une vive indignation, de nombreux citoyens hong-kongais, oubliant momentanément les violents tumultes qui agitaient leur territoire, se sont rassemblés spontanément pour venir témoigner leur soutien à la communauté musulmane et effacer toute trace laissée par le colorant bleu projeté par la police anti-émeute sur ce phare de l’islam.

Publicité
Publicité
Publicité

L’eau bleue projetée sur la mosquée par des canons à eau

Tandis que le chef de la police se rendait sur place pour présenter ses excuses à l’imam et aux différents dirigeants musulmans, déplorant publiquement un « regrettable accident » , tout en appelant « au calme et à l’unité », une brigade de volontaires non musulmans ne lésinait pas sur l’huile de coude pour nettoyer  la mosquée la plus prestigieuse de la ville, érigée en 1986, son parvis, sa grille d’entrée, ses marches et ses murs.

Leur ardeur à la tâche et la belle générosité qui les animait ont bouleversé les responsables du Conseil musulman de Hong Kong, ainsi que les 300 000 fidèles que compte la cité phare du capitalisme, où la révolte populaire fait rage depuis cinq mois.

Publicité
Publicité
Publicité

« Du fond du cœur, nous, la communauté musulmane, tenons à exprimer notre infinie reconnaissance à tout le peuple de Hong Kong, dont les marques de sympathie, de réconfort et l’extraordinaire élan de solidarité dont il a fait preuve, en participant activement au nettoyage de notre mosquée, nous ont profondément touchés », pouvait-on lire sous la plume émue du Conseil musulman de Hong Kong .

« Fort heureusement, notre mosquée n’est pas endommagée. La seule chose, c’est qu’un tel acte n’aurait jamais dû se produire. Néanmoins, les autorités se sont excusées et nous acceptons volontiers leurs excuses », a déclaré Saeed Uddin, secrétaire honoraire du Fonds de la communauté islamique de Hong Kong.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Rached Ghannouchi, le chef du parti Ennahdha, élu à la tête du Parlement tunisien

Frontière américano-mexicaine : deux chefs religieux, musulman et chrétien, prient pour les familles de migrants