in ,

Hommage à Eva de Vitray-Meyerovitch, convertie à l’islam en 1950

Passée à la postérité, cette brillante intellectuelle française, qui fut tout à la fois responsable du département des sciences humaines au sein du CNRS après la Seconde Guerre mondiale, conférencière, traductrice de Muhammad Iqbal et Jalâl ud Dîn Rûmi, auteure prolifique de plus d’une quarantaine d’ouvrages et spécialiste de la mystique musulmane, embrassa l’islam à l’orée de 1950.

« Lorsque j’ai fait mes premiers pas vers l’islam, après la lecture du livre d’Iqbal, vous pensez bien que cela n’a pas été facile. J’avais été élevée dans la religion catholique par une grand-mère d’origine anglicane. J’avais un mari juif. J’avais le sentiment de faire quelque chose de fou et j’étais parfois d’autant plus désemparée que je n’avais personne pour me guider », confiait-elle en toute sincérité, en mesurant le long chemin initiatique parcouru, semé d’embûches.

Née en 1909, près de Paris, dans une famille catholique issue de la moyenne bourgeoisie dont une partie avait une ascendance aristocratique, Eva de Vitray-Meyerovitch a laissé derrière elle un sillage lumineux, empli du bel islam qu’elle affectionnait tant.

Décédée en 1999, son œuvre permet aujourd’hui à de nombreux Occidentaux d’en comprendre la portée et l’importance pour l’humanité.

Publicité

Le 17 décembre 2008, une cérémonie officielle accompagna la mise en terre du cercueil d’Eva de Vitray-Meyerovitch à Konya, en Turquie, face au mausolée de l’illustre poète persan Jalâl ud Dîn Rûmî, dont elle se passionna pour l’étude de l’oeuvre tout au long de sa vie.

Eva de Vitray-Meyerovitch repose à Konya, près de la tombe de Rûmî, avec son nom musulman, Awa, gravé sur la pierre

« L’islam oblige à reconnaître toutes les communautés spirituelles, tous les prophètes antérieurs. L’islam est le dénominateur commun à toutes les religions. On ne se convertit pas à l’islam. On embrasse une religion qui contient toutes les autres », répétait inlassablement cette chercheuse d’absolu, qui fut l’ambassadrice éclairée du beau visage de l’islam.

Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Merveilleuse femme de science, preuve du syncrétisme de la religion musulmane et de l’ouverture de celle-ci. Que Dieu lui accorde sa Miséricorde infinie et un repos au combien mérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Attaque mosquée Norvège : un fidèle pakistanais de 65 ans salué en héros pour avoir désarmé le terroriste islamophobe

Râbi’a, une mystique musulmane du VIIIe siècle, au-delà du bien et du mal