in

Grégoire de Fournas, député RN, exclu temporairement de l’Assemblée nationale pour ses propos racistes

La sanction exemplaire vient de tomber. Alors que la houle d’indignation soulevée jeudi, dans l’hémicycle, par les propos racistes du député RN, Grégoire de Fournas, qui ne les regrette absolument pas, n’est toujours pas retombée, le bureau de l’Assemblée nationale lui a infligé la peine disciplinaire la plus lourde prévue par le règlement intérieur : la censure avec exclusion temporaire.

Votée à l’unanimité, elle prévoit « la privation, pendant deux mois, de la moitié de l’indemnité parlementaire allouée au député », stipule le règlement de l’Assemblée. Par ailleurs, elle « entraîne l’interdiction de prendre part aux travaux de l’Assemblée et de reparaître dans le Palais de l’Assemblée jusqu’à l’expiration du quinzième jour de séance qui suit celui où la peine a été prononcée ».

Publicité
Publicité
Publicité

« Qu’il retourne en Afrique ! », a lancé Grégoire de Fournas de manière tonitruante sous la coupole du Palais Bourbon. On peut à présent lui retourner le compliment : que ce député indigne retourne donc, lui-même, dans son Médoc natal, sous l’opprobre général !

Le député LFI Carlos Martens Bilongo, cible du racisme de Grégoire de Fournas

Nous portons à votre connaissance le communiqué du MRAP :

« Qu’il retourne en Afrique », au pluriel ou au singulier ? Dans tous les cas, les propos tenus par Grégoire de Fournas, qui les assume, sont ignobles et éminemment racistes.

Cela ne saurait étonner compte tenu de l’appartenance politique de leur auteur et de ses prises de positions. Quoique pas étonnants, ils demeurent révoltants. Le Rassemblement national reste, en dépit des tentatives de normalisation de ce parti d’extrême droite, profondément raciste et xénophobe.

Un pas avait été franchi dans la banalisation de la haine avec l’élection de 89 députés RN. Un autre vient de l’être, avec ces propos proférés en plein débats à l’Assemblée nationale, alors que le député Carlos Martens Bilongo avait la parole.

Le MRAP témoigne de son entier et plein soutien. Cette saillie raciste ne peut évidemment rester impunie et doit conduire à une réflexion pour que des actions soient menées afin de freiner cette propagation haineuse au sein même de nos enceintes de débats démocratiques.

Dans l’immédiat, le MRAP demande la levée de l’immunité parlementaire et la sanction immédiate de l’auteur de ces propos. Sa commission juridique dépose une plainte. Le MRAP réitère également la nécessaire application de la sanction d’inéligibilité des auteurs d’actes ou de propos racistes. C’est non seulement une nécessité mais une impérieuse urgence.

Publicité
Publicité
Publicité

 

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Bien que ce deputé soit caché derriere un jeux de mots, il disait que sa phrase etait au pluriel et non au sungulier,

    Et puisque le Bureau ne peut pas prouver le contraire de ses dires, il n’a pas le droit de le sanctionner , seul Allah juge les coeurs.

    Dans la charia, les hommes respectent l’ordre.
    En république, l’ordre se fait respecter.

    Chez moi, chaque personne, pour ne pas etre piétiné, se fait respecter.

    Je n’ai pas encore rencontré, de ma vie, une personne respectée, tout le monde se fait repecter.

  2. C’est un élu. Élu pour ses convictions aussi répugnantes soient-elles.

    Il faut savoir qu’il n’a pas été exclu pour ses propos, mais pour sa maladresse, c’est à dire qu’il a exprimé de façon moins hypocrite ce que la majorité des élus français pense!
    Le racisme est valorisé massivement en France et banalisé, pourvue qu’il s’exprime de façon insidieuse, dans les règles de l’art.

    Alors faut surtout pas se féliciter de cette exclusion temporaire.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Homo œconomicus vs Homo islamicus

Le grand imam d’Al-Azhar lance un vibrant appel au dialogue entre tous les musulmans