in

Des dignitaires musulmans et chrétiens appellent à la coexistence interreligieuse au Caire

Egypt's Grand Imam of al-Azhar Sheikh Ahmed Mohamed al-Tayeb (C) Egypt’s former interim president Adly Mansour (R), and Leader of Egypt's Coptic Church, Pope Tawadros II (L) of Alexandria arrive to attend a conference titled '’Freedom and citizenship’’ hosted by Al-Azhar, one of the leading Sunni Muslim authorities based in Cairo, on February 28, 2017. Top Muslim and Christian clerics in the Middle East met in Cairo for a two-day conference on promoting co-existence, as sectarian conflict continues to ravage the region. / AFP PHOTO / Khaled DESOUKI

Devant un aréopage composé de dignitaires religieux du Moyen-Orient, musulmans et chrétiens, la coexistence pacifique entre les religions dans cette région du monde minée par les conflits confessionnels a été largement débattue au Caire jusqu’à ce mercredi, dans le cadre de la conférence de haut vol initiée par Al-Azhar, la prestigieuse institution de l’islam sunnite.
A l’heure où des dizaines d’Egyptiens chrétiens ont déserté le nord de la péninsule du Sinaï, fuyant devant les offensives sanglantes conduites par Daesh, Al-Azhar redouble de virulence dans sa condamnation de la folie meurtrière de ses combattants, les accusant de « souiller l’image de l’islam », tout en se rangeant résolument du côté de ceux qui prônent un «  islam modéré » et se font les chantres du dialogue avec les chrétiens et de la paix.
« Exonérer les religions du terrorisme ne suffit plus, face à ces défis barbares », a lancé le cheikh d’Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb, en tirant la sonnette d’alarme, avant d’appeler à dépasser urgemment « le manque de confiance et les tensions persistantes entre les dirigeants religieux qui n’ont plus aucune justification aujourd’hui: si la paix ne se réalise pas d’abord entre ceux qui la prêchent, ils ne peuvent pas la transmettre aux individus ».
Le pape copte orthodoxe Tawadros a, pour sa part, exhorté à « lutter contre l’idéologie extrémiste avec une idéologie éclairée ». « L’Egyte et la région ont souffert de l’idéologie extrémiste, qui résulte d’une compréhension erronée de la religion qui a conduit au terrorisme », a-t-il insisté, en présence du patriarche maronite Mgr Bechara Raï.
En Egypte, la branche locale de Daesh a plus que jamais la minorité copte dans son viseur, après avoir revendiqué, en décembre, un attentat suicide contre une église copte orthodoxe du Caire qui a coûté la vie à 29 personnes.

Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. l’amitié et l’alliance islamochretienne c’est ce que voulait le profete mohamed deja en 628 ,dans le monde entier et jusqu’a la fin du monde
    voir sur google :1 amitié islamochretienne désirée par muhammad
    2 l’islam condamne le terrorisme
    3 etre bon avec les non musulmans pacifiques
    le probleme n’est donc pas l’islam ,c’est une religion de paix !

    • La Réunion est exemplaire et les deux communautés prennent La Défense des populations chrétiennes massacrées par des terroristes dirigés par les forces de l’Anté Christ. Tout comme , lors de la seconde Guerre , sa Majesté Mohammed VI avait pris la défense de ses sujets juifs marocains ,alors qu’en Algérie les Ulémas agissaient de même vis a vis de leurs concitoyens hébris . Ce qui ne fait pas pour autant qu’en toute circonstance Musulmans ou Chrétiens soient des hommes de paix.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Halima Aden, le premier mannequin voilé de la Fashion Week à New York

Macron se prend un œuf au Salon de l’agriculture