in ,

Détermination du début et de la fin du Ramadan : deux ans de cacophonie…

Une problématique ancienne jamais résolue

La communauté islamique n’a jamais été capable de jeûner ensemble depuis l’expansion de l’islam aux premiers siècles. La raison est simple, la détermination du premier et du dernier jours de jeûne n’était pas établie par des sciences catégoriques. C’est la raison pour laquelle dans de nombreuses traditions le Prophète (paix et bénédiction sur lui) simplifie la pratique du Ramadan en demandant aux musulmans d’observer le croissant à l’œil nu.

Plusieurs siècles plus tard la problématique n’est toujours pas résolue, par exemple en 1988 (comme en 2013) les musulmans du monde divergeront sur le début du Ramadan, trois dates seront annoncées. En France (comme partout dans le monde), ces annonces différentes perturbent les musulmans et sont utilisées par certaines fédérations nationalistes liées aux consulats afin de maintenir une certaine hégémonie sur la communauté musulmane de France qui ne peut évoluer dans le bon sens à cause d’annonces divergentes.

Ce qui nous amène, de fait, à nous poser la question de la pertinence d’un entêtement autour de la vision seule pour déterminer le début du mois de Ramadan. Les visions peuvent être erronées et donc multiples, le calcul astronomique est sûr et certain, car il détermine une date unique de début du mois lunaire avec une erreur de l’ordre de 0.00001 seconde.

Une solution pragmatique qui réalise l’intérêt de la communauté

Que le calcul soit un calcul absolu, c'est-à-dire la détermination du moment de la conjonction lunaire (alignement de la terre, du soleil et de la lune, cette dernière étant entre le soleil et la terre) ou qu’il permette d’obtenir des zones de visibilité du croissant quelques heures après la conjonction, nous estimons qu’il nous permet de régler le problème des annonces multiples et fausses. De plus, pour nous musulmans d’occident, nous vivons dans une société qui a atteint un haut niveau d’organisation, comment peut-on encore se satisfaire d’annoncer le début ou la fin du mois de Ramadan la veille ? Les avantages à déterminer les dates à l’avance sont innombrables :

-Le jeûne du mois de Ramadan est le 4ème pilier de l’islam, déterminer une date sûre et certaine afin que les musulmans débutent ensemble sans manquer le moindre jour est primordial.

-Simplifier la prise de jours de congés (notamment pour l’aïd)

-La location de salles (et du matériel audiovisuel nécessaire) nous permettant d’organiser la prière de l’aïd (ou des tarawih) en commun.

-L’organisation d’activités festives (location de jeux gonflables par exemple) pour le jour de l’aïd-al-fitr afin que nos enfants vivent ce jour dans la joie.

Nous qui sommes organisés dans toutes les dimensions de notre quotidien, il est grand temps de mettre de l’ordre dans l’organisation de nos pratiques !

Faut-il ajouter que l’islam vise à réaliser l’intérêt de l’être humain ici-bas et dans l’au-delà? Dans ce cas pourquoi n’accepterions-nous pas de réaliser notre intérêt dans l’organisation du culte ?

Ramadan 2013 : une cacophonie savamment orchestrée

En 2013 les grandes fédérations responsables de la gestion du culte musulman en France se rassemblent et décident d’un commun accord de créer un calendrier lunaire basé sur le calcul astronomique.

Bien entendu ces fédérations se basent sur un organe connu et reconnu en matière de jurisprudence islamique qui est le « Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR) » qui lors de sa 19ème session qui s’est déroulée du 30 juin au 4 juillet 2009 à Istanbul, au sujet de la détermination par le calcul astronomique du début des mois lunaires, a réaffirmé qu’il s’agit d’une décision valable et acceptable d’un point de vue jurisprudentiel. Elle est d’autant plus recommandée, qu’elle est susceptible d’unifier la communauté musulmane et de contribuer à la réalisation des objectifs escomptés et des finalités visées, telles la détermination des fêtes et la régulation des gens dans leurs affaires de la vie courante. Notamment, dans ces pays où l’on exige des musulmans d’avoir des dates fixes pour leur accorder les jours de repos nécessaires à la célébration de leurs fêtes religieuses. Cette décision s’inscrit dans un parfait accord avec les finalités de la jurisprudence et avec les intérêts du pays et des gens.

Les référents religieux des fédérations composantes du Conseil Français du Culte Musulman CFCM, ainsi que des spécialistes des données astronomiques, se sont retrouvés à Paris, le jeudi 9 mai 2013, pour finaliser la mise en place d’un calendrier lunaire basé sur le calcul et conforme aux principes et aux finalités du droit musulman. Cette initiative a été prise sur la recommandation insistante de ces fédérations qui œuvrent activement pour l’unité des Musulmans de France.

Le premier jour du Ramadan a été annoncé pour le mardi 9 juillet 2013 (la conjonction lunaire eut lieu le 8 juillet 2013 à 7h14 GMT, le croissant fut visible en Polynésie française le 8 juillet 2013) et le jour de la fête de rupture au 8 aout 2013. La date du début sera confirmée à l’unanimité des instances la veille du Ramadan, le 8 juillet 2013 à la mosquée de Paris avec la présence des représentants des grandes instances gérant le culte en France, Dalil Boubaker, Amar Lasfar, Mohamed Moussaoui.

L’Arabie Saoudite et d’autres pays musulmans commenceront le jeûne le 10 juillet 2013, ce qui perturbera les musulmans de France. Ce qui grossira la perturbation est le fait que le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, reviendra sur la décision de débuter le ramadan le mardi 9 juillet 2013, et plus tard le RMF (Rassemblement des Musulmans de France) en fera autant.

Sur le plan local, dans beaucoup de mosquées et sur les réseaux sociaux, la polémique enfle au point de créer une panique incommensurable chez les fidèles.

Il est à noter que certains médias et prédicateurs, s’inscrivant dans la mouvance littéraliste, ne comprenant pas toujours les enjeux politiques et les manipulations qui sont sous-jacentes à cette question, arguent qu’il faut absolument observer le croissant lunaire pour débuter le jeûne conformément à une certaine compréhension des sources scripturaires. Ces prises de position ont alimenté une cacophonie sans précédent. Nous notons qu’ils n’ont jamais appliqué l’opinion qu’ils prônent avec cohérence et nous le démontrerons.

Ainsi les musulmans de France débuteront le ramadan le 9 juillet 2013 ou le 10 juillet 2013 dans la division.

Pourtant les données astronomiques confirment la date du 9 juillet 2013 sans l’ombre d’un doute (visibilité du croissant aisément en Polynésie française).

 

Figure 1: carte de visibilité du 8 juillet 2013

 

Le 6 août 2013, l’Arabie Saoudite, après avoir jeûné 28 jours annonce la nuit du doute ! C’est un tollé général en Arabie puisqu’il est impossible de ne jeûner que 28 jours ! Devant la contestation de certains religieux le gouvernement saoudien fera marche arrière et annoncera la nuit du doute pour le 7 août 2013 l’annonce de l’aïd-al-fitr pour le 8 août 2013 suivra. Les pays musulmans qui ont suivi l’Arabie (comme la majorité des musulmans de France) jeûneront donc 29 jours. L’honneur est sauf car les fidèles ont jeûné un mois complet. Pour autant, il est à noter une incohérence qui n’admet aucune justification rationnelle, l’Arabie Saoudite et ses suiveurs en France ont refusé de jeûner le mardi 9 juillet 2013 prétextant que le croissant n’était visible qu’en Amérique du sud, pour autant après 29 jours de jeûne, ils célèbrent l’aïd-al-fitr et à nouveau le croissant n’est visible qu’en Amérique du Sud.

Pourquoi refusent-ils de jeûner sur un calcul de visibilité du croissant au niveau mondial, et acceptentils de rompre sur ce même critère ?

Nous comprenons aisément que l’Arabie s’est trompée sur l’annonce du début du Ramadan, il eut fallu débuter le 9 juillet 2013 si elle voulait conclure le jeûne le 8 août.

Ou à l’inverse, il eut fallu conclure le jeûne le 9 août 2013 si elle voulait appliquer la règle de la vision du croissant sur le sol saoudien.

Les cartes de visibilité ci-dessous confirment cela aisément, le soir de la conjonction lunaire (le 6 août 2013 à 21h50, le croissant n’était visible aisément nulle part dans le monde) :

 

Figure 2 : carte de visibilité du 6 août 2013

 

Voici la carte de visibilité du croissant le 7 août 2013, c'est-à-dire le lendemain :

 

Figure 3 : carte de visibilité du 7 août 2013

 

Par la grâce de Dieu, les partisans du calcul astronomique jeûneront 30 jours consécutifs, car conformément à l’opinion juridique du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), la naissance du croissant du mois de Shawal eut lieu le mardi 6 août 2013 à 21h50, mais comme il n’était visible nulle part sur Terre, il a fallu jeûner le mercredi 7 août 2013, ce qui donne effectivement un mois de 30 jours pour les partisans de cette méthode. Les musulmans de France ont pu célébrer l’aïd al-fitr ensemble.

Ainsi le Ramadan 2013 fut le ot de polémiques incessantes, mais il est à noter que l’incohérence est du côté de ceux qui ont débuté le Ramadan le mercredi 10 juillet 2013, refusant le calcul de visibilité mondiale pour le début du mois et l’acceptant pour le conclure. Pour quelle raison ? Pourquoi changer de critère en cours de mois ?

On voit sur la carte de visibilité ci-dessus que le croissant lunaire n’était visible ni en France ni en Arabie Saoudite ni dans le Maghreb le soir du 7 août 2013.

Lors du Ramadan 2014 nous vivrons exactement la même chose, cette fois-ci les partisans du calcul astronomique ayant redoublé de pédagogie pour expliquer la cohérence et le bien-fondé de cette opinion. Certains musulmans se constitueront en observatoire lunaire de fortune (OLMF) afin de déterminer les dates du début et de la fin du Ramadan 2014 en observant depuis plusieurs villes en France. Encore une fois, ils ne suivront pas leurs observations, comme toujours le comble du littéralisme est de tomber dans des contradictions et nous le démontrerons encore une fois.

Ramadan 2014 : le comble de l’entêtement

Deux des instances qui dirigent l’Islam de France (RMF et mosquée de Paris) contredisent l’accord signé en 2013 et estiment qu’il faut annoncer le Ramadan en se basant sur la vision oculaire du croissant lunaire conformément à une interprétation de la tradition prophétique. Cette même interprétation littéraliste qu’ils ne validaient pas l’année précédente. Alors qu’il suffisait de faire preuve de courage et de pédagogie en expliquant aux fidèles le bien fondé des calculs astronomiques, ces instances font dans le populisme et annoncent (après plusieurs hésitations) la « nuit du doute » pour le vendredi 27 juin 2014.

Seulement, la mosquée de Paris n’observera pas la nuit du doute et annoncera le Ramadan aux alentours de 18 heures pour le dimanche 29 juin 2014 (avant le coucher du soleil en France), c’est-à- dire juste après l’annonce de l’Arabie Saoudite.

Le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche annonce le ramadan pour le samedi 28 juin 2014. En effet la conjonction lunaire eut lieu le vendredi 27 juin 2014 à 8h08, il fut possible de voir le croissant en Polynésie le soir même, les cartes de visibilité attestant cela :

 

Figure 4 : carte de visibilité du 27 juin 2014

 

Bien entendu, comme en 2013 et malgré l’erreur qu’ont commise les partisans de la vision oculaire cette année-là, les partisans de la vision annonce le Ramadan pour le dimanche 29 juin 2014 en se basant, disent-ils, sur la vision locale du croissant lunaire. Cette nouvelle règle qui a été fixée ne sera pas respectée à la fin du mois.

L’UOIF ainsi que les fédérations turques débuteront le Ramadan 2014 le samedi 28 juin 2014. L’UOIF ainsi que différentes associations, plusieurs savants et prédicateurs, proposeront un cliché du croissant lunaire pris depuis l’Allemagne le 27 juin 2014 à 12h54, quelques temps après la conjonction lunaire par le biais d’une lunette moderne à infrarouge qui permet de ne plus attendre le coucher du soleil pour voir le croissant lunaire. C’est un cliché pris par l’astrophotographe Martin Elsassër qui fut transmis par le planétologue Smail Mostefaoui.

 

Figure 5 : cliché du croissant du 27 juin 2014 par lunette infrarouge

 

Malgré tous ces arguments et la certitude que le Ramadan avait débuté le samedi 28 juin 2014, les partisans de la vision oculaire s’entêteront et débuteront le jeune le dimanche 29 juin 2014 arguant fait que le croissant n’était pas visible et que les pays musulmans n’ont pas annoncé le début du mois. Nous montrerons qu’ils n’appliqueront pas cette opinion comme en 2013 (que ce soit la visibilité locale ou globale).

Il est à noter que le Yémen et la Côte d’Ivoire ont annoncé le début du Ramadan pour le samedi 28 juin 2014 comme les partisans du calcul astronomique en prétendant avoir vu le croissant lunaire (ce qui était impossible), pour autant les partisans de la vision refuseront l’annonce de ces deux pays. Pour quelle raison ? Seuls Dieu et eux le savent.

Il est possible de refuser l’annonce du Yémen ou de la Côte d’Ivoire, mais dans ce cas, il faut avouer que les calculs astronomiques sont utilisés ! Les partisans de la vision soutiennent que le croissant n’était pas visible en France car l’OLMF ne l’a pas vu, ce qui est véridique. Et même si ils disaient l’avoir vu, nous serions dans l’obligation de rejeter cette prétendue vison car elle serait contraire à plus certaine qu’elle, le calcul. Pourtant à la fin du mois, les partisans de la vision oculaire ne verront pas le croissant sur le sol français (et il n’était pas visible dans le monde musulman non plus) et annonceront, à la surprise générale et sans vergogne, l’aïd-al-fitr après 29 jours de jeûne.

Le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), le Conseil Théologique et Astronomique pour la détermination du Ramadan, organe scientifique et religieux indépendant créé l’an dernier, l’UOIF et les associations turques resteront cohérents et jeûneront un mois de 30 jours conformément au calcul de visibilité mondiale qui donnait un mois de Ramadan de 30 jours pour les partisans du calcul de visibilité.

La conjonction lunaire qui détermine la fin du mois de Ramadan eut lieu le samedi 26 juillet 2014 à 22h42 GMT, or le croissant ne pouvait être visible nulle part ce jour-là, il a fallu jeûner le dimanche 27 juillet 2014.

 

 

Figure 6 : carte de visibilité du 26 juillet 2014

 

Le dimanche 27 juillet 2014 le croissant sera visible aisément à l’œil nu en Polynésie française et en Amérique du sud en l’absence de nuage. L’aïd-al-fitr doit donc être célébré le lundi 28 juillet 2014.

 

Figure 7 : carte de visibilité du 27 juillet 2014

 

Il est à noter que les partisans de la vision oculaire ne pouvaient pas voir le croissant le dimanche 27 juillet après le coucher du soleil, pourtant après avoir jeûné 29 jours ils déclareront l’aïd-al-fitr après l’annonce de l’Arabie Saoudite !

Le croissant était invisible en Arabie et en France ! Pourquoi annoncent-ils la fin du mois ? C’est le comble de l’incohérence et de l’absurdité !

L’OLMF ne verra pas le croissant en France mais pour « préserver l’unité » les membres de cette organisation annonceront également la fin du mois, unité qui fut brisée par les partisans de la vision oculaire en 2013, faut-il le rappeler.

Ainsi en 2014 les partisans de la vision oculaire n’ont respecté aucune règle existante dans le patrimoine juridique islamique pour déterminer le début et la fin du mois. Comme en 2014, ils jeûnent sur la vision locale du croissant lunaire et annoncent la fin du mois, après 29 jours de jeûne, sur un calcul de visibilité mondial. Le comble de la malhonnêteté intellectuelle des partisans de la vision oculaire est la mise à disposition d’un cliché du croissant obtenu par lunette infrarouge, procédé qu’ils avaient déclaré illicite, donc irrecevable pour le début du mois.

La cohérence et la conformité aux opinions savantes est du côté du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), qui avait annoncé les dates de façon précises à l’avance en respectant une règle qui est le calcul de visibilité mondiale, que ce soit pour l’annonce du début du mois ou pour l’annonce de la fin du mois.

Ramadan 2015 : vers une nouvelle incohérence ?

Le croissant lunaire déterminant le début du mois de Ramadan 2015 est né le mardi 16 juin à 14h05 (GMT) toutefois la naissance tardive du croissant (début d’après-midi) ne permettait pas d’annoncer le début du jeûne pour le mercredi 17 juin 2015, ainsi les musulmans de France débuteront le Ramadan le jeudi 18 juin 2015, tous ensemble.

En effet, l’Arabie Saoudite ainsi que les pays du d’Afrique ont annoncé le jeûne pour le jeudi, il était en effet impossible de voir le croissant lunaire ailleurs que sur une île d’Amérique du Sud, à une heure où il était plus de 08h du matin à Paris.

Ainsi l’opinion du CEFR (et du CTADR) ainsi que celle des partisans de la vision (dont nous ne savons toujours pas si cette dite vision doit être locale ou globale) se rejoignent.

 

Figure 8 : carte de visibilité du 16 juin 2015

 

Le comble du ridicule revient à l’OLMF qui avait annoncé l’observation du croissant lunaire pour le mercredi 17 juin 2015, (soit le 29 chaabane selon leur calendrier) mais voyant que l’ensemble des pays musulmans observeront le mardi 16 juin 2015 ils s’aligneront sur cette date. Pourtant, selon le calendrier qui est le leur ils ne doivent pas observer le mardi car il correspond au 28 chaabane 1436. Ce changement de date prouve le peu de pertinence et d’honnêteté intellectuelle d’une telle démarche, d’ailleurs la justification avancée sur la page Facebook officielle de l’OLMF est celle-ci : « Etant donné que pour beaucoup de pays musulmans, le 29 chaabane 1436 correspond au mardi 16 juin 2015, nos observations débuteront donc à partir de ce jour-là.».

Si la méthode de l’observation locale est celle qu’ils ont choisie, il faudrait qu’ils s’y tiennent afin d’être quelque peu crédibles et rigoureux !

 

Figure 9 : 1ère date d’observation annoncée

 

 

 

Figure 10 : 2ème date d'observation annoncée

 

Si en France tout le monde a débuté le jeûne du mois de Ramadan 2015 ensemble, la date de l’aid-alfitr pourrait poser problème.

En effet, la naissance de la nouvelle lune déterminant le mois de shawal aura lieu le jeudi 16 juillet 2015 qui équivaut au 29 ramadan 1436, à 1h24 GMT (dans la nuit de mercredi à jeudi) il reste suffisamment de temps pour que la lune soit visible le soir même comme en atteste la carte de calcul de visibilité du croissant lunaire. Le mois de Ramadan 2015 est donc de 29 jours pour les partisans de l’opinion du CEFR et du CTADR.

 

Figure 11 : carte de visibilité du 16 juillet 2015

 

Ainsi pour les partisans de l’opinion du CEFR et du CTADR, l’aïd-al-fitr aura lieu le vendredi 17 juillet 2015. D’ailleurs, ces deux organisations et d’autres comme le CTMF au sein desquelles oeuvrent des théologiens de renom ont d’ores et déjà annoncé cette date.

Que feront les partisans de la vision oculaire ? En théorie, l’Arabie Saoudite ne verra pas le croissant, la France non plus, ainsi ils se doivent de jeûner 30 jours et de célébrer l’aïd-al-fitr le samedi 18 juillet 2015.

Mais en 2013 et 2014, ils ont célébré la fête de fin du Ramadan sans être capable d’apercevoir le croissant lunaire, contrediront-ils?

Conclusion

Cet article a pour vocation de donner un éclairage sur des faits avérés qui se sont produits ces deux dernières années afin que le musulman puisse se positionner clairement.

Nous appelons à l’adoption d’une règle nous permettant de déterminer les dates de début et de fin du Ramadan à l’avance, afin que la communauté musulmane de France s’organise et puisse jeûner dans l’unité. Nous avons démontré que les partisans de la vision oculaire n’ont jamais appliqué l’opinion qu’ils continuent à défendre, de surcroît en théorie cette opinion maintient le désordre en institutionnalisant la fameuse « nuit du doute » ! Ainsi nous pensons qu’il faut opter pour une règle sûre et certaine qui chasse le doute de façon définitive.

Toutefois l’unité de la communauté prime sur ces débats intellectuels et nous acceptons l’échange, mettons-nous d’accord sur une règle une bonne fois pour toute et appliquons-la indépendamment des avis des pays étrangers afin d’établir notre calendrier en tant qu’entité musulmane française. Peu importe l’opinion juridique qui sera appliquée, pourvu que cette dernière aille dans le sens de l’intérêt général, bien entendu nous défendrons, arguments à l’appui, l’opinion que nous considérons la plus pertinente, à savoir le calcul astronomique absolu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La mosquée qui a voyagé plus de 4 000 km pour arriver dans le cercle arctique (vidéo)

Levée des sanctions en Iran: Total, Peugeot et Renault dans les starting blocks