in

Des bikers américains armés, en ordre de bataille pour débouler devant une mosquée de Phoenix

La mine patibulaire, sur leurs grosses cylindrées enfourchées pour donner des sueurs froides aux fidèles de la grande mosquée de Phoenix, en Arizona, plus de 600 bikers, chauffés à blanc et armés, attendaient le feu vert de leur chef de file, Jon Ritzheimer, pour faire une arrivée fracassante sur le parvis du lieu de culte, vendredi 29 mai.

C’est sur Facebook, l’agora virtuelle riche en faux amis et en cris de ralliement fielleux, que cette petite armée s’est mise en ordre de bataille, répondant, comme un seul homme, à l’invitation lancée par son leader ultra-nationaliste pour participer à un concours de caricatures du Prophète prétendument « pacifiste », au nom de la « liberté d’expression en danger »… Mais la curieuse conception du pacifisme, selon Jon Ritzheimer, cet ex-Marine reconnaissable à sa manière provocante de bomber le torse revêtu de T-shirts « fuck islam », recommandait vivement à ses troupes de débouler avec un petit arsenal… de guerre…

Jon Ritzheimer expliquant tranquillement, sur CNN, l'objectif de sa démonstration de force devant la mosquée de Phoenix

Il faut dire que le premier amendement de la Constitution américaine, qui préserve la liberté d’expression, ne représente que peu de choses au regard du deuxième qui garantit pour tout Américain le droit inaliénable de porter des armes et d’en faire usage le cas échéant, aux yeux de ce fauteur de troubles qui sillonne les vastes étendues américaines sur sa Harley Davidson.

Jon Ritzheimer galvanisant ses troupes

Bien qu’envahi par l’anxiété à l’approche de cette invasion du néo-fascisme à moto, d’autant plus qu’elle a été précédée d’une pluie de lettres ordurièresmenaçant de mort l’imam des lieux s’il ne se tournait pas vers le Christ, le directeur de la mosquée de Phoenix, Usama Shami, a fait preuve d’une ironie mordante qui a fait mouche sur les ondes d’une radio locale : "Tout le monde a le droit de s’exprimer", a-t-il lancé, avant d’enfoncer le clou : "Tout le monde a le droit d'être intolérant. Tout le monde a le droit d'être raciste. Tout le monde a le droit d'être un idiot !".

Outré par cette surenchère dans la provocation islamophobe, l’influent conseil des relations américano-islamiques (CAIR), par la voix de Imran Siddiqi, le responsable de la filiale de l’Arizona, n’a eu de cesse d’exhorter la communauté musulmane à répondre par le mépris. "Nous appelons les membres de la communauté à les ignorer et à rester à l'écart de la zone », a martelé Imran Siddiqi, en clamant haut et fort : Ces sinistres agitateurs ne méritent pas votre attention, ne leur faites pas ce plaisir !".

Serait-ce un mal pour un bien, au bout du compte ?  Toujours est-il que la perspective du déploiement de grande ampleur de ces bikers a donné l’occasion au Cair d’exiger à nouveau des autorités fédérales et étatiques une surveillance accrue des mosquées en Arizona, mais aussi au-delà de l’Etat qui se retrouve aujourd’hui dans le viseur des islamophobes de tous poils. "La promesse d'une forte présence policière lors du rassemblement des membres armés des gangs de motards contribuera à apaiser les craintes de harcèlement et d’agressions contre les fidèles", a indiqué Imran Siddiqi sur un ton rassurant, la veille du vendredi de tous les dangers. "Ce dispositif policier visant à assurer la protection de nos lieux de culte et des fidèles se mettra en place tous les vendredis", a-t-il précisé, en pointant du doigt la responsabilité des médias dans cette exacerbation de la haine : "Les médias et leur propagande contribuent à la montée de l’islamophobie et à la banalisation de ce qui devient une forme acceptable de racisme."

Sur leurs imposants engins vombrissant, les bons petits soldats galvanisés par Jon Ritzheimer en vue de défendre, par la force et en toute impunité, la liberté de calomnier le grand homme de l’islam, sont loin de susciter l’enthousiasme de leurs concitoyens non musulmans, à l’instar de Gregg Hoffman, l’un des nombreux internautes scandalisés, qui les a sérieusement tancés et ridiculisés : "Vous lancez des représailles contre toute une communauté parce que deux personnes (concours de caricatures du Texas) ont tiré sur Pamela Geller, l’une des racistes les plus incultes de ce pays ?!", a écrit ce dernier sur sa page facebook, sous sa plume révulsée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A.Juppé souhaite qu’on arrête de se “focaliser sur le foulard islamique”

BHL victime d’un attentat à la “tarte à la crème” (vidéo)