in

La dépression affecte un nombre croissant d’Algériens

La dépression, ce mal-être du siècle qu’il ne faut pas réduire à un simple coup de spleen, mais considérer comme une vraie maladie ayant des causes profondes, n’épargne pas l’Algérie, où elle se propage en affectant un nombre croissant de personnes.

La réalité sur l’ampleur de ce mal de vivre permanent, qualifié de « dangereux et silencieux » car amenant à broyer du noir jusqu’à faire naître secrètement des pensées et envies suicidaires, a été récemment mise en lumière par des spécialistes réunis à Tizi-Ouzou.

Selon le Huffington Post Maghreb, lors de ce colloque sur la santé mentale qui s’est tenu dans le cadre de la Journée mondiale de la santé,  le psychiatre Abdelkrim Messaoudi a révélé que cette maladie constitue l’une des atteintes mentales les plus fréquentes dans la société algérienne, rivalisant désormais avec les troubles de l’humeur et la schizophrénie.

Déplorant que la dépression fasse encore l’objet de diagnostics qui en minimisent la gravité, quand ils ne la décèlent pas tardivement, voire trop tard, entraînant par là-même un retard préjudiciable dans la prise en charge des patients et l’apparition de complications, le Professeur Messaoudi a dévoilé un chiffre inquiétant : la prévalence de suicide en Algérie est de 15 cas pour 100 000 habitants, d’où la « nécessité de renforcer les moyens de dépistage précoce des maladies mentales qui constitue l’un des moyens de lutte contre le suicide dans la société ».

“Nous insistons sur le rôle du médecin généraliste dans l’établissement du diagnostic de la dépression chez les différentes catégories d’âge avant que des complications apparaissent. Pour cela, ces praticiens devront subir des cycles de formation pour mieux connaître ces affections et leur symptomatologie et orienter de ce fait les malades vers des structures spécialisées”, a-t-il vivement préconisé.

Concernant la prise en charge des pathologies mentales au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou, lieu de cette rencontre médicale de haut vol, le directeur local de la santé et de la population, Bouda Abdennacer, a assuré que les structures d’accueil bénéficient désormais de moyens humains renforcés et des matériels nécessaires à même d’améliorer les prestations et d’aboutir à des résultats plus performants.

13 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Entre des pouvoirs corrompus, un modèle occidental consumériste et individualiste et un islam de pure apparence, l’Algérien comme la plupart des Arabes se retrouve seul face aux eaux glacées du calcul égoïste. Pas de compassion, pas de solidarité, pas de coeur, pas de perspectives de progrès, pas de mystique, une vie sans but, sans racine et sans avenir. Tout cela mène une société vers le suicide (direct ou par voie de pseudo djihad en Syrie), et il en va ainsi de ses membres les plus faibles. Il se trouvera toutefois encore des “savants” pour considérer que le suicidé va en enfer alors que le même ne posera pas la question de la responsabilité de la société et de ceux qui ont amené le suicidé au désespoir.

    • baara, parle pour toi-même, Dieu merci, la solidarité, la compassion, l’entraide, n’est pas un vain dans la société algérienne, tu dois être aveugle pour n’avoir pas vu le nombre de gens qui prie en Algérie, chaque mois, il y a des étrangers qui se convertissent à l’islam !

  2. C’est l’absence de foi en Allah qui laisse un vide dans le coeur des gens, vide dans lequel s’installe le diable.

    Faut pas s’étonner ensuite de voir apparaitre des maladies mentales, que j’appellerais plutôt maladies spirituelles, car ce sont des maladies de l’âme.

  3. « Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint: “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons. »

    “Et quiconque se détourne de Mon Rappel, mènera certes, une vie pleine de gêne”

    “N’est-ce point par l’évocation d’Allah que se tranquillisent les cœurs?”

    «… Sois patient. La fin heureuse sera aux pieux. »

  4. ( La dépression affecte un nombre croissant d’Algériens )

    -Demandez la Raison de cette Dépression des Algériens,

    -à Cheikh Ennaoui de Ennahar Tv !

  5. Salam aleïkoum je lit cette article et je ne comprend pas? Nous sommes des Musulmans nous avons la plus belle des religions nous avons Le Livre” Le Saint Coran ” nous avons l exemple de la plus Belle des Créatures qu Allah nous a envoyer par Sa Miséricorde , Notre Saint Prophéte Muhammad Paix et Salut Sur Lui, si nous ne pratiquons pas sincérement , ne prenons pas Sa vie et son exemple chaque jours, ne nous plaignons pas d Etre dans l Erreur, la course au profit, la médisance qui ronge nos âmes, Revenons a L Essentiel ” la vrai soumission en Allah , on trouvera dans la Foi, la Priére sincére, le Ramadhan qui éduque notre naf et nos mauvais penchants pour des nourritures sophistiquer restons dans la Simplicitée et retrouver la VRAI HUMILI T EE , etre utile a Soi et aux autres. Qu Allah préserve de Sa misericorde La Vrai Umma Islamya… à Mediter wa Salam🙏🏽

  6. La depression n’a rien d’une maladie psychologique .Dépenser de l’argent pour aller voir un psy ne sert à rien.Ce n’est qu’un symptôme d’épuisement chronique.Le sang a du mal à irriguer le cerveau convenablement .Tout ceux ceux qui souffre de dépression c’est à dire un manque de pression sanguine devrait revoir leur alimentation et faire de l’activité physique .

    • La dépression est une vraie maladie, avec son étiologie et différents traitements. Ses symptômes peuvent être une fatigue chronique, l’insomnie, la nausée, l’incapacité à se concentrer, une perte d’appétit, l’isolement social, etc. Sans traitement la dépression peut déboucher sur une psychose, dont celle à caractère suicidaire.

      C’est une maladie complexe. Une des causes possibles est un désiquilibre biochimique au niveau du cerveau (toujours vérifié par une analyse scanner), ou une atrophie de l’hippocampe. Il peut aussi y avoir des causes externes dont les abus physiques et sexuels qui prennent la forme de la dépression, mais des décennies après les faits. Autre cause externe, la consommation de drogues (y compris le cannabis) qui augmente le risque de dépression de 30% à 40% selon les études. Mais comme pour les désordres psychiatriques, il peut y avoir aussi des causes génétiques.

      En effet la dépression n’est pas une maladie “normale” pour ainsi dire. Elle déroute. Et ce n’est pas une raison pour ne pas la prendre au sérieux.

  7. @Baraka,
    Tu as trouvé les vrais mots pour décrire exactement la société algérienne.

    @gowhartaj,
    Tu n’as absolument rien compris à son message… de quels prières tu parles ? les gens prient c’est vrai mais sans aucun fond spirituel, ce n’est que de la gesticulation et de l’exhibitionnisme, de quel entraide tu parles ? Il n’y a pas plus égoïste que la société algérienne, l’entraide quand elle existe se limite uniquement à la sphère familiale on ne pense jamais aux autres sinon les villes et villages ne seraient pas aussi sales, on dirait une immense décharge à ciel ouvert. Les gens balancent leurs déchets par la fenêtre de l’immeuble, ils gardent leur intérieur propre mais ne se soucient guère du confort visuel ou olfactif du voisin.
    L’algérien ne pense qu’à sa petite personne et se fout complètement de ce qui se passe en dehors de la sphère familiale et du malheur des autres, à part pour dénigrer jamais pour soutenir ou compatir à la souffrance des autres.

    Il n’y a aucune solidarité et aucune spiritualité en Algérie c’est pour ça que la dépression et les suicides font des ravages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Grande Mosquée de Birmingham a convié les habitants à prendre le thé contre la haine de l’extrême droite

Explosions visant le Borussia Dortmund : la piste terroriste écartée