in

Debbouze plus que jamais soumis au roi Mohammed VI

Jamel Debbouze, le bouffon du roi Mohammed VI  ne mettra jamais ses "talents" de pitre préféré des bobos parisiens au service d'une critique cinglante  de la monarchie marocaine qu'il vénère particulièrement et dont il est un fidèle sujet.  Réagissant au concept de  «culture propre»  développé par certaines  ministres issus des  islamo-conservateurs du PJD,   le pathétique comique  a affirmé dans le quotidien marocain Les Echos : « Je ne comprends pas comment peut-on parler de ça ? Un artiste ne doit en aucune façon être ligoté. Il doit plutôt être libre ».

Soucieux de la liberté des artistes (surtout ceux qui comme lui  sont soumis aux puissants), le turlupin Debouzze  ne s’est guère manifesté quand Walid Bahomane, un jeune dessinateur en herbe de 18 ans avait été  condamné le 16 février  2012 à  un an de prison ferme et  d’une amende de 10.000 dirhams (1.000 euros), au motif  « d’atteinte à la sacralité de Mohammed VI ». Tout comme Debouzze ne s'est jamais indigné  de  la  terrible répression de son ami le roi qui s'est abattue  sur  les  militants du mouvement du 20 février, partisan d'une authentique démocratie au Maroc.

Si Debbouze s'oppose  à "la culture propre", est-il en revanche favorable à  la notion de "gestion propre" qui n'est pas  l'apanage de  son petit copain le Roi Mohammed VI, un des principaux acteurs de  la corruption   dans ce pays,  qui l'a  propulsé dans le top 10 des monarques les plus riches au monde selon un  classement du magazine américain Forbes. Alors qu’ une majorité du peuple marocain vit avec  dix dirhams par jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Algérie, entre soulèvements arabes et déstabilisation sahélienne

Raz-de-marée électoral pour Sarkozy en Israël