in

Création d’un compte courant « charia compatible » en Belgique

A l’heure où l’Europe, et notamment la France, jettent les bases d’une finance islamique qui apporte un supplément d’éthique, de solidarité et d’efficacité à l'économie conventionnelle, fragilisée par les secousses sismiques d’une crise systémique, la Belgique s'apprête à ouvrir ses portes bancaires au premier compte courant "charia compatible".  

L’événement, initié par la banque Chaabi, filiale européenne du groupe des Banques populaires du Maroc, pourrait prochainement faire date chez nos voisins limitrophes. Selon les premières informations qui circulent à ce sujet, notamment par l’intermédiaire de l’agence catholique belge, un dossier a été adressé à l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA), en mai dernier, à qui il revient maintenant de vérifier si ce produit inédit est bien conciliable avec la législation, avant sa mise sur le marché.

Toujours selon cette agence, ce compte courant  " donnera accès à tous les services bancaires classiques mais se distinguera des autres comptes courants par plusieurs choses : les dépôts seront séparés des dépôts classiques ; aucun intérêt ne sera versé aux souscripteurs". "Afin de remplacer l’intérêt, il y aura un partage des profits et des pertes ; l’argent des clients ne sera pas investi dans des secteurs bannis par la religion musulmane (comme l’agro-alimentaire utilisant le porc ou l’alcool, l’armement, les jeux d’argent…) mais placés dans des opérations socialement responsables avec une exigence de traçabilité précise ; le client devra utiliser l’argent déposé sur un tel compte pour financer un actif réel. Il n’y a pas d’économie virtuelle pour l’Islam. Par ailleurs, des experts en droit musulman devront s’assurer régulièrement de la conformité de la solution financière aux préceptes islamiques", poursuit le communiqué.

Pour nombre d’experts déjà convaincus de son bien-fondé et qui prêchent pour des synergies fructueuses, le modèle de financement fidèle aux préceptes coraniques fait figure à la fois de bouée de sauvetage providentielle, mais aussi d’alternative viable aux déviances spéculatives du capitalisme, et le très grand intérêt qu’il suscite, tant chez les professionnels que le grand public, est à la hauteur des enjeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les opposants israéliens refusent l’invitation de Madonna

Un journaliste syrien se prend un coup de chaussures en direct