in

Corse : deux institutrices cible de la fureur de parents d’élèves pour avoir voulu faire chanter leurs classes en arabe

Traduit dans toutes les langues sans que personne ne s’en émeuve, « Imagine », l’hymne à la tolérance du mythique John Lennon qui a traversé les décennies et les frontières sans en être altéré, a été parasité par de fortes dissonances en Corse, dans la bourgade de 3 400 âmes de Prunelli-di-Fiumorbu, à l’annonce de sa transposition en langue arabe par deux institutrices.

Couverte par les cris d’orfraie de parents furibonds, la belle harmonie de cette chanson culte des années 70 qui devait être fredonnée en arabe, mais aussi en anglais, en français, en espagnol et en corse par une chorale de petits écoliers, en guise de clou du spectacle de la fête traditionnelle organisée le 26 juin, est désormais entachée de la crispation paroxystique qui s’est emparée de certains adultes, jusqu’à menacer les enseignantes à l’origine du projet censé favoriser la paix des ménages…

Attendues à la sortie de leur établissement scolaire, puis apostrophées violemment par une poignée de parents très remontés, les malheureuses femmes qui n’aspiraient qu’à faire résonner cette ode à la paix dans les langues maternelles de leurs jeunes élèves, ont déclenché, bien malgré elles et autour de leur personne, un concert de protestations assourdissant.

Contrainte d’annuler la fête par peur de représailles, au détriment des petits écoliers, incrédules et abasourdis, qui se faisaient une joie de chanter devant leurs parents, la direction de l’école, située dans un village où réside une importante communauté maghrébine, a vivement déploré dans un courrier adressé à l’ensemble des familles  « l'amalgame entre langue et religion ainsi que la désinformation véhiculée par certains parents ». Des parents qui, pour être minoritaires, ont déployé une incroyable énergie pour faire courir le bruit selon lequel « Imagine » devait être entonné en arabe uniquement et leurs chères têtes blondes, comble de l'horreur, obligées d’en apprendre les rudiments !!

« L'espace de neutralité dû aux élèves et la sécurité de personnes ne peuvent être garantis », a expliqué l'équipe enseignante, rappelant que « les choix pédagogiques sont de la responsabilité de l'enseignant dès lors qu'ils respectent les programmes d'enseignement inscrits dans les instructions officielles ». Faisant bloc derrière les deux institutrices et la petite école dans la tourmente, le recteur d'académie, Michel Barat, a fustigé  "l’attitude inqualifiable" de certains parents "contre les valeurs que représente l'école".

La petite école de Haute Corse ne pavoisera pas cette année aux couleurs chatoyantes du vivre-ensemble, et les flonflons de la fête annuelle se sont tus avant même de retentir, muselés par l’expression de la haine, l’heure étant au dépôt de plainte contre X de la part de l’inspection académique de Corse.

Copie du courrier adressé à l'ensemble des parents d'élèves

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le drapeau israélien piétiné par des supporters bosniaques (vidéo)

Le Ramadan avant, pendant et après (humour)