in

Carrefour : un excès de zèle anti-voile en Turquie

Il y a des signes de rupture qui ne trompent pas… L’idylle économique entre Carrefour et la Turquie appartient désormais au passé, laissant place aujourd’hui à la tourmente des affaires avec l’empire turc Sabanci, mais aussi à celle d'une sale affaire de discrimination à l’encontre d’une employée voilée, qui entache irrémédiablement le blason du fleuron français de la grande distribution.

Alors que Georges Plassat, le PDG de Carrefour, envisageait de se retirer du marché prometteur qui lui a fait traverser le Bosphore, un excès de zèle anti-voile, si terriblement français, mais tellement choquant en Turquie, risque fort de précipiter le départ peu glorieux de son groupe.  

En effet, dimanche dernier, une employée voilée du Croissant-Rouge turc (Kizilay), l’infortunée Elif Demirci, s’est vue interdite d’entrée dans un stand aux couleurs de son association par le magasin français situé juste à côté. Un comble ! Depuis le début du Ramadan, Carrefour SA fait campagne commune avec  Kizilay : les clients du supermarché achètent des paquets contenant de la nourriture préparés par le grand distributeur, puis les donnent au Croissant-Rouge turc, dont les tentes sont installées à l'extérieur du magasin.

Selon le quotidien Yeni Safak, le directeur général de Carrefour, aux aguets manifestement, a vu rouge lorsque la femme voilée a tenté de se frayer un chemin dans le stand. Aussi incroyable que cela puisse paraître, son complexe de supériorité teinté d’une aversion contre le voile a fait oublier à ce dernier qu’il était en Turquie, ordonnant à un agent de la sécurité de barrer le passage à l’intruse enfoulardée.  

Sous le choc, la direction de Kizilay n’entend pas en rester là, alors que l’affaire soulève une vague d’émotion en Turquie, et ce, en dépit d'un courrier d'excuses de Carrefour. 

Toutes les spécificités françaises ne sont pas exportables, surtout si elles exhalent les valeurs du Sarkozysme en plein coeur d'un pays musulman, qui n'a toujours pas digéré la loi mémorielle sanctionnant la négation du génocide arménien que la démagogie de l'ex-locataire de l'Elysée a tenté de faire passer en force, dans un dernier baroud d'honneur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chalghoumi veut “une musulmane comme Fourest”

Le triste record «Ramadanesque» d’Abu Dhabi