in

Canada : un homme menace de faire un carnage dans une mosquée

L’attentat terroriste meurtrier qui a fait six victimes et dix-neuf blessés dans la Grande Mosquée de Québec, lors d’un dimanche noir de fin janvier, était dans tous les esprits lorsqu’un homme a fait brutalement irruption, dimanche dernier, dans la mosquée située à London, en plein cœur de la province canadienne de l’Ontario.

Encore hantés par la tragédie, les fidèles qui venaient de se recueillir ont été saisis d’effroi en voyant cet inconnu âgé d’une vingtaine d’années, surgi de nulle part, s’agiter à l’intérieur de leur enceinte sacrée en proférant des menaces de mort à leur encontre.

« Il était extrêmement nerveux et véhément. Il cherchait à avoir de l’argent et menaçait de revenir pour tirer sur tous les membres de notre communauté », a relaté Nawaz Tahir, le porte-parole sous le choc du lieu de culte musulman, en précisant qu’un coup de fil de détresse, passé à la police locale par l’un des responsables de la mosquée ayant déjoué la vigilance de l’assaillant, les a sauvés du pire.

Arrivés rapidement sur place, toutes sirènes hurlantes, en redoutant que le scénario de l’horreur se reproduise dans leur ville de London, plus de 15 policiers ont encerclé le lieu de culte, tandis que d’autres pénétraient à l’intérieur pour mettre hors d’état de nuire le forcené, dont ils ignoraient s’il était armé ou non.

Après une interpellation musclée devant des fidèles figés sur place, il s’avérera que leur agresseur de 24 ans ne dissimulait aucune arme sur lui, n’avait aucun complice, mais que sa dangerosité était réelle.

« Nous n’envisageons pas pour l’heure de renforcer notre dispositif de sécurité », a indiqué Nawaz Tahir. Celui-ci se veut résolument confiant dans la surveillance régulière exercée par les forces de l’ordre de London aux abords de la mosquée, louant la célérité et l’efficacité dont elles ont fait preuve au cours d’un nouveau dimanche qui aurait pu, à tout instant, tourner au drame.

 

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Pas de mort, pas de blessé, pas d’arme. C’est le principal.
    Les forces de sécurité ont bien fait leur job, rien à redire.
    Après la justice passera et sanctionnera.

  2. Nous sommes dans une spirale infernale de violence de tous bords, tous ces apprentis sorciers qui distillent à longueurs de journées leur haines, leur peurs, leur non respect d autrui sur tous les supports :télé Web… ont fini par avoir raison de beaucoup malheureusement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réflexion autour de la sécularisation des sciences sociales

Les taxis roses à Karachi : une nécessité pour lutter contre le harcèlement sexuel