in ,

CAN 2019 : la belle unité affichée par les supporters algériens et marocains

Au Caire, depuis les tribunes où ils s’enflamment avec la même passion pour les Fennecs et les Lions de l’Atlas, la liesse collective qui emporte les supporters algériens et marocains fait plaisir à voir.
Alors que la CAN bat son plein, le spectacle de l’unité joyeuse qui fédère les aficionados du ballon rond issus de ces deux pays frères a déjà marqué les esprits, et restera sans nul doute l’une des images saisissantes de cette prestigieuse compétition.
Dimanche 23 juin, au moment de l’entrée en lice de leurs équipes respectives, ils sont apparus plus soudés que jamais face à l’adversité sur les vertes pelouses. Leur bonheur n’en a été que plus grand au coup de sifflet final des arbitres, puisque les Fennecs et les Lions de l’Atlas sont sortis victorieux des matches qui opposaient les premiers au Kenya (2-0), et les deuxièmes à la Namibie (1-0).

Ce bel élan de solidarité, qui n’a pas fini de faire vibrer les stades en Egypte, a d’abord été stimulé sur les réseaux sociaux via le hashtag « Khawa Khawa« , dans le cadre d’une campagne appelant les Algériens et les Marocains à faire cause commune lors de la CAN.
Les supporters des Fennecs et des Lions de l’Atlas ont répondu à cet appel au-delà de toutes les espérances, et c’est avec une ferveur très contagieuse que les verts ont soutenu inconditionnellement l’équipe du Maroc au stade Al Salam, avant de converger ensemble vers le stade du 30-Juin pour acclamer à l’unisson les onze de l’Algérie.
Quand le sport roi renforce magnifiquement la cohésion algéro-marocaine, sur et en dehors de la cybersphère !

View this post on Instagram

Publicité
Publicité
Publicité

#maroc #algerie 🇲🇦🇩🇿❤❤💪 Khawa khawa🇲🇦🇩🇿

A post shared by les_lions_du_maroc_ (@les_lions_du_maroc_) on

 

Publicité
Publicité
Publicité

 

 
 

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Canada : un maire veut recruter les Québécois ostracisés par l’interdiction des signes religieux

Donald Trump sanctionne l’ayatollah Khomeini, mort en… 1989