in

Mondial 2022 : les Algériens heureux pour leurs « frères marocains »

Malgré le silence embarrassé de la plupart des médias officiels algériens, les exploits des footballeurs marocains ont été salués et fêtés par leurs voisins de l’Est, qui sont désormais résolument derrière les Lions de l’Atlas.

« Félicitations aux frères marocains ! », « Bravo le Maroc ! », « Mille bravos aux Lions de l’Atlas qui se sont qualifiés avec l’art et la manière. Vous nous avez honorés ! » Les Algériens ont été très nombreux à s’enflammer sur les réseaux sociaux pour les prestations du Maroc en Coupe du monde, notamment après ses victoires face à la Belgique et au Canada qui lui ont ouvert les portes des huitièmes de finale du Mondial pour la deuxième fois de son histoire. Certains ont même affiché fièrement le drapeau rouge à l’étoile verte comme un signe de reconnaissance et de fraternité.

Des images et des vidéos des supporters algériens célébrant les victoires marocaines, à Doha, aux côtés de leurs frères et voisins ont également été largement commentées et partagées. De même que la réponse de l’entraîneur des Lions, Walid Regragui, en conférence de presse, à la question de savoir s’il se voyait comme le représentant du monde arabe.

Publicité
Publicité
Publicité

Regragui a répondu qu’il ne se préoccupait pas de « politique » et n’était là que pour défendre les couleurs du Maroc et représenter, éventuellement, le continent africain. Un Maroc qui défend avant tout ses couleurs, et celles des pays du Maghreb et de l’Afrique, ne pouvait évidemment que plaire à beaucoup d’Algériens fiers de leur identité et qui n’apprécient que modérément d’être confondus avec leurs cousins du Golfe.

Solidarité amazighe

Pour sa part, le commentateur vedette de BeIN Sports, l’Algérien Hafid Derradji, a également salué et félicité les Lions de l’Atlas sur sa page Facebook. « Mille bravo à l’équipe marocaine et à son grand public pour cette qualification méritée en huitième de finale pour la deuxième fois de leur histoire après celle de 1986 », écrit le célèbre journaliste sportif.

Maniant comme à son habitude l’humour et la dérision sur sa page Facebook, le journaliste Idir Dahmani s’est adressé à ceux qu’il appelle les « Gardiens du temple » pour « solliciter l’autorisation de supporter l’équipe marocaine ». « Veuillez agréer mes sarcasmes les plus féroces », conclut le journaliste.

D’autres internautes, comme Abdelmalek, saluent les exploits des Lions avant de s’attarder sur les brillantes prestations de joueurs comme Amrabat, comparé à Mbappé, Ziyech, Bounou, Sofiane Boufal ou Achraf Hakimi.

L’autre drapeau qui a servi de trait d’union entre les deux voisins aura été le drapeau berbère. Des photos et des vidéos de supporters marocains portant fièrement le drapeau amazigh ont également été largement partagées. Cet emblème commun aux communautés amazighes des pays du Maghreb a d’ailleurs été confisqué à l’entrée de certains stades, les services de sécurité qataris l’ayant confondu avec le drapeau LGBTQ+ à cause de ses couleurs.

Publicité
Publicité
Publicité

Lire l’intégralité de l’article dans Jeune Afrique 

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La Coupe du monde au Qatar, le match ­perdu d’avance des ­journalistes israéliens

Iran : scepticisme après l’annonce de l’abolition de la police des mœurs