in

CAN 2012 : du ballon, pour oublier les balles

C’est dans un contexte particulièrement tendu en Afrique et dans le monde que s’ouvre ce week-end la 3ème journée de qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations 2012 (organisée conjointement par le Gabon et la Guinée Équatoriale pour sa 28ème édition). Du Maroc à l’Egypte, de la Libye à la Côte d’Ivoire, en passant par la Tunisie et le Soudan, panorama de la situation internationale à la lumière du ballon rond.

L’affiche de cette 3ème journée de qualification, c’est sans conteste le choc de titans entre l’Algérie (dernière du groupe D) et le Maroc (leader ex-aequo) qui se tiendra ce dimanche à Annaba. Si pour l’instant tout semble se présenter sous les meilleurs auspices (les responsables marocains ont affirmé être « entièrement satisfaits des installations » mises à disposition par la fédération algérienne de football), il est évident que les tensions politiques entre le Royaume Chérifien et l’Etat Algérien au sujet du Sahara Occidental – que réclame depuis des années le Front Polisario – sont dans tous les esprits. A cela s’ajoutent des problèmes sociaux internes propres à chaque pays (vie chère pour l’Algérie, injustice sociale pour le Maroc), et c’est tout un continent qui retient son souffle.

L’autre rencontre qui attire tous les regards et cristallise les attentes, c’est celle du groupe C qui opposera la Lybie (leader du groupe) aux Comores (4èmes et derniers). Initialement prévu ce vendredi à Tripoli, le match se déroulera finalement ce dimanche à Bamako, au Mali. Les combats à Tripoli et Benghazi (où vivent encore trois joueurs de la sélection Libyenne) ont déjà poussé les responsables de la CAF (Confédération Africaine de Football) à déplacer la tenue de la CAN des moins de 20 ans vers l’Afrique du Sud, compétition qui aurait dû se jouer du 18 Mars au 1er Avril dans la capitale libyenne. Le coach brésilien de la sélection libyenne, Carlo Barita, a même quitté le pays du Colonel Kadhafi pour rentrer chez lui, à Rio de Janeiro.

Même son de cloche en Côte d’Ivoire (en tête du groupe H), qui s’apprête à recevoir le Bénin (2ème du groupe) à… Accra au Ghana ! Devant la persistance de la crise politique qui a suivi la victoire aux élections présidentielles d’Alassane Outtara, victoire que n’a pas reconnue Laurent Gbagbo le 2 décembre dernier, la CAF a jugé bon de délocaliser la rencontre chez le voisin ghanéen. En effet, la situation demeure encore très tendue en Côte d’Ivoire entre pro Outtara et pro Gbagbo. La CAF ne veut en aucun cas voir le scénario de Cabinda (1) se reproduire.

Seconde du groupe K, la Tunisie ne jouera pas ce week-end (exemptée car son groupe est composé de 5 équipes) et suivra de près les rencontres entre Malawi-Togo, mais surtout entre le Tchad et le Botswana (le leader). Les Aigles de Carthage ont un nouveau sélectionneur (Bertrand Marchand a été remplacé par Sami Trabelsi) depuis décembre. Mais l’après-révolution du Jasmin laisse un arrière-goût amer aux joueurs locaux. Le championnat, qui n’a toujours pas repris, est en proie à de graves problèmes financiers. Les clubs sont au bord de la faillite, les salaires sont impayés, et pour ne rien arranger, certains joueurs ont même décidé de faire grève (les sociétaires du Stade Tunisien ont boycotté une séance d’entraînement).

L’Egypte, elle aussi, se relève tant bien que mal de sa révolution populaire. Les Pharaons (derniers du groupe G) en manque de préparation et de confiance (1 point ramené de ses deux rencontres), auront la tâche très ardue face aux « Bafana Bafana » (l’Afrique du Sud est leader du groupe) ce samedi. Les Egyptiens ont même demandé aux Sud Africains de reporter le match, demande qui a été refusée. Les hommes de Hassan Shehata devront donc faire avec. Qu’à cela ne tienne, les triples champions d’Afrique ne manqueront pas de trouver dans ce refus un motif de motivation supplémentaire.

Toujours sur les bords du Nil mais plus au sud, les surprenants Faucons Soudanais (leaders du groupe avec le Ghana) s’apprêtent à accueillir la sélection du Swaziland ce samedi à Khartoum, tandis que les Black Stars du Ghana se déplaceront au Congo. Le Soudan, toujours fragilisé par sa crise au Darfour et ses heurts à répétition (la semaine dernière, 70 personnes ont trouvé la mort lors de combats entre rebelles et l’armée soudanaise), doit également faire face depuis quelques jours à des manifestations de jeunes (des étudiants notamment) dénonçant la corruption et exigeant la fin du régime d’Omar El Béchir. (1)

Le 8 Janvier 2010, lors de la Coupe d’Afrique des Nations en Angola, des assaillants membres du Front de Libération de l’Enclave de Cabinda (une province au nord du pays) ont attaqué le bus de l’équipe nationale du Togo et ont tué deux membres de la délégation togolaise.

Outre ces rencontres qui seront particulièrement suivies pour leur dimension politique, d’autres affiches retiendront l’attention des mordus de football africain, à l’image ce samedi du match Sénégal-Cameroun. Les Lions de la Terranga, inoffensifs et sans griffes depuis quelques années, semblent rugir à nouveau depuis le début de ces éliminatoires, puisqu’ils sont les leaders de ce groupe E, devant leurs adversaires du week-end. Leur dernière victoire 7-0 aux dépens des Mauriciens (qui rencontreront la République Démocratique du Congo ce week-end) et l’avantage du terrain (le match se déroulera au stade Léopold Sédar Senghor de Dakar dans une ambiance qu’on attend exceptionnelle) mettent plus que jamais les Sénégalais en position de favoris lors de cette rencontre face aux Lions Indomptables.

Le foot Africain fait donc son retour sur scène, et on ne va pas s’en plaindre.

Messieurs les artistes, à vous l’antenne !

Note :

(1) Le 8 Janvier 2010, lors de la Coupe d’Afrique des Nations en Angola, des assaillants membres du Front de Libération de l’Enclave de Cabinda (une province au nord du pays) ont attaqué le bus de l’équipe nationale du Togo et ont tué deux membres de la délégation togolaise.

Tableau complet de cette 3ème journée (25, 26 et 27 mars prochains)

Cap-Vert-Liberia

Mali-Zimbabwe

Nigeria-Ethiopie

Madagascar-Guinée

Mozambique-Zambie

Libye-Comores

Algérie-Maroc

Tanzanie-Centrafrique

RD Congo-Maurice

Sénégal-Cameroun

Burkina Faso-Namibie

Afrique du Sud-Egypte

Niger-Sierra Leone

Côte d’Ivoire-Bénin

Rwanda-Burundi

Soudan-Swaziland

Congo-Ghana

Guinée Bissau-Ouganda

Kenya-Angola

Malawi-Togo

Tchad-Botswana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Louis Farrakhan, leader de Nation of Islam, dénonce les contrevérités de l’offensive en Libye

L’escalade militaire israélienne contre Gaza et l’impunité d’Israël