in ,

Bourgogne: la présidente du conseil régional et Marlène Schiappa condamnent l’islamophobie d’un élu RN envers une femme voilée

Il y a deux jours, dans l’enceinte du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, les grands principes républicains ont volé en éclats sous le violent coup de boutoir de Julien Odoul, un élu du Rassemblement national (RN) en tout point indigne de son mandat.
Une semaine après l’attaque qui a endeuillé la préfecture de police de Paris, ce zélé petit soldat de Marine Le Pen s’est engouffré dans la brèche, piétinant allègrement les valeurs cardinales de la France, celles qui, faut-il le lui rappeler, sont gravées sur les frontons des édifices publics, pour se défouler contre une malheureuse femme voilée. L’incarnation du bouc-émissaire tout désigné de l’extrême droite française.
Devant ses pairs pour la plupart scandalisés, ce dernier n’a pas hésité à outrager, à diaboliser et appeler à refouler cette accompagnatrice d’enfants, qui avait pris place parmi le public pour assister à la séance plénière. Si d’aucuns diront que son seul tort, c’est d’arborer un hijab, il n’est en aucun cas transgressif, puisque la loi l’autorise à pénétrer voilée dans l’hémicycle régional. Un détail qui a manifestement échappé à Julien Odoul, tant il est aveuglé par la haine.
Comble de l’odieux, c’est précisément au nom des « principes laïcs » et de « la loi de la République » que ce partisan d’un nationalisme revanchard a exigé sur un ton martial que cette citoyenne venue de Belfort, considérée au mieux comme une intruse, au pire comme faisant de l’entrisme « islamiste », retire son voile.
Criant à la « provocation islamiste » dans un conseil régional qu’il a eu tôt fait de transformer en une citadelle assiégée, Julien Odoul et les élus de son groupe ont été les seuls à se glorifier de ce haut fait d’armes des plus pitoyables…
Outrée, Marie-Guite Dufray, la présidente PS de l’assemblée délibérante de Bourgogne-Franche-Comté, n’a pas fléchi, brandissant le règlement intérieur et la loi en guise de réponse. Quelques heures après cet incident qui a créé un vif émoi jusqu’au sommet de l’Etat, Marie-Guite Dufray n’a pas caché son inquiétude devant un « déferlement de la haine », condamnant vigoureusement les comportements « indignes d’élus de la République ». Elle n’exclut pas d’ailleurs de « signaler ces faits au Procureur de la République et de porter plainte ».

Arrivé aux oreilles de Marlène Schiappa, ce coup d’éclat islamophobe d’un élu RN, en pleine séance plénière, à l’encontre d’une femme et mère de famille qui s’est sentie d’autant plus mortifiée qu’elle était accompagnée d’enfants, lui a paru insupportable. Alors qu’elle s’apprête à se rendre mardi à Belfort, la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes a indiqué s’être entretenue « longuement avec cette maman afin de lui apporter tout mon soutien », ajoutant en le déplorant vivement : « c’est en humiliant les mères publiquement devant leurs enfants qu’on crée du communautarisme ».
La vidéo devenue virale de cette islamophobie totalement décomplexée de l’extrême droite française, qui s’affranchit de tout, même de la loi en vigueur :

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

« Nous sommes tous victimes du terrorisme ! », le vibrant rappel de l’Union des Démocrates Musulmans Français

Kaïs Saïed, élu président de la Tunisie : « Une révolution par les urnes »