in

Berlin : “The House of One”, une maison de prière unique pour musulmans, chrétiens et juifs

Une mosquée, une église et une synagogue abritées sous un seul et même toit ? Non, ce n’est pas une divagation de l’esprit mais une réalité bien tangible, qui devrait se matérialiser à Berlin, à l’horizon 2018, sous l’impulsion d’une association allemande désireuse de privilégier la concorde religieuse sur le sol du poids lourd européen, à travers un édifice cultuel unique, le 3 en 1 des religions monothéistes : « The House of One » ou « la maison de prière et d’enseignement pour tous ».

Il fallait y penser, et plus encore, oser le faire, au risque de bousculer les schémas de pensée traditionnels et certains bastions du conservatisme, et c’est désormais chose faite : ce projet révolutionnaire, tant sur le plan conceptuel qu’architectural, qui avait été initialement imaginé par la communauté protestante locale, est passé du stade de l’idée à la recherche concrète de financements (le budget global s’élevant à 43 millions d’euros), le coup d’envoi de la campagne d’appel aux dons, s’inspirant du modèle des financements participatifs, ayant été donné mardi dernier.

Nous voulons que nos enfants aient un avenir dans lequel la diversité est la norme. J’espère que la coexistence des trois religions abrahamiques dans une unité de lieu sera la meilleure parade contre le sentiment anti-musulmans et les préjugés“, a confié à l’AFP l’Imam d’origine turque, Kadir Sanci, heureux que le rêve commun d’un imam, d’un pasteur et d’un rabbin, considéré longtemps comme une utopie par certains esprits chagrins, prenne enfin forme et vie, tout en ressuscitant le site chargé d’histoire de la Petriplatz, là où, en 2007, des fouilles archéologiques avaient révélé au grand jour les fondations de quatre églises.

Alors que le futur lieu de culte n’est encore qu’une belle maquette dessinée par l’architecte Wilfried Kuehn, dont le projet a été unanimement approuvé par les autorités berlinoises, l’imam Kadir Sanci se projette déjà dans cette « House of One » dont il aura en charge l’encadrement spirituel musulman, aux côtés de ses deux homologues protestant et juif, le pasteur Gregor Hihberg et le rabbin Tovia Ben-Chorin.

Pour les juifs, la construction d’une maison de prière destinée aux trois religions du Livre dans la ville qui fut le théâtre macabre de l’holocauste tient du “miracle“. “Berlin est la ville des plaies et des miracles”, a commenté le rabbin Tovia Ben-Chorin, impatient d’officier dans une enceinte sacrée à nulle autre pareille.

Nous avons rapidement convenu que quelque chose de visionnaire et prospectif devait être construit sur la Petriplatz“, a déclaré, pour sa part, celui sans qui l’édifice multiconfessionnel n’aurait jamais vu le jour, le pasteur protestant Gregor Hohberg, véritable initiateur du projet.

Ce dernier est d’ailleurs intarissable dès qu’il s’agit de décrire l’architecture intérieure du site, composée d’une vaste zone centrale conçue pour favoriser les rencontres et les échanges interreligieux, ainsi que de salles de prière dédiées à chaque religion, l’ensemble conférant son caractère d’exception à ce qui ne sera ni une mosquée, ni une église, ni une synagogue, mais les trois à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mohsen, le héros tunisien sans-papiers de l’incendie d’Aubervilliers

Carol Earl, la championne de boxe thaïlandaise, ne combat jamais sans son voile