in

Bachar al Assad menace l’Occident va-t-en-guerre

“Si vous jouez avec la Terre vous risquez de provoquer un séisme”, l’oracle qui prédit le pire à l’irrépressible tentation va-t-en-guerre de l’Occident n’est autre que le président syrien, Bachar al Assad. C’est au Sunday Telegraph que l’homme fort de Damas a offert la primeur de son présage sonnant comme une menace cataclysmique, évoquant un « séisme » au Proche-Orient d’une magnitude à affoler l’échelle de Richter, si d’aventure la communauté internationale jouait encore les maîtres du monde sur le sol syrien, pour mieux le placer sous son joug.

Confronté à une fronde insurrectionnelle depuis sept mois, Bachar al Assad a martelé que son pays est “complètement différent de l’Egypte, de la Tunisie ou du Yémen”, insistant sur le fait que ” L’histoire est différente et la politique est différente “, tout en tonnant : ” Vous voulez connaître un nouvel Afghanistan, ou même des dizaines d’Afghanistan ? La Syrie n’hésitera pas à embraser toute la région. Si l’idée est de diviser la Syrie, cela reviendra à diviser toute la région “. Cette déclaration « coup de tonnerre », qui n’a pas fait dans l’euphémisme, ni dans les circonlocutions, a été son incisif préambule médiatique avant de participer à une rencontre entre les ministres de la Ligue arabe et des dirigeants syriens à Doha, au Qatar, placée sous le signe de la médiation entre le gouvernement de Damas et les opposants.

Selon les estimations de l’ONU, environ 3 000 personnes dont 200 enfants ont péri depuis le début du soulèvement populaire au mois de mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charlie Hebdo espère encore provoquer les musulmans

Une émission de télé-réalité suivra cinq familles musulmanes.