in

Australie : la sénatrice anti-islam prétend avoir un exemplaire du Coran dans son sac pour une “meilleure compréhension” de l’islam…

Sous les cieux australiens ensoleillés, la présence volcanique de la sénatrice anti-islam et anti-immigration, Pauline Hanson, détonne dans le paysage, non seulement dans la sphère politique, mais également dans des vastes étendues aussi diversifiées que les habitants de ce melting-pot de cultures sont métissés. 

Précédée par son nationalisme revanchard et son aversion pour le halal jusqu’à sombrer dans le grotesque, la parlementaire du parti « One Nation », dont il y a fort à parier qu’elle digère mal le plat halal qui porte désormais son nom (le Hanson’s Halal) – rançon d’une gloire qui la ridiculise – a décidé de faire avaler une bien grosse couleuvre à ses compatriotes.

Pauline Hanson, aux ressources insoupçonnées, mesure mal l’énormité de sa récente révélation, jugée croustillante par les médias attirés comme des mouches, selon laquelle elle affirme avoir un exemplaire du Coran dans son sac afin d’éclairer ses lanternes… qu’elle a fort obscurcies… Ou comment faire prendre des vessies islamophobes pour des lanternes de tolérance aux yeux d’une opinion qui est tout, sauf dupe !

Non, détrompez-vous, elle ne « déteste pas les musulmans » ! Elle les voue juste aux gémonies à longueur de temps, en déversant sa haine de l’islam, des mosquées et du voile à toutes les tribunes, mais à part ça, elle n’exècre nullement ses concitoyens qui se prosternent devant Allah ! 

« J’ai lu quelques sections du Coran », a-t-elle prétendu très doucereusement face à une journaliste vedette de la télévision australienne, assurant, tout aussi mielleusement, qu’elle veut avoir  « une meilleure compréhension »  du Texte pour savoir de quoi elle parle au juste. Manifestement, elle n’a pas encore atteint le niveau de connaissances qui lui ferait préférer le terme « sourate » à « sections », ce qui ne l’empêchera pas, à l’instar de nos farouches détracteurs de l’islam, de se sentir l’âme d’un exégète auto-proclamé…

« Je ne déteste pas les musulmans, je ne déteste pas les Asiatiques. Il ne faut pas vivre dans la haine », a-t-elle répété pour mieux s’en convaincre sans doute, à défaut d’avoir fait illusion auprès du grand public.

Pauline Hanson aurait opté pour une nouvelle stratégie d’image, afin de se rendre plus sympathique, de gommer ses aspérités et d'éviter d'être tournée en dérision, que cela en revanche n’étonnerait personne à l'autre bout du monde !

 

 

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Le coran est en arabe ancien , langue de la tribu du prophète (psl). Il y a un seul coran au monde.
    Un exemplaire est une traduction humaine , cette femme a une traduction du coran.

    L’Image n’est pas l’objet , un miroir transforme la gauche en droite.
    L’ombre n’est pas l’homme, l’ombre varie au cours de la journée.
    Si vraiment , cette femme est juste , elle devrait dire , j’ai dans mon sac une traduction du coran faite par monsieur x.

    Je reconnais qu’un traducteur peut haïr l’Islam et être juste dans la traduction , mais c’est une chose rare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A Nice, la traque aux burkinis s’effectue avec une embarcation maritime (vidéo)

Hidalgo : «On s’est tapés 15 jours de burkini, c’était insupportable»