in

Australie : bel élan de solidarité après l’incendie criminel qui a ravagé la mosquée locale

A Toowoomba, cette localité du Queensland nichée dans un magnifique écrin de verdure, c’est un dimanche résolument au beau fixe, placé sous le signe de la convivialité des échanges et de la satisfaction des papilles, qui a succédé au vendredi noir du 17 avril, assombri par l’épaisse fumée de l’incendie criminel qui a ravagé, pour la seconde fois en l’espace de trois mois, la mosquée locale.

La ville était pavoisée aux couleurs d’un de ses grands rendez-vous festifs, le Festival international de la gastronomie, ce véritable régal des yeux et des palais organisé par la communauté musulmane, qui, cette année plus que toutes les autres, était attendu avec une fébrilité particulière deux jours à peine après l’acte odieux qui a plongé les fidèles dans l’effroi et le reste de la population dans la consternation.

Hors de question pour le maire, Paul Antonio, de laisser les semeurs de haine triompher dans son fief où il fait bon vivre pour tous les hommes et les femmes de bonne volonté, sans distinction aucune ! Comblé au-delà de ses espérances par la saine réaction de ses administrés, l'édile s'est réjoui que les musulmans, encore sous le choc, soient parvenus à dépasser leur profond sentiment d’accablement, et que la majorité des habitants se soit pressée vers ce festival des saveurs et des arômes, célébrant plus que jamais le métissage coloré, chaleureux et fraternel.

"Je suis tellement heureux de voir autant de gens ici et surtout de constater que l'harmonie entre musulmans et non-musulmans ressort renforcée de cette épreuve que nous venons de subir et qui a tenté de nous éloigner les uns des autres", a déclaré, visiblement bouleversé, Moyassar Al-Taie, un restaurateur. "L’incendie qui a détruit notre mosquée il y a deux jours n’a rien à voir avec l’état d’esprit qui règne ici à Toowoomba. La majorité de mes concitoyens non musulmans croient dans la richesse du multiculturalisme et ont été très affectés par cet acte islamophobe", a-t-il insisté.

Réconfortés par les marques de sympathie et les effusions de joie mêlées de compassion émanant de l’ensemble de la population, les responsables musulmans de la région du Queensland ont été, à leur tour, extrêmement sensibles à ce bel élan de solidarité, à l’instar du professeur Shahjahan Khan, président de la société islamique locale, qui a confié, entouré du premier magistrat de la cité, mais aussi de l'évêque catholique Robert McGuckin, de l’évêque anglican Cameron Vinables, et du parlementaire Jim Madden, représentant le premier ministre Annastacia Palaszczuk : "Après plus de 300 mails de soutien reçus au cours de ces dernières 48h, cela fait du bien de voir une telle foule rassemblée ici aujourd’hui, et redoublant de gentillesse."

Parmi les images marquantes de cette journée dominicale chargée d’émotion, la présence lumineuse d’une habitante en fauteuil roulant qui était munie de quelques clous, de bois et d’un marteau en signe de fraternité et de sa détestation de l’islamophobie, a indéniablement touché en plein cœur la communauté musulmane.

  

"Je voulais manifester ma colère et ma désapprobation à ma façon face à cette violence intolérable. Mes concitoyens musulmans ont certes besoin d’entendre des paroles de réconfort, mais plus encore ils ont besoin de matériaux pour reconstruire leur mosquée. C’était le sens de mon geste", a-t-elle expliqué, le visage illuminé par un sourire radieux, avant de se mêler à la foule sous le ciel sans nuages d’un dimanche inoubliable à Toowoomba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Egypte : 20 ans de prison pour Mohamed Morsi

Les géants du tabac voulaient changer la théologie islamique pour cibler les musulmanes