in

Au nom de la civilisation

A l’occasion du 65e anniversaire des massacres du 8 mai 1945 à Sétif et Guelma, nous vous proposons de voir sur OummaTV, un document particulièrement rare du réalisateur et scénariste français René Vautier qui revient sur la violence coloniale.

Engagé dans la France maquisarde de la deuxième guerre mondiale, du haut de ses 15 printemps, ce qui lui a valu plusieurs décorations, dont la Croix de guerre à 16 ans, et d’être cité à l’Ordre de la Nation par le général Charles de Gaulle pour faits de Résistance (1944), René Vautier, son diplôme de l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques (IDHEC) en poche, en 1948, ne pouvait que se lancer dans l’aventure périlleuse du cinéma engagé, caméra au poing.

En 1950, il réalise son premier film, Afrique 50 , qui était une simple commande de la Ligue de l’enseignement destinée à mettre en valeur la mission éducative de la France dans ses colonies. Sur place, il décide de témoigner d’une réalité non commandée, le film sera interdit pendant plus de quarante ans. Ce sera le premier film anticolonialiste français, chef-d’œuvre du cinéma engagé, qui lui vaudra 13 inculpations et une condamnation de prison.

René Vautier, un résistant dans l’âme qui a mis son immense talent de chasseur d’images, ancrées dans une réalité tragique, au service de toutes les causes de la gauche militante, défiant toutes les censures qui ont cherché à entraver son combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Egypte en cellule de crise, au lendemain des violences confessionnelles

Promouvoir la tolérance religieuse : le pouvoir des médias