in

Algérie : un mouvement citoyen appelle au boycott du Hajj 2016

Il est des boycotts qui jettent un gros pavé dans la mare, à l’image du mouvement de contestation populaire qui prend actuellement une certaine ampleur en Algérie, et semble transcender les clivages, jusqu’à atteindre la frange la plus rigoriste de la population : le boycott du Hajj 2016 !

Pour faire l’effet d’un coup de tonnerre, cet appel citoyen à refuser de prendre part à la plus grande procession au monde en Terre Sainte ne pouvait que retentir avec fracas par-delà la Belle Bleue, déchirant le ciel pour la bonne cause selon ses lanceurs d’alerte : dénoncer la politique conduite par l’Arabie saoudite, faite de liaisons dangereuses et de chaos savamment organisés dans le monde arabe.

Est-il besoin de rappeler à quel point les musulmans, ces fidèles qui, chaque année, viennent par milliers des quatre coins du monde pour accomplir avec ferveur l’un des cinq piliers de l’islam, payent un lourd tribut à cette politique calamiteuse ?  

« Le Hadj, c’est une fois dans la vie, donc le prix importe peu. Nos objections sont fondées sur des motifs moraux et éthiques », explique Mustapha, l’un des initiateurs de ce boycott cité par le site Algérie 360.

« Pour moi, le Hadj c’est véritablement le summum de la foi islamique. Je me vois donc mal aller en «mounafike» (hypocrite) en Arabie saoudite en faisant fi de la politique dangereuse menée par les Al Saoud dans le Monde arabe », a précisé cet homme dont la piété se heurte aux exactions commises par les Saoudiens, notamment au Yémen, rapport de l’ONU à l’appui. Un rapport accablant qui met en lumière le nombre de civils tués par la coalition arabe chapeautée par l’Arabie saoudite.

Ce boycott inédit, et que d’aucuns jugeront transgressif, fait assurément débat sur les réseaux sociaux, tout en ralliant à sa cause plusieurs centaines d’Algériens. « Le pèlerinage est un pilier de l’islam, mais au vu du caractère dictatorial et criminel du régime saoudien (dictature, droits des femmes bafoués, soutien à Israël contre l’Iran, soutien aux Etats-Unis contre l’Irak et l’Iran, soutien massif aux terroristes en Syrie…etc), est-il pertinent pour les musulmans du monde de visiter l’Arabie saoudite par millions chaque année dans le cadre du tourisme religieux (pèlerinage, Omra…etc) et enrichir ainsi directement la monarchie saoudienne ?», interroge un internaute en appuyant là où le bât blesse cruellement. «Par principe, même si mon argent n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, je refuse qu’il soit utilisé pour nuire à mon pays», a asséné un autre.

La campagne de dénigrement orchestrée par les Saoudiens contre le ministre algérien des Affaires religieuses a indéniablement laissé des traces, et a redoublé de virulence  lorsque ce dernier s’est opposé à l’entrée du prédicateur Mohamed Al Arifi sur le territoire national. « On a tant souffert de l’intégrisme religieux et de la mauvaise interprétation de l’islam. On ne les laissera pas toucher à ce ministre qui fait barrière contre cet intégrisme. Le boycott est aussi un moyen de le soutenir et montrer que l’Algérie tient à l’islam de ses aïeux, un islam tolérant…», pouvait-on lire sous la plume électronique d’un énième internaute, dont l’opinion est partagée par un nombre croissant de ses compatriotes

« Ce serait un pèlerinage dans le corps dépourvu d’une âme, un rituel vide sans signification en dehors d’elle-même», a-t-il conclu non sans amertume, tandis que l’idée de boycotter le Hajj 2016 fait son chemin de l’autre côté de la méditerranée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les divagations d’un expert en contre-terrorisme (vidéo)

Baisse du pétrole : l’Algérie peut tenir 3 ans (vidéo)