in

Abu al-Qasim az-Zahrawi (Abulcasis), ‘’Père de la chirurgie opératoire’’ (2/2)

Découvrir at-Tasrîf

At-Tasrîf, achevé vers l’an 1000 de notre ère, est le résultat de près de cinquante ans de pratique et d’expérience médicales. Voici comment l’auteur exprimait son credo dans ce livre :

“Tout ce que je sais, je le dois uniquement à ma lecture assidue des livres des anciens, à mon désir de les comprendre et de m’approprier cette science ; puis j’y ai ajouté l’observation et l’expérience de toute ma vie.”

Publicité

At-Tasrîf est une encyclopédie illustrée de médecine et de chirurgie de 1500 pages. Le contenu de l’ouvrage montre qu’az-Zahrawi n’était pas seulement un érudit en médecine, mais aussi un grand médecin et chirurgien pratiquant. Son livre a influencé les progrès de la médecine et de la chirurgie en Europe après avoir été traduit en latin à la fin du XIIe siècle, par Gérard de Crémone, puis dans différentes langues européennes, dont le français et l’anglais. At-Tasrîf comprend 30 traités ou livres (maqâlat) et était destiné aux étudiants en médecine et au médecin pratiquant, pour qui il était un compagnon prêt et utile dans une multitude de situations puisqu’il répondait à toutes sortes de problèmes cliniques.

Le livre contient les plus anciennes images d’instruments chirurgicaux de l’histoire. Environ 200 d’entre eux sont décrits et illustrés. Par endroits, l’utilisation de l’instrument dans la procédure chirurgicale réelle est montrée. Les deux premiers traités ont été traduits en latin sous le titre Liber Theoricae, qui a été imprimé à Augusbourg en 1519. Dans ces traités, Az-Zahrawi a classé 325 maladies et a discuté de leur symptomatologie et de leur traitement. Au folio 145 de cette traduction latine, il décrit, pour la première fois dans l’histoire de la médecine, une maladie hémorragique transmise par des femmes non atteintes à leurs enfants de sexe masculin ; nous l’appelons aujourd’hui hémophilie. Le livre 28 porte sur la pharmacie et a été traduit en latin dès 1288 sous le titre Liber Servitorisi

De tout le contenu d’at-Tasrîf d’Az-Zahrawi, le livre 30 sur la chirurgie est devenu le plus célèbre et a eu de loin l’influence la plus large et la plus grande. Traduit en latin par Gérard de Crémone (1114-1187), il connut au moins dix éditions latines entre 1497 et 1544. La dernière édition est celle de John Channing à Oxford (1778), qui contient à la fois le texte arabe original et sa traduction latine sur des pages alternées. Presque tous les auteurs européens de textes chirurgicaux du XIIe au XVIe siècle se sont référés à la chirurgie d’az-Zahrawi et l’ont copiée. Parmi eux, citons Roger de Salerne (m. 1180), Guglielmo Salicefte (1201-1277), Lanfranchi (m. 1315), Henri de Mondeville (1260-1320), Mondinus de Bologne (1275-1326), Bruno de Calabre (m. 1352), Guy de Chaulliac (1300-1368), Valescus de Taranta (1382-1417), Nicolas de Florence (m. 1411) et Leonardo da Bertapagatie de Padoue (m. 1460).

Publicité

Les 300 pages de l’ouvrage sur la chirurgie représentent le premier livre de cette taille consacré uniquement à la chirurgie, qui à l’époque comprenait également la dentisterie et ce que l’on peut appeler la dermatologie chirurgicale. Az-Zahrawi y développe tous les aspects de la chirurgie et ses différentes branches, de l’ophtalmologie et des maladies de l’oreille, du nez et de la gorge, de la chirurgie de la tête et du cou, à la chirurgie générale, l’obstétrique, la gynécologie. La médecine militaire, l’urologie et la chirurgie orthopédique étaient également incluses. Il a divisé la section chirurgie d’at-Tasrîf en trois parties :

1. sur la cautérisation (56 sections) ; ii

2. sur la chirurgie (97 sections), et ;

3. sur l’orthopédie (35 sections).

Il n’est donc pas étonnant que la réussite exceptionnelle d’az-Zahrawi ait éveillé en Europe une soif de littérature médicale arabe, et que son livre ait atteint une telle importance qu’un historien moderne l’a considéré comme le premier manuel de la chrétienté occidentale.

Serefeddin Sabuncuoglu (1385-1468) était un chirurgien qui vivait à Amasia, en Anatolie centrale. Il a écrit son livre Cerrahiye-tu l-Hanniyye en 1460, à l’âge de 80 ans, après avoir servi pendant de nombreuses années comme chirurgien en chef à l’hôpital d’Amasia (Darussifa). Son texte Cerrahiye-tu l-Hanniyye a été présenté au sultan ottoman Mehmet II le Conquérant (1432-1481), mais le manuscrit a disparu par la suite jusqu’à son émergence dans les années 1920. Le livre est en gros une traduction d’at-Tasrîf d’az-Zahrawi, mais Sabuncuoglu y a ajouté ses propres expériences et a apporté des commentaires intéressants sur les applications précédentes, sans compter que chaque procédure chirurgicale est illustrée dans son ouvrage. iii

Publicité

William Hunter (1717-1783) a utilisé des manuscrits arabes pour son étude sur l’anévrisme. Parmi eux se trouvait une copie du Kitâb at-Tasrif d’az-Zahrawi. iv Dans sa biographie de William Hunter, Sir Charles lllingworth a décrit les circonstances et le contexte de l’achat par William Hunter d’un manuscrit arabe d’at-Tasrîf d’az-Zahrawi, qu’il a obtenu d’Alep en Syrie. v

Az-Zahrawi, Père de la chirurgie opératoire

Avant l’ère islamique, la chirurgie était considérée comme inférieure à la médecine, et les chirurgiens étaient tenus dans un grade inférieur. Pour la première fois, la chirurgie a été identifiée comme une partie distincte de la médecine par az-Zahrawi et était appelée travail de la main ou travail du fer. En effet, le titre du 30ème chapitre de son impressionnant livre at-Tasrîf était sur la chirurgie ou le travail de la main. Albucasis n’aurait pas pu avoir atteint son haut niveau de connaissances sans avoir fait progresser les domaines médicaux actuels et sans avoir introduit de nouvelles avancées techniques significatives. vi

Az-Zahrawi est considéré comme le père de la chirurgie opératoire. vii On lui attribue la réalisation de la première thyroïdectomie. viii Le dernier chapitre de son livre complet, intitulé “On Surgery“, était consacré aux instruments chirurgicaux. Il a présenté plus de 200 outils chirurgicaux, un nombre stupéfiant à tous points de vue. Il a donné des descriptions détaillées de l’utilisation des sondes, des couteaux chirurgicaux, des scalpels et des crochets. Il a également conçu et inventé des ciseaux chirurgicaux, des pinces à saisir et des pinces obstétricales. Ses illustrations d’instruments chirurgicaux étaient les plus anciennes destinées à l’enseignement et aux méthodes de fabrication.

Abdel-Halim et al ont fait une étude détaillée de la technique de cystolithotomie d’az-Zahrawi après avoir inventé des instruments chirurgicaux inconnus à l’époque gréco-romaine. ix Ils ont passé en revue sa technique opératoire chez les femmes, ses recommandations d’opération en deux étapes dans les cas compliqués et ses contributions à la lithotripsie en introduisant une pince à écraser (pince al-Kalalîb) et une pince à fragmenter (al-Mishâb) pour enlever les calculs impactés.

Az-Zahrawi a contribué aux premières descriptions des diagnostics et des traitements neurochirurgicaux, y compris la gestion des traumatismes crâniens, des fractures du crâne, des traumatismes et des luxations de la colonne vertébrale, de l’hydrocéphalie, des épanchements sous-duraux, des maux de tête et de nombreuses autres affections. x Il a décrit de manière frappante un cas d’hydrocéphalie dû à un défaut congénital de drainage du liquide céphalo-rachidien :

” J’ai vu un petit garçon dont la tête était anormalement élargie, avec une proéminence du front et des côtés, au point que le corps était incapable de la maintenir en place.

En outre, il a apporté d’importantes contributions à la chirurgie pédiatrique. En plus de sa description de l’hydrocéphalie, il a décrit le bec-de-lièvre, les adénoïdes, le méat urinaire externe non perforé, l’anus perforé, les hermaphrodites, la gynécomastie, les doigts surnuméraires et palmés. xi Il a été le premier à décrire en détail les aspects médicaux de l’hémophilie.

Ses écrits médicaux étaient très appréciés en Occident, notamment après avoir été traduits par Gérard de Crémone, Rogerius Frugardi, Ronaldus Parmensis et d’autres. Ses enseignements chirurgicaux étaient les plus avancés du Moyen Âge jusqu’au XIIIe siècle.

At-Tasrîf a été une composante essentielle du cursus médical dans les pays européens pendant de nombreux siècles. Le célèbre chirurgien français Guy de Chauliac (1300-1368) l’a cité plus de 200 fois dans son ouvrage dont il a annexé l’édition latine à son propre livre sur la chirurgie. Plusieurs éditions de ce livre (chapitres chirurgicaux) ont été publiées dont une à Venise (1497), à Bâle (1541) et à Oxford (1778).

Albucasis, inventeur des instruments chirurgicaux

Albucasis a été un pionnier dans le développement d’instruments chirurgicaux. Dans son encyclopédie, il a présenté plus de 200 images d’outils chirurgicaux avec les descriptions et les instructions correspondantes sur la manière de les utiliser. Il a certainement fait l’expérience, au cours des nombreuses craniotomies qu’il a pratiquées, de la déchirure accidentelle de la dure-mère et de la pénétration du cerveau, car il a été le premier à introduire un instrument crânien pour avoir accès au crâne, utilisant une marge métallique circulaire pour éviter de plonger dans le tissu cérébral et de lacérer la dure-mère et le tissu cérébral.

Az-Zahrawi a également inventé plusieurs instruments chirurgicaux. xii Il a présenté sa célèbre collection de plus de deux cents instruments chirurgicaux tels que scalpels, curettes, écarteurs, cuillères, sons, crochets, tiges et spéculums dans le dernier volume d’At-Tasrîfxiii Il a également inventé les forceps pour extraire un fœtus mort. La plupart de ces instruments ont été conçus par az-Zahrawi lui-même et n’avaient jamais été utilisés auparavant. Il a inclus des illustrations des instruments chirurgicaux, probablement les premières du genre et une contribution unique à l’histoire de la chirurgie. xiv

                                  Les instruments chirurgicaux d’az-Zahrawi

 

Il est bien connu qu’Albucasis a pratiqué de nouvelles opérations chirurgicales et conçu de nouveaux instruments. Spink et Lewis ont résumé ses principaux exploits : xv

“Comme Paulus Aegineta, sa principale source, il s’appuie à la fois sur les écrits de ses prédécesseurs et sur sa propre expérience. Il décrit de nombreuses procédures et instruments opératoires qui n’apparaissent pas dans les écrits classiques existants et qui peuvent donc être considérés comme les siens, ou du moins comme faisant partie d’une pratique distinctement arabe. Les exemples suivants méritent une attention particulière à cet égard.

La guillotine amygdalienne et son utilisation (II, 36) ; le couteau caché et son étui pour ouvrir les abcès (II, 46 et fig. 12) ; le trocart pour la paracentèse (II, 54) ; la possibilité qu’Albucasis ou ses contemporains aient inventé de véritables ciseaux (II, 57 et plusieurs figures) ; la seringue (II, 59) ; le lithotrite (II, 60) ; et sa conception du spéculum vaginal (II, 77). Ce chapitre sur les instruments gynécologiques permet de penser qu’Albucasis a anticipé le forceps obstétrical de Chamberlain, mais pas pour un accouchement vivant. Ensuite, il y a l’utilisation de boyaux d’animaux comme matériel de suture (II, 85) ; la description de la thrombophlébite migrans (II, 93) ; le compte-rendu bien illustré de la table de réduction pour étendre les membres afin de réduire les dislocations ou les extrémités de fractures déplacées (III, 31) ; et la formule pour une sorte d’enveloppe de plâtre anticipant le plâtre moderne (III, 27).”

Un instrument médical spécial appelé cautère était utilisé pour cautériser les artères. Il a également introduit l’utilisation d’une ligature pour contrôler le saignement des artères au lieu de la cautérisation; xvi un scalpel (mibdalah) pour inciser et enlever les tumeurs ; une scie (minshâr) pour les os morts et l’amputation ; une râpe (mijrâd) pour gratter les os infectés ; une gouge pour couper les morceaux d’os infectés ; un instrument d’ostéotomie (miqtac) pour couper les extrémités fracturées saillantes ou les os morts ; des blocs de bois à placer sous l’os à couper en toute sécurité ; une perceuse (mithqâb) pour faire des trous ; un levier à os pour réduire les fractures ; une attelle à boule pour les fractures des petits os de la main ; un trapèze pour réduire les fractures de l’humérus ; un pilon pour réduire la luxation de l’épaule ; un cathéter pour traiter la rétention urinaire ; une seringue (mihqân) pour l’oreille, le vagin, le rectum et les sinus ; un céphalotribe (mishdâkh) pour écraser et extraire la tête du fœtus en cas d’accouchement difficile ; une aiguille à coudre (miqdâh) et un scalpel fin (barîd) pour extraire les cataractes ; une lancette (mibdâh an-nash) pour la coupe des veines et la coupe des polypes nasaux ; une lame qui pouvait être dissimulée entre les doigts pour être utilisée chez les patients nerveux ; des forceps (jift) pour extraire les dents, les sangsues et les calculs ; des instruments de cautérisation (mikwa) utilisés pour soixante-cinq problèmes différents, de la douleur à l’hémorragie ; et un mikhdac, un instrument pour tromper en le dissimulant aux patients afin d’apaiser leurs craintes. xvii

Az-Zahrawi a également décrit différents types de fils (dont le catgut) pour la suture des plaies. Il a trouvé un singe qui mangeait les cordes d’un instrument de musique en boyau de mouton. Il a examiné les excréments du singe et n’a pas pu récupérer les “cordes de boyau”, il en a donc conclu qu’elles étaient absorbables et les a utilisées comme sutures. xviii Son utilisation du catgut pour les sutures internes est toujours pratiquée dans la chirurgie moderne. Le catgut semble être la seule substance naturelle capable de se dissoudre et d’être acceptée par le corps. xix Il a fait preuve d’une grande expérience dans les détails du tableau clinique et des procédures chirurgicales, par exemple, sa description de l’extraction des varices, même après dix siècles, est presque similaire à la chirurgie moderne :

‘’Faire raser la jambe si elle est très poilue. Le patient prend un bain et sa jambe est maintenue dans l’eau chaude jusqu’à ce qu’elle devienne rouge et que les veines se dilatent ; ou bien il fait de l’exercice vigoureux. Inciser longitudinalement la peau en face de la varice, soit à la cheville, soit au genou. Maintenir la peau ouverte par des crochets. Exposer, disséquer, et séparer la veine. Introduire une spatule sous celle-ci. Lorsque la veine est élevée au-dessus du niveau de la peau, la suspendre avec un crochet arrondi et émoussé. Au niveau de la cheville, la ligaturer et la dénuder en la tirant depuis l’incision située juste au-dessus. Ligaturer la veine puis l’exciser. En cas de difficulté à la tirer, ligaturer sa partie terminale avec une ficelle et la passer sous la spatule pour la disséquer davantage. Tirez doucement et évitez de la déchirer car si elle se déchire, il devient difficile de la dénuder entièrement et cela peut nuire au patient. Lorsque vous avez tout dépouillé, mettez des pansements alcoolisés aux endroits des incisions cutanées et prenez soin des incisions jusqu’à leur guérison. Disséquez la veine, suspendez-la à l’aide des crochets et dépouillez-la comme décrit précédemment. Ne déchirez pas la veine et ne la blessez pas. Si cela se produit, il devient difficile de la dénuder. Les crochets utilisés doivent être émoussés, sans yeux et arrondis, sinon ils peuvent blesser la veine.’’ xx

Az-Zahrawi a transformé l’art de la chirurgie, des petites choses comme le marquage de ses incisions à l’encre aux grandes procédures comme le traitement des personnes atteintes de gynécomastie. Ses contributions sont légion et son apport à la chirurgie est, sans aucun doute, immense.

Pionnier de la chirurgie moderne

L’essor de la science européenne à la Renaissance doit beaucoup à l’épanouissement des sciences pendant l’âge d’or islamique. Cependant, certains pensent que les médecins islamiques médiévaux, et en particulier les chirurgiens, n’ont été qu’un simple vecteur des idées gréco-romaines. Au contraire, dans certains livres médicaux islamiques médiévaux, comme at-Tasrîf d’az-Zahrawi, les instructions chirurgicales représentent un changement dans les techniques habituelles ou sont accompagnées d’une histoire de cas, ce qui implique que la procédure a été réellement entreprise. Outre les centaines de chapitres consacrés à différentes maladies et aux traitements médicaux et chirurgicaux correspondants. xxi

Pionnier de la chirurgie moderne, az-Zahrawi n’était pas seulement un pionnier de l’innovation chirurgicale ; il était aussi un grand professeur dont les textes médicaux ont façonné les procédures chirurgicales européennes jusqu’à la Renaissance et plus tard. xxii

Une partie importante de son travail sur la chirurgie consiste en des descriptions précoces du diagnostic et du traitement neurochirurgical, y compris le traitement chirurgical des traumatismes crâniens et des fractures du crâne, des blessures et des luxations de la colonne vertébrale, de l’hydrocéphalie et des épanchements sous-duraux, des maux de tête et de nombreuses autres affections médicales. Il a décrit des instruments neurochirurgicaux tels que les forets crâniens qui évitaient la perforation de la dure-mère. xxiii

Pour Jalal Annajar, az-Zahrawi était un vrai pionnier de la médecine, sans aucun doute : xxiv

‘’Albucasis could not have achieved his high knowledge level without having advanced the current medical fields and without having introduced new significant technical advances. For example, he devised the anesthetic sponge at a time when anesthetic solutions were given as multidoses to the patient to make him unconscious for surgery with the risk of overdosage. Al Zehrawi was the first to use a sponge that steeped in aromatics and soporific and dried to be moistened when required and applied to patient’s lips and nostrils. This Arabic innovation consisted in immersing the anesthetic sponge in a boiled solution made of water with hashish (from Arabic hasheesh), opium (from Arabic afiun), c-hyoscine (from Arabic cit al huscin), and zo’an (Arabic for wheat infusion). The dried sponge acted as a carrier for the active ingredients after the solution evaporation. Anesthesia by inhalation was called Arabian Nights.’’

[‘’Albucasis n’aurait pas pu atteindre son haut niveau de connaissances sans avoir fait progresser les domaines médicaux actuels et sans avoir introduit de nouvelles avancées techniques significatives. Par exemple, il a conçu l’éponge anesthésique à une époque où les solutions anesthésiques étaient administrées en multidoses au patient pour le rendre inconscient en vue d’une intervention chirurgicale, avec le risque de surdosage. Al Zehrawi a été le premier à utiliser une éponge imprégnée d’aromates et de soporifique et séchée pour être humidifiée au besoin et appliquée sur les lèvres et les narines du patient. Cette innovation arabe consistait à immerger l’éponge anesthésiante dans une solution bouillie composée d’eau avec du haschisch (de l’arabe hasheesh), de l’opium (de l’arabe afiun), de la c-hyoscine (de l’arabe cit al huscin) et du zo’an (infusion de blé en arabe). L’éponge séchée servait de support aux principes actifs après l’évaporation de la solution. L’anesthésie par inhalation était appelée Nuits d’Arabie.’’]

Abulcasis est connu pour ses concepts de la douleur en tant que symptôme et pour l’importance qu’il accorde à l’anatomie du crâne et du cerveau en relation avec les opérations neurochirurgicales de cette période. Ses œuvres ayant été traduites de l’arabe au latin, à l’hébreu et au turc et n’ayant fait l’objet que de traductions récentes ou limitées dans les langues occidentales modernes, le rôle historique joué par cet homme a été largement méconnu des neurochirurgiens qui ne maîtrisent pas ces langues. xxv

Son œuvre la plus célèbre est l’encyclopédie de médecine at-Tasrîf, divisée en 30 volumes, chacun traitant d’un aspect différent de la médecine, comme l’ophtalmologie, la pharmacologie, la nutrition, etc. Dans le domaine de la pharmacologie, il aborde la préparation de divers médicaments ; il décrit l’application de techniques telles que la sublimation et la décantation. Az-Zahrawi a discuté de nombreuses maladies, de leurs causes et des moyens de les prévenir. Il a été le premier à décrire en détail la maladie de l’hémophilie, en expliquant les facteurs héréditaires qui l’accompagnent.

Le volume le plus influent de cette encyclopédie est le 30e, celui consacré à la chirurgie, dans lequel il a expliqué en détail comment réaliser certaines opérations chirurgicales pour guérir certaines maladies, et a décrit toutes les branches de la chirurgie. Az-Zahrawi a souligné l’importance de l’étude de l’anatomie en tant que préalable fondamental à la chirurgie. Le livre présente plus de 200 instruments chirurgicaux, pour la plupart inventés par az-Zahrawi lui-même, et décrit l’utilisation de ces instruments. Il a conçu un instrument pour l’examen interne de l’oreille, un instrument pour l’inspection interne de l’urètre, ainsi qu’un instrument pour ajouter ou retirer des corps étrangers de la gorge.

Az-Zahrawi a été à l’origine de nombreuses procédures et matériels encore utilisés dans les salles d’opération de nos jours. Il a été le premier à utiliser le catgut, qui est une corde fabriquée à partir d’intestins de mouton et de chèvre, comme fil pour les sutures internes. La cautérisation a été utilisée par az-Zahrawi, généralement pour traiter des tumeurs cutanées ou des abcès ouverts ; il a appliqué la procédure de cautérisation à environ 50 opérations différentes.

Az-Zahrawi a remarquablement amélioré les techniques utilisées pour l’extraction des calculs de la vessie ; il a utilisé une seringue métallique pour la vessie et un spéculum au lieu d’un instrument semblable à une petite cuillère qui entoure le calcul et le retire. Il a également été le premier à utiliser des forceps lors de l’accouchement, ce qui a considérablement réduit le taux de mortalité des nouveau-nés et des mères à cette époque. Il a pratiqué des amygdalectomies avec les mêmes abaisseurs de langue, crochets et ciseaux que ceux utilisés aujourd’hui.

L’une des premières chirurgies plastiques de pointe a été réalisée par az-Zahrawi. Par ailleurs, dans le domaine de la dentisterie, az-Zahrawi a dessiné divers instruments utilisés en plus de décrire de nombreuses opérations dentaires importantes. Il a également développé la technique de remplacement des dents défectueuses par des dents artificielles.

Il ne fait aucun doute qu’az-Zahrawi a profondément influencé le domaine de la médecine et de la chirurgie. xxvi Les principes qu’il a établis ont été reconnus comme authentiques par la science médicale et continuent d’influencer le monde médical jusqu’à aujourd’hui.

Contributions en obstétrique et en gynécologie

Az-Zahrawi a utilisé un spéculum vaginal pour faciliter l’extraction d’un fœtus mort. Le spéculum à deux lames (dilatateur) ressemble à une presse à livres et est équipé d’un dispositif à vis permettant de dévisser ses branches en forme de cuillère pour élargir le tractus génital. Les deux vis sont plus fines que celles de la presse. Les vis sont fabriquées en bois d’ébène, d’ivoire ou de buis. La distance entre les branches est élargie ou rétrécie selon le sens de rotation des vis. xxvii

Il a spécifié les dimensions de la base boisée de chaque spéculum comme étant une longueur d’un empan et demi (environ 33 cm, si l’on se souvient qu’un empan est la distance mesurée par une main humaine, du bout du pouce au bout de l’auriculaire), une largeur de 2 pouces et une épaisseur de 1 pouce. En outre, il a précisé que la longueur des branches devait être comparable à la profondeur du vagin, soit environ la moitié d’un empan (11 cm) ou un peu plus. Dans le cas où les branches seraient plus longues que la profondeur du vagin, il a suggéré d’ajouter des coussinets pliés aux contacts des branches pour éviter d’insérer les branches sur toute leur longueur.

Après avoir appliqué le spéculum, un scalpel large (arabe : nashl) était utilisé pour inciser les gonflements. Le spéculum d’az-Zahrawi est clairement différent de ceux des anciens (Archigène et Soranus d’Ephèse) tant par les matériaux utilisés que par le principe d’action. xxviii

Az-Zahrawi fut le premier chirurgien, avant la célèbre famille Chamberlen, à utiliser un céphalotribe (arabe : mishdâkh), qui était une sorte de pince grossière (arabe : kalâlîb). Le céphalotribe possède des mâchoires incurvées en dents de scie et des poignées très solides. Il a également décrit un autre type de céphalotribe (ciseaux) dont les mâchoires sont droites Ce dernier ressemble quelque peu au cranioclaste moderne. xxix

Az-Zahrawi a utilisé un crochet à deux cornes (arabe : sinnârah dhât ash-shawkatayn) pour l’extirpation d’un fœtus mort de l’utérus. Les cornes sont pointues et recourbées à l’opposé l’une de l’autre. Elles sont reliées à une poignée épaisse pour éviter d’endommager le crochet lors de l’extraction du fœtus. Il est pionnier dans l’utilisation d’un miroir en verre pour réfléchir la lumière du soleil afin d’inspecter le col de l’utérus. xxx

Conclusion

Az-Zahrawi est un exemple du haut niveau scientifique atteint par la médecine arabe et islamique au Moyen Âge. Il fut le premier chirurgien du monde musulman et a élevé la chirurgie au même rang que la médecine. Le Kitâb at-Tasrîf fait partie de l’important héritage culturel et scientifique apporté par les Arabes et, pour cette raison, son auteur occupe une place tout à fait exceptionnelle dans l’histoire de la science universelle.

Il ne fait aucun doute qu’az-Zahrawi a profondément influencé le domaine de la médecine et de la chirurgie. Les principes qu’il a établis ont été reconnus comme authentiques dans la science médicale, en particulier la chirurgie, et ils ont continué à influencer le monde médical pendant cinq siècles. Selon Donald Campbell (Arabian Medecine and Its Influence on the Middle Ages), xxxi ses principes de science médicale ont surpassé ceux de Galien dans le cursus médical européen.

Refondant la splendeur de la médecine gréco-romaine, Albucasis a transmis les connaissances des traditions médicales orientales. Il a apporté son expérience clinique et ses connaissances pharmacologiques à une chirurgie renaissante, établissant de nouvelles procédures et de nouveaux instruments qui ont rendu les opérations plus précises et plus sûres. La pensée et la pratique pionnières d’Albucasis sont devenues un point de repère pour la chirurgie arabe et européenne. xxxii

Il est surtout connu pour ses percées précoces et originales en chirurgie ainsi que pour sa célèbre encyclopédie médicale appelée at-Tasrîf, qui se compose de trente volumes couvrant différents aspects de la science médicale. La partie la plus importante de cette série comprend trois livres sur la chirurgie, qui décrivent en détail divers aspects du traitement chirurgical en se basant sur les opérations qu’il a pratiquées, notamment la cautérisation, l’élimination d’un calcul dans la vessie, la dissection d’animaux, la profession de sage-femme, la styptique et la chirurgie des yeux, de l’oreille et de la gorge. Il a perfectionné plusieurs opérations délicates, notamment l’ablation du fœtus mort.

Az-Zahrawi est l’inventeur de plusieurs instruments chirurgicaux, dont trois sont remarquables :

1- Un instrument pour l’examen interne de l’oreille ;

  1. Un instrument pour l’inspection interne de l’urètre, et ;

  2. Un instrument pour appliquer ou retirer les corps étrangers de la gorge. Il s’est spécialisé dans la guérison des maladies par cautérisation et a appliqué cette technique à pas moins de 50 opérations différentes.

At-Tasrîf a été traduit pour la première fois en latin par Gherard de Crémone au Moyen Âge. Il a été suivi par plusieurs autres éditeurs en Europe. xxxiii L’ouvrage contient de nombreux diagrammes et illustrations d’instruments chirurgicaux, en usage ou mis au point par lui, et a fait partie du programme d’études médicales des pays européens pendant de nombreux siècles. Contrairement à l’opinion selon laquelle les musulmans ont boudé la chirurgie, at-Tasrîf d’az-Zahrawi constitue un recueil monumental pour cette branche de la science appliquée.

Dans cette encyclopédie médicale, az-Zahrawi a également abordé la préparation de divers médicaments, en plus d’un compte rendu complet du traitement chirurgical dans des branches spécialisées, dont les homologues modernes sont l’E.N.T., l’ophtalmologie, etc. En ce qui concerne la préparation des médicaments, il a également décrit en détail l’application de techniques telles que la sublimation et la décantation. Az-Zahrawi était également un expert en dentisterie, et son livre contient des croquis de divers instruments utilisés dans ce domaine, ainsi qu’une description de diverses opérations dentaires importantes. Il a abordé le problème des dents non alignées ou déformées et la manière de rectifier ces défauts. Il a développé la technique de préparation des dents artificielles et de remplacement des dents défectueuses par celles-ci. En médecine, il a été le premier à décrire en détail une maladie inhabituelle, l’hémophilie.

Ainsi, en conclusion, az-Zahrawi n’était pas seulement l’un des plus grands chirurgiens de l’Islam médiéval, mais aussi un grand pédagogue et psychiatre. Il a consacré une section importante de son Tasrîf à l’éducation et au comportement des enfants, à l’étiquette à table, au programme scolaire et à la spécialisation académique.

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter : @Ayurinu

Bibliographie sur la chirurgie arabe :

Adams, F. The Seven Books of Paulus Ægineta, translated from the Greek with a commentary embracing a complete view of the knowledge, III volumes. London: Sydenham Society, 1846.

Arslan et al. “Albucasis: Founder of Catgut”, Acta Medica Anatolia, Volume 2, Issue 3, 2014, pp. 103-104.

Alves, F.; Raposo, L. & Santos, A. (Org.), Um gosto privado/Um olhar público, Doacções D. Luís Bramão, Bustorff Silva, Barros e Sá. Lisboa: Instituto Português de Museus/Museu Nacional de Arqueologia, 1995.

Avicenna. Liber canonis. Venedig, 1507 (Hildesheim: Nachdruck Olms, 1964).

Campbell, D. Arabian Medicine and its Influence on the Middle Ages. Hertford: Martino Publishing, 2006.

Bliquez, L.J. The tools of Asclepius. Surgical Instruments in Greek and Roman Times. Leyden, Boston: Brill, 2016.

Boudon-Millot, V. ‘’Un traité perdu de Galien miraculeusement retrouvé, le Sur l’inutilité de se chagriner’’, in La Science médicale antique: Nouveaux regards, V. Boudon-Millot, V & Joanna, J.,  Galien, vol. 4, Ne pas se chagriner. Paris: Les Belles Lettres, 2010.

Cambra, L.M.A. Un Tratado de Odontoestomatologia en Abulcasis. Almeria : Universidade de Almería, Servicio de Publicaciones, Amería, 2003.

Coxe, J. R. The writings of Hippocrates and Galen. Philadelphia: Lindsay and Blakiston, 1846.

Celsus. On Medicine, Henderson, J. T. (ed.), Spencer, W.G. (trad.). London: Harvard University Press, III Volumes, 1938, vol. II, p. 49.

Chauliac, G. La grande chirurgie de Guy de Chauliac, chirougien, maître en médicine de l’Université de Monpellier à l’an de 1363. Paris : Alcan, 1890.

Dude, L. Extrakionszangen der römischen Kaiserzeit. Dissertation zur Erlangung des Doktorgrades der Zahnmedizin des Fachbereichs Medizin der Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt am Main, 2006.

Engeser, M. Der “Liber Servitoris” des Abulkasis (936-103), Ubersetzung, Komentar, Nachdruck der Textfassung von 1471. Sttutgart : Deutsher Apotheker Verlag, 1986.

Gurlt, E. Geschichte der Chirurgie und ihre Ausübung. Berlin : Verlag von August Hirschwald, 1898, 3 Bänder.

Jee, S.B.S. A Short History of Aryan Medical Science. New York: Macmillan and CO., 1896.

Kenrick, J. Roman Sepulchral Inscriptions. Their relation to Archeology, Language, and Religion. London, York, 1858, (Nicosia, Cyprus : BookNet; 1st edition (July 21, 2012)).

Künz, E. Medinizinische Instrumente aus Sepulchralfunden der römischen Kaiserzeit. Köln: Rheinland Verlag GmbH, 1982.

Künzl, E. Medizin in der Antike. Aus einer Welt ohne Narkose und Aspirin. Sttutgart: Theiss Verlag, 2002.

Leclerc, L. La Chirurgie d’Albucasis. Paris : J.-B. Baillière, 1861.

Milne, J. S. Surgical Instruments in Greek and Roman Times. Oxford: Clarenden Press, 1907.

Pliny. Natural History, H. Rackam (transl.). Cambridge: Harvard University Press, 1952.

Rhazes, M & Maimonides, M. Liber ad Almansorem […]Bonetus Locatellus, O Scotus, 1479.

Ricci, J. V. The Developement of Gynaecolocogical Surgery and Instruments. Philadelphia: The Blakiston Company, 1949.

Ricci, J. V. Aetios of Amida, The Gynaecology and Obstetrics of the VI Century, A. D., translated from the Latin Edition of Cornuarius, 1542. Philadelphia, Toronto: The Blackiston Company, 1950.

Sanagustin, F. “La chirurgie dans le Canon de la medecine (“Al-Qânûn fi-ṭ-ṭibb”) d’avicenne (“Ibn Sînâ”)”, Arabica, T. 33, Fasc., mars 1986, pp. 84-122.

Simon, M, Sieben Bücher Anatomie des Galen: zum ersten Male veröffentlicht nach den Handschshriften einer arabischen Übersetzung des 9. Jahrh. n. Chr. /ins Deutsche übertragung und kommentiert. Leipzig: J. C. Hinrichs’sche Buchhandlung, 1906.

Spink, M.S. & Lewis, G.L. On Surgery and Instruments. A definitive edition of the Arabic text, English translation and commentary. London: Wellcome Institute of the History of Medicine, 1973.

Temkin, O. Soranus’ Gynecology. Baltimre and LondonThe Jihn Hopkins University Press, 1956.

Tschanz, D. W., A short History f Islamic Pharmacy, “Journal of the Internatina Society of Islamic Pharmacy”, 2003, 1, pp. 11-17.

Vasconcellos, J. L. & Barroso, M. S. (Introd.). Medicina dos Lusitanos. Lisboa : Celom, 2008.

Velensky, R. Albucasis: Un Chirurgien Arabe Au Moyen Âge. Primary Source Edition, Thèse pour obtenir le Doctorat en Médicine, Monpellier, 1908.

Walsh, J. Medieval Medicine. London: A. C. Black, 1920.

Notes de fin de texte :

i Liber servitoris de praeparatione medicinarum simplicium. Bulchasin Benaberazerin, translatus a Simone Januensi, interprete Abraam Tortuosiensi, et divisit in tres tractatus. Dixit agregator hujus operis (Venetiis: Per Nicolaum Ienson, 1471, 1 vol., in-quarto). Il existe plusieurs exemplaires de cette édition, par exemple à la bibliothèque de l’Université de Glasgow, Special collections, MS Hunterian Bx.3.26.

ii Hwang, Kun. ‘’PhD Tracing the Use of Cautery in the Modern Surgery’’, Journal of Craniofacial Surgery: January 2018 – Volume 29 – Issue 1, 2018, pp. 12-13. doi: 10.1097/SCS.0000000000004258

iii Hamarneh, Sami K. Health Sciences in Early Islam: Collected Papers. London : Zahra Publishing Co., 1984.

iv H. G. Farmer, “William Hunter and his Arabic Interest”, in Presentation volume to William Barron Stevenson, edited by Cecil James Mullo Weir. Glasgow : University of Glasgow Oriental Society, 1945, “Studia semitica et orientalia, vol. 2”. See a description of the Hunterian Collection on the website of the library of Glasgow University.

v Illingworth, Sir Charles. The Story of William Hunter. Edinburgh: E. S. Livingstone, 1967, p. 58.

vi Ramen, Fred. Albucasis Aka Al-zahrawi: Renowned Surgeon of the Arab World (Great Muslim Philosophers and Scientists of the Middle Ages). New York : Rosen Publishing, 2006.

Albucasis était l’un des médecins et chirurgiens les plus respectés de l’époque médiévale. On se souvient de lui pour ses percées en chirurgie, ainsi que pour son encyclopédie médicale, qui a été utilisée dans les écoles de médecine en Europe jusqu’au XVIIe siècle. Il a également été l’inventeur de nombreux instruments chirurgicaux, dont certains sont encore utilisés aujourd’hui.

vii Nabri, I. A. “El Zahrawi (936-1013 AD), the father of operative surgery”, Ann R Coll Surg Engl., 1983: 65, 1983,

pp. 132–134.

viii  Ignjatovic, M. “Overview of the history of thyroid surgery”, Acta Chir Iugosl., 2003: 50, 2003, pp. 9–36.

ix  Abdel-Halim, R. E.; Altwaijiri, A. S.; Elfaqih, S. R. & Mitwalli, A. H. “Extraction of urinary bladder stones as described by Abul-Qasem Khalaf Ibn Abbas Alzahrawi (Albucasis) (325–404H, 930–1013 AD)”. A translation of original text and a commentary. Saudi Med J. 2003;24, 2003, pp. 1283–1291.

x  Al-Rodhan, N. R. & Fox, J. L. “Al-Zahrawi and Arabian neurosurgery, 936–1013 AD” Surg Neuol., 1986: 26, 1986, pp. 92–95.

xi Montagnani, C. A. “Pediatric surgery in Islamic medicine from the Middle Ages to the Renaissance” Prog Pediatr Surg., 1986: 20, 1986, pp. 39–51.

xii Qari, M. “Abul Qasim Khalaf ibn al-Abbas al-Zahrawi (Abulcasis)”, Journal of Applied Hematology, 2010: 1(1):

, 2010, pp. 66-67. http://appliedhematology.org/home/volumes/volume1issue1/pioneerofhematology/5373Volume%201%20-%20Issue%201%20-%20Sep%202010.pdf.

xiii Shuriye, A. O. & Othman, R., eds. Contributions of Muslim Scientists to Medicine and Related SciencesBatu Caves: HUM Press, 2011. http://irep.iium.edu.my/21116/1/CHAPTER_23.pdf.

xiv Ahmed B. “Abu Qasim Al-Zahrawi Albucasis the Father of the Surgery”, Journal of the Tarrant County Medical Society, 2009. http://www.mcc-hs.org/Articles/Abu%20Qasim%20Al-Zahrawi.pdf.

Chavoushi, S. H. ; Ghabili, K. ; Kazemi A, et al. ‘’Surgery for Gynecomastia in the Islamic Golden Age: Al-Tasrif of Al-Zahrawi (936–1013 AD)’’, ISRN Surgery, 2012. doi:10.5402/2012/934965

xv Spink, M.S. & Lewis, G.L. On Surgery and Instruments. A definitive edition of the Arabic text, English translation and commentary. London: Wellcome Institute of the History of Medicine, 1973, p. ix.

xvi Qari, M. “Abul Qasim Khalaf ibn al-Abbas al-Zahrawi (Abulcasis)”, op. cit.

xvii Syed, S. & Akhtar, K. A. K. “Ancient History of Obstetrics & Gynaecology”, JSOGP. 2011: 1(1), 2011, pp. 4-5. http://www.jsogp.net/Volumes/Volume1-1/ANICIENT%20HISTORY%20of%20Obstetrics%20and%20Gynaecology%20AL-%20Zahrawi.pdf.

xviii Ibid.

xix Azizieh, F. “Abu Al-Qasim greatest medieval surgeon”, op. cit.

xx Elgohary, M. A. “Al-Zahrawi: The Father of Modern Surgery”, op. cit.

xxi Elgood, C. A Medical History of Persia and the Eastern Caliphate. From the Earliest Times Until the Year 1932. Cambridge, Mass, USA : Cambridge University Press, 1951.

xxii Ammar, S. ‘’Abu al-Qasim al-Zahrawi (Abulcasis): Arab pioneer of surgery’’, Quad Int Stor Med Sanita, 1992: 1, 1992, pp. 13-25.

xxiii Annajjar, Jalal. “Abu Alkasem AL Zehrawi (Albucasis 936–1013)”, Child’s Nervous System 26.7, 2010, pp. 857-859.

xxiv Ibid.

xxv Amr, Samir S., and Abdelghani Tbakhi. “Abu Al Qasim Al Zahrawi (Albucasis): Pioneer of modern surgery”, Annals of Saudi medicine 27.3, 2007, pp. 220-221.

Il a appliqué la cautérisation à pas moins de 50 opérations différentes. Application de ligatures pour les vaisseaux qui saignent et suture interne en utilisant le catgut. Il a précédé le célèbre chirurgien militaire français Ambroise Pare (1510-1590), considéré comme le premier Européen à utiliser les sutures, de cinq siècles.

xxvi Asaad, Malke et al. “Albucasis: A Pioneer Plastic Surgeon”, Annals of Plastic Surgery, 2019.

xxvii I. Hehmeyer, I & A. Khan, “Islam’s forgotten contributions to medical science,” Can. Med. Assoc. J., vol. 176, no. 10, mai 2007, pp. 1467–1468.

xxviii Nabri, I. A. “El Zahrawi (936-1013 AD), the father of operative surgery,” Ann. R. Coll. Surg. Engl., vol. 65, no. 2, mars 1983, pp. 132–134.

xxix Spink, M. S. “Arabian gynaecological, obstetrical, and genito-urinary practice illustrated from Albucasis”, Proc. R. Soc. Med., vol. 30, no. 6, avril 1937, pp. 653–670.

xxx Lapena, J. F. “Mirrors and reflections: The evolution of indirect laryngoscopy,” Ann. Saudi Med., vol. 33, no. 2, mars-avril 2013, pp. 177–181.

xxxi Campbell, D. Arabian Medecine and Its Influence on the Middle Ages, deux volumes. London: Keegan Paul, Trench, Trubner and Co. LTD, 1926.

xxxii Al-Ghazal, S. K. Al-Zahrawi (Albucasis) the Great Andalusian Surgeon. Manchester : UK, Foundation for Science Technology and Civilisation, 2007.

xxxiii Pekesen, M. ‘’Abu Al Qasim Al Zahrawi (Albucasis): The father of modern surgery’’, Health Sciences Quarterly, 1(2), 2021, pp. 83-86.

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Éric Zemmour visé par un jet d’œuf à son arrivée à Moissac

Vous voulez comprendre l’invasion de Poutine ? Regardez l’occupation israélienne