Zidane insulté par Christophe Alévêque, quand la colère ne rime pas avec l’humour…

Si Zidane ne figure pas au palmarès des personnalités jugées comme les « plus agaçantes » par les Fran

lundi 3 janvier 2011

Si Zidane ne figure pas au palmarès des personnalités jugées comme les « plus agaçantes » par les Français, selon les résultats d’une étude d’opinion parue dans VSD, il occupe en revanche la place d’honneur au panthéon des mal-aimés de l’humoriste Christophe Alévêque, à qui il hérisse le poil au point d’être l’objet de son odieuse calomnie.

C’est peu de dire que la courbe de l’irritabilité du comique explose quand le nom de Zidane est évoqué, incapable de refouler les plus viles injures qu’il s’autorise à proférer, au risque d’instiller le doute sur sa faculté de rire de tout, même de ses propres excès...

Engagé à gauche toute, Christophe Alévêque, qui ne brille pas toujours par la finesse de ses parodies, n’a pas fait dans la dentelle au cours de son interview au magazine Sportmag ! Loin de nous éblouir par sa causticité, il nous laisse abasourdis devant la vulgarité de ses invectives à l’encontre de l’icône du football qui, quoiqu’il puisse éructer, a écrit les plus belles pages de l’histoire du ballon rond.

Quand la calomnie n’est plus sous contrôle et qu’elle a perdu tout sens de la dérision, elle se vautre dans la méchanceté au ras des pâquerettes :

"Si lui c’est une icône, moi je baisse les bras, je rends les armes, mon tablier et je vais sur une île déserte. Ce mec est un panneau publicitaire qui a trois neurones, qui nous a fait perdre la Coupe du monde 2006. Qui, maintenant, profite de son image à outrance. Pour moi, c’est une forme de prostitution. Ce mec est une p... ! Ecris le ! Je te jure, ce qu’il fait, c’est toujours en fonction de son nombril. C’est écoeurant. J’espère que les 11 millions qu’il a pris, il a les a donnés à une association, sinon c’est un scandale. Ce n’est pas son coup d’essai, il en a fait d’autres. Ambassadeur de Danone... Qu’il crève dans le yaourt !". Ou encore : "Il avait des qualités de footballeur exceptionnelles, mais moi, ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus. L’image qu’il véhicule pour les jeunes de banlieue... Il ne fait rien, il prend du fric. Il n’a aucun avis sur rien, ne prend aucune position sur rien. C’est un mec totalement lisse qui ne veut se mettre personne à dos pour récupérer un maximum de pognon. C’est d’un ennui profond quand il parle..."

Quoiqu’on puisse penser de la reconversion très lucrative de Zidane, la star planétaire du football n’a jamais prétendu briguer un rôle d’ambassadeur des banlieues, ou d’émissaire de l’exemplarité envers qui que ce soit, ni même ceux qui lui ressemblent…

La colère n’est pas bonne conseillère. Christophe Alévêque serait bien avisé de le méditer, car son courroux sans retenue l’entraîne vers des sommets de bêtise, où les préjugés maniés à la serpe confinent au pathétique.

Publicité

commentaires