« Terramed », le label de la future chaîne de télévision de l’Union pour la Méditerranée

« Terramed », un label fédérateur pour un ambitieux projet audiovisuel multiculturel, qui échappe mirac

mercredi 22 avril 2009

« Terramed », un label fédérateur pour un ambitieux projet audiovisuel multiculturel, qui échappe miraculeusement au sort réservé aux dossiers prioritaires de l’Union pour la Méditerranée (l’écologie, le développement durable, l’économie…), frappés d’inertie suite aux annulations en série des réunions sur ces questions par les Etats arabes refusant de siéger aux côtés d’Israël.

Moins d’un an après son officialisation au Grand Palais, l’Union pour la Méditerranée impulsée par Nicolas Sarkozy, souffre de séquelles indélébiles laissées par l’empreinte meurtrière d’Israël à Gaza.

Epargné, seul le volet audiovisuel semble mobiliser les forces vives de vingt-deux pays du pourtour méditerranéen, qui ont adopté une résolution finale au Caire en avril lors de la Conférence permanente de l’audiovisuel méditerranéen (Copeam) présidée par Emmanuel Hoog, PDG de l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

Soumise aux chefs d’Etat et de gouvernement euro-méditerranéens dans la perspective de leur prochain sommet en 2010, cette résolution s’articule autour de trois axes majeurs : la création d’une chaîne de télévision méditerranéenne, le renforcement des échanges d’information et la réalisation d’un portail Internet consacré aux archives audiovisuelles des pays de la Méditerranée.

Emettant en français, arabe, et anglais, diffusée par satellite avec des programmes à vocation méditerranéenne et culturelle, « Terramed », dont le siège est à Rome, sera prochainement visible à titre expérimental sur Rainews.

Le temps de la célébration avec faste de l’Union pour la Méditerranée a cédé la place aux heures incertaines du ressentiment et des tensions. L’outil audiovisuel pourra-t-il être à lui seul l’instrument de la concorde ?

Publicité

commentaires