Solidarité avec le Liban

Pour ceux qui doutaient encore de la grave crise que traverse le Liban, et la déréliction de nombreux Libana

par

dimanche 27 août 2006

Pour ceux qui doutaient encore de la grave crise que traverse le Liban, et la déréliction de nombreux Libanais, voici un témoignage vivant de ce qui se passe actuellement dans le pays du Cèdre et les conséquences désastreuses des bombardements aveugles de l’armée israélienne. Et comme on pouvait hélas s’y attendre, les objectifs fixés en début de campagne militaire n’ont absolument pas été tenus ; pis, voilà que les citoyens de l’Etat hébreu s’en prennent maintenant ouvertement au gouvernement d’Ehud Olmert, lui reprochant avec virulence son incompétence. A une crise en succède une autre, certainement beaucoup moins lourde de conséquences que celle qui a frappé de plein fouet le Liban durant près d’un mois. Nous adressons avec solennité, nos témoignages de solidarité et de soutien à tous nos amis libanais.

Haoues Seniguer.

A toute personne de conscience droite

Cher(e) ami(e) dans ce village planétaire,

La situation tragique qui sévit au Liban, depuis le 12 juillet 2006 et ne trouve pas de salut définitif jusqu’à la rédaction du présent document, a dispersé plus d’un million d’êtres humains venus se réfugier dans les différents centres publics et privés du Mont-Liban.

Face à ce nombre de personnes déplacées et démunies et face au marasme économique aggravé de surcroît à cause de la fermeture de tous les centres supposés être durant la saison d’été un lieu de travail pour des milliers de personnes, force est de constater que les régions d’accueil, se trouvent à leur tour, en voie de crise imprévue, car sans travail, sans salaire et sans possibilité d’engagement pour la saison d’automne prochain en raison des destructions et des dégâts jusque là illimités au niveau des entreprises, des hôtels et usines, etc.

Il est déjà quasiment sûr qu’à partir du mois d’Août 2006, plus de 40% de la population des villages n’auront pas de traitement mensuel, hebdomadaire ou journalier, particulièrement, si les négociations ne conduiront pas à des solutions génératrices de paix globale et durable dans la région.

Il est à signaler que les aides humanitaires qui parviennent au Liban vont aux familles et personnes déplacées seulement, s’inscrivent dans un cadre politique régional, et c’est à peine si ces aides couvrent le minimum requis des besoins vu la gravité de la situation tant sur le plan humain, social, économique que médical.

Entre temps les néfastes retombées économiques touchent gravement les régions d’accueil, à noter le mont-Liban, qui a recruté le plus grand nombre de déplacés. Pénurie d’essence, d’électricité, et de mazout, destruction des ponts qui assurent les déplacements d’une mohafazat à une autre, cherté surgie immédiatement après la cessation du feu et la résolution 1701, par conséquent, se rendre au travail n’est plus chose sûre et certaine. La vie économique est bloquée, l’avenir proche est menacé pour une grande partie de la population villageoise, et ce, sans oublier le problème le plus cuisant : les frais de scolarité à toute une génération d’étudiants qui n’ont pas pu travailler durant la saison d’été pour assurer une partie des frais de leur scolarisation.

Une telle condition est aussi dure qu’une situation de déstabilisation parce qu’elle contribue au départ des jeunes privés des moyens susceptibles de leur permettre de préparer un lendemain digne et un avenir décent.

Confrontés à une situation qui nous frappe tragiquement, et en réponse aux recommandations issues du synode patriarcal maronite, les évêchés ont constitué dans toutes les régions des commissions chargées de promouvoir la civilisation de l’amour et de la charité.

La constitution de ces commissions relève d’un règlement intitulé « La civilisation de l’amour », n°11, mis « au service de la société » et édité en janvier 2006, par les instances de l’Eglise maronite.

Pour ce faire, je, soussignée, professeur Hoda Nehmé, vice doyen de la faculté de Philosophie et des sciences humaines de l’USEK, coordinatrice du synode patriarcal maronite du casa de Jbeil, (Byblos), et présidente de la commission chargée du secteur composé des villages suivants, Lehfed, Saqui Rechmaya, Mechmech et Abaydat, qui comptent au moins 7000 habitants dont 45% sont dans les secteurs agricole, ouvrier, et petit fonctionnaire,

sollicite votre soutien pour les six mois à venir afin de protéger la société civile écartée du travail et laissée pour compte, pour pouvoir lui assurer le minimum requis pour que les villages du Mont-Liban ne se vident de leur population, pour soutenir la jeunesse en quête d’avenir et pour que le Liban ne devienne pas, du jour au lendemain, une terre déserte.

Ancien de 6000 ans, le Liban sollicite les Libanais à l’étranger, les amis et toute personne de bonne volonté, de bien vouloir donner le coup de main humain, et ce, pour épargner à nos concitoyens de sombrer dans le désespoir et d’avoir le courage de résister et de survivre aux malheurs qui les rongent de manière périodique depuis trente ans et de leur préserver leur dignité. Notre appel est une forme de prière et de vœu pieux.

La commission suscitée relève de l’archevêché maronite du casa de Jbeil, qui a à sa tête le monseigneur Béchara Rai qui, depuis sa nomination, n’a jamais manqué de créer les liens les plus solides entre l’Eglise et la société civile.

Un compte bancaire à l’« Intercontinental Bank of Lebanon », section Jounieh, dont le numéro est le suivant « Swift inlelbbe, numéro : 004-0013180401743013 ; est mis à la disposition des gens de bonne volonté qui désirent répondre à notre appel.

Dans l’espoir d’une collaboration solidaire qui nous unit au service de l’humanité sinistrée, je réitère mes vifs remerciements pour la confiance que vous mettez en nous et vous prie de croire en notre sincérité.

Toute aide que vous donnerez, il vous sera communiqué le(s) nom(s) du (des) bénéficiaire(s).

Fasse Dieu qu’il vous épargne la douleur et la souffrance.

Lehfed

Hoda Nehmé

Présidente

N.B. Ci joint le nom et les coordonnées des membres de la commission

Chef de toutes les commissions créées dans le casa de Jbeil : monseigneur Béchara Rai, Evêque de l’archevêché maronite de Jbeil

Coordonnées : Tél : 961 9 621056

Fax : 961 9 621449

e-mail :[email protected]

Commission du secteur Lehfed et les environs

Hoda Nehmé, 961 3 363223

e-mail, [email protected] Fax : 961 9 600551

Pr. Georges Sawma , 961 3 566355

Viviane Saadé, 961 3 591848

Yolla Abi Khalil, 961 3 569188

Ibtissam Matar, 961 3 312395/ 961 9 725156

Najah Daou, 961 3 373821

Fadia Zghondi, 961 3 637845

Nathalie Boutros, 961 3 577359

e-mail : [email protected]

Philippe Daou, 961 9 725061

Publicité

Auteur : Hoda Nehmé

Vice doyen de la faculté de Philosophie et des sciences humaines de l'USEK, coordinatrice du synode patriarcal maronite du casa de Jbeil, (Byblos)

commentaires