Pour Alain Finkielkraut, les Tricolores sont “une bande de voyous”

Après un crochet par Jérusalem, passant sans transition de Gaza au Mondial, et de la déconfiture des Bleus

lundi 21 juin 2010

Après un crochet par Jérusalem, passant sans transition de Gaza au Mondial, et de la déconfiture des Bleus à nos banlieues, Finkielkraut, le philosophe tout terrain, mais à la pensée unilatérale, ne pouvait trouver plus belle opportunité que celle offerte par la tragi-comédie footballistique, pour déverser avec gourmandise sa théorie du chaos social au service d’une cause subliminale, toujours en toile de fond, même si elle se joue au Proche-Orient.

La jubilation de Finkielkraut sur les ondes d’Europe 1 est très perceptible lorsqu’il va jusqu’à préconiser la composition de la future équipe de France, en fonction de critères qui lui agréent, du niveau culturel requis, jusqu’au profil type du joueur idéal, plutôt « gentleman » que « voyou, de la génération caillera », les considérations ethnique et religieuse étant clairement citées.

Alors, le fiasco du sport roi suscitera-t-il une levée de boucliers de l’élite pro-sioniste française, se mêlant de tout et à tout-va, prête à enfourcher son destrier pour défendre sa propre chapelle, aussi longtemps que les médias lui prêteront un tel crédit ? L’avenir le dira…

Publicité

commentaires