Les soupes halal de Campbell font bouillir l’islamophobe notoire, Pamela Geller

Quand l’islamophobie s’embourgeoise dans une croisade mondaine en talons aiguilles, toutes griffes dehors,

lundi 25 octobre 2010

Quand l’islamophobie s’embourgeoise dans une croisade mondaine en talons aiguilles, toutes griffes dehors, cela donne le calamiteux spectacle de la passionaria New-Yorkaise, Pamela Geller, constamment à l’affût de l’affaire croustillante qui amènera de l’eau à son moulin incendiaire.

Et c’est peu de dire que la dame ne s’embarrasse pas de la véracité de ses allégations pour monter en épingle tout ce qui a trait à la religion qu’elle abhorre. Une haine devenue sa marque de fabrique, qui a de nouveau vu rouge sur son blog en s’attaquant à la soupe halal vendue au Canada par la firme Campbell.

Insatiable, la pantagruélique extrémiste ne pouvait décemment se satisfaire de son acharnement contre la mosquée près de Ground Zéro, il lui fallait très rapidement occuper le terrain de la diabolisation de l’islam, et c’est chose faite depuis qu’elle a trouvé matière pour son nouveau cri de ralliement : le boycott pur et simple de Campbell, après que la filiale canadienne de cette société américaine eut annoncé la commercialisation au Canada de 15 produits certifiés halal.

Trempée dans l’acide, sa rhétorique électronique, qui a déjà fédéré 3 500 personnes sur Facebook, dénonce la décision de Campbell Canada de confier à l’Islamic Society of North America (ISNA) la certification halal de ses produits, accusant l’ISNA " d’avoir des liens avec le Hamas et les Frères musulmans".

L’ISNA, présentée sur le site internet de Campbell Canada comme « le plus grand organisme religieux, éducatif, sans implication politique et à but non lucratif », comptant plus de 60 000 membres aux USA et au Canada, a immédiatement démenti toute relation avec le Hamas, ou tout autre organisation.

Alors que la firme Campbell s’est contentée de souligner que son choix de certification "aide les consommateurs à faire des choix éclairés", l’ISNA, qui fut lavé de tout soupçon de conspiration par le ministère de la Justice américain en 2007, a retourné la balle à l’envoyeur : "Geller, Spencer et les autres promoteurs de sectarisme conservateur sur l’internet ont de nouveau tenté de confondre le public et de promouvoir des messages antimusulmans au moyen de désinformation et de mensonges patents", a déclaré Sarah Thompson, directrice des communications de l’ISNA.

Mystificatrice née, Pamela Geller a cette fois-ci un peu trop tiré sur la grosse ficelle de la désinformation, mais il y a fort à parier que la fureur sur laquelle elle capitalise cherchera sous peu un nouvel os à ronger, halal cela va sans dire…

Publicité

commentaires