Les foudres des députés de droite se sont abattues sur une lycéenne voilée

Perturbatrice, provocatrice, ostentatoire, anti-républicaine, les députés de droite n’ont pas mâché leu

mardi 17 novembre 2009

Perturbatrice, provocatrice, ostentatoire, anti-républicaine, les députés de droite n’ont pas mâché leurs mots à la vue d’une lycéenne voilée du lycée de Garges-lès-Gonesse dans le haut lieu de la démocratie française, l’Assemblée nationale, jeudi dernier.

Une sortie scolaire organisée par les lycées Jean-Jacques-Rousseau de Sarcelles et Arthur-Rimbaud de Garges-lès-Gonesse, dans le sacro-saint de notre République, qui a viré à la stigmatisation d’une seule élève, dont le signe distinctif, un voile blanc, qu’elle avait eu l’autorisation de revêtir, a fait sortir de leurs gonds des parlementaires cédant à un dénigrement passionnel indigne.

Délaissant leur débat sur le vote du budget, dont une partie était liée à l’immigration, pour jeter l’anathème sur la jeune fille sans la moindre retenue, les élus UMP ont fait l’affligeante démonstration de l’alarmante déviance sectaire dans laquelle s’enfonce notre pays.

« Elle était au premier rang, nous l’avons pris pour une provocation,. Son voile était très ostentatoire, c’était une attitude troublante » a asséné Philippe Goujon, député-maire (UMP) du XVe arrondissement de Paris, tandis que son collègue François Rochebloine, député (NC), invectivait : « Nous nous trouvons dans le haut lieu de la démocratie, des règles doivent être respectées, comme celles de garder le silence et d’avoir la tête découverte », des paroles aussitôt ovationnées par ses pairs.

Il n’en fallait pas plus à l’UMP pour marteler à l’unisson par la voix du député Goujon : « Il faut interdire le port du voile dans l’hémicycle. »

Habituellement, les visiteuses voilées ont toujours été acceptées dans l’enceinte prestigieuse du palais Bourbon. Signe des temps, de sinistre augure, une adolescente voilée s’est retrouvée mise au ban des citoyens par des élus du peuple déchaînés, subissant l’humiliation suprême lorsqu’elle fut prise en photo par une députée UMP, tel un monstre de foire.

« Le débat sur le port du voile dans l’Assemblée est légitime, mais que des députés UMP stigmatisent une jeune fille comme cela, c’est scandaleux ! » a protesté François Pupponi, le député-maire (PS) de Sarcelles, qui avait accueilli dans l’après-midi les élèves de sa circonscription.

Loin d’être anecdotique, cet incident qui a mis en émoi l’aile droite du palais Bourbon reflète une politique dangereusement populiste parce que gouvernée par l’émotionnel.

Publicité

commentaires