La vidéo que le CRIF ne veut pas que vous voyez

Comment instrumentaliser l’antisémitisme en toute circonstance ? La vidéo ci-dessous, extraite d’un lon

par

samedi 20 novembre 2010

Comment instrumentaliser l’antisémitisme en toute circonstance ? La vidéo ci-dessous, extraite d’un long reportage consacré aux brigades anti-criminalité et diffusée mardi dernier sur TMC, illustre la "tentation victimaire" régulièrement défendue par le Conseil représentatif des institutions juives de France. Qu’il s’agisse de la mythomane du RER D en 2004, ou de sa récupération de l’affaire Fofana, le CRIF s’est souvent inscrit dans la concurrence communautaire au point d’être fustigé par des intellectuels éminents de culture juive, comme Alain Finkielkraut, Jean Daniel, Elisabeth Lévy ou Rony Brauman.

"Hausse fulgurante en France d’un antisémitisme rampant, notamment dans les banlieues " : depuis les années Cukierman/Sharon, le mantra d’une propagande permanente - seriné par cette instance politique- qui gagne les esprits. Dans la vidéo, une jeune plaignante va spontanément user de ce stratagème pour adopter la posture de la victime. Les policiers de la BAC, stupéfaits par l’outrecuidance de l’interlocutrice, en resteront sidérés. Gilles-William Goldnadel, nouvel homme fort du CRIF, partisan ultra-sioniste de l’Etat d’Israël et adepte de l’accusation d’antisémitisme à outrance, n’a pas encore fait savoir s’il envisageait de porter plainte contre ces odieux policiers, visiblement antisémites à leur insu.

OBJECT width="470" height="353">

Publicité

commentaires