La sexualité en Islam

Il fallait oser relier l’Islam à la sexualité et à la féminité. On avait jusqu’alors, pris l’habitu

par

lundi 5 mai 2008

La sexualité en Islam

Il fallait oser relier l’Islam à la sexualité et à la féminité. On avait jusqu’alors, pris l’habitude de réunir ces mots pour mieux les opposer. Mais en réalité, seuls ceux qui cherchent humblement à découvrir la teneur de ces trois conceptions, y voient un lien fort et une réelle interdépendance, au-delà des préjugés, des « on-dit » et des tabous.

En effet, n’en déplaise à certains, la religion musulmane reconnaît pleinement l’importance de l’acte charnel dans la vie spirituelle des hommes et des femmes. Elle nous enseigne sans complexe les nécessités, les normes et les règles de conduite qui définissent cette dimension essentielle de l’être humain.

La sexualité est donc loin d’être une affaire « sale » et rien de religieux ne saurait justifier l’ignorance et la méconnaissance de certains musulmans sur ce sujet précis. Par conséquent, comme tout autre fait social, elle doit s’étudier et faire l’objet d’attention, de lectures et de réflexions. Parce que le « besoin de chair » s’impose de lui-même, chacun se doit donc de s’interroger sur sa propre condition et par la suite, éviter les réponses trop hâtives.

Qui suis-je en tant qu’entité sexuée ? Qu’est-ce qu’une femme et qu’est-ce qu’un homme ? Quelles sont les spécificités psychologiques et les caractéristiques physiques propres à chacun ? Quelles sont les perspectives et les finalités du « mariage des corps » et comment se construit à long terme, une sexualité à deux ?

Il est clair que nous ne pouvons répondre à toutes ces interrogations sans mettre en relief les mécanismes naturels, la composition biologique et les différentes approches religieuses, sociologiques et psychologiques qui définissent notre personnalité. Nous y reviendrons donc !

De part notre travail sur le terrain, nous observons que malgré l’omniprésence du sexe dans les médias, de nombreuses questions sur le sujet demeurent. Il s’avère terriblement difficile d’établir un lien direct entre toutes ces données et soi-même. Il semblerait que ce soit encore plus compliqué pour les musulmans, qui porteraient en eux le lourd fardeau de la « honte », héritée, exportée et mal comprise de générations en générations.

Visiblement, la définition exacte de la pudeur « religieuse » s’est perdue au fil du temps, au détriment des traditions et des coutumes locales des pays d’origine. Le glissement des mots a fini par installer la peur, la gêne et le tabou ; ce qui explique pourquoi chez certains, toute discussion en rapport avec la sexualité dérange profondément. Tout plaisir sensuel est alors considéré comme un luxe terrestre, qui n’est réservé qu’aux « autres », les non-musulmans.

Or, cette réflexion est contraire à l’esprit de l’Islam (pourtant mis en accusation). Celui-ci encourage vivement la sensualité dans le cadre du mariage, qui est de fait, considérée comme une aumône mutuelle et est incontestablement le nid de tous les miracles. Nier ce don céleste, qui permet à chacun de transmettre la vie, c’est remettre en cause un des plus beaux « signes » de Dieu et rater une véritable occasion d’émerveillement devant Sa création.

Nous souhaitons donc sensibiliser les musulmans sur cette question et sur l’éducation sexuelle que cela implique, car connaître le fonctionnement de son corps et de sa psychologie est, nous semble-t-il, le meilleur moyen de « s’apprivoiser » et de canaliser la puissance de ses pulsions sexuelles. De plus, nous pensons fermement que le fait de combler ses carences - en termes d’information - permet de limiter les incompréhensions entre les deux sexes et donc, de désamorcer les conflits que la méconnaissance de l’autre peut engendrer.

Nous avons bien conscience des difficultés que génère le fait d’aborder l’intimité des corps, thématique largement exploitée par les marchands d’illusions - cela peut surprendre, voire heurter la sensibilité des plus pudiques. Mais, nul ne saurait nier la nécessité d’apporter des éléments de réponses (et donc un soutien) à ceux qui ont fait vœux de chasteté et de fidélité dans une société où tous les sens sont mis en émoi, où le (semi) nu est omniprésent et où la pornographie est à portée de main. En outre, nous sommes persuadés que la connaissance de son intimité sexuelle s’apprend ! D’abord dans la théorie, ensuite dans la pratique (licite).

C’est donc afin de fournir quelques clefs de compréhension sur ce sujet crucial, pourtant très peu abordé dans les sphères musulmanes, que ce livre est né. A défaut de pouvoir répondre individuellement aux problématiques de chaque musulman, nous souhaitons amener l’ensemble des adolescents comme les adultes, vers une réflexion personnelle et profonde sur les pulsions naturelles de l’être humain (le but étant que chacun inscrive son intimité sexuelle dans un projet de vie serein).

Dans un souci de vulgarisation - qui nous permettra d’approcher le plus grand nombre - nous avons voulu aborder le thème de la sexualité de façon ludique et originale, en mariant les sciences dites « profanes » à la vision islamique du sujet.

L’idée de ce texte est la conséquence d’une absence relative d’un tel écrit sur le marché du livre. Combien de fois nous est-il arrivé de rechercher en vain, des ouvrages pratiques et en rapport avec notre mode de vie !

Certes, dans la plupart des librairies classiques, on y trouve de nombreuses publications spécialisées, traitant de la sexualité moderne au sens le plus large. Cependant, certaines de ses formes actuelles ne correspondent pas à la grille de lecture du musulman (la succession des conquêtes sans « cadre », l’échangisme, la pornographie, l’homosexualité, etc.). De plus, les illustrations et les photographies de corps dénudés, plus ou moins explicites, peuvent gêner les croyants. Nous imaginons aussi que le fidèle recherche une saveur religieuse qu’il ne pourra pas trouver par définition, dans la relative neutralité des écrivains non-musulmans.

Parallèlement, il existe des ouvrages très intéressants sur le « devoir » de sexualité en Islam. Ainsi, de nombreuses références religieuses sur le sujet ont été répertoriées. Cependant, malgré le profond respect que nous vouons à leurs auteurs, nous pensons que ces écrits manquent d’un travail de « réactualisation » : ils donnent parfois l’impression au lecteur d’être éloignés de sa réalité, en abordant par exemple la sexualité uniquement sur le plan législatif (droits/devoirs).

Notre texte est donc la synthèse pratique de ces différents univers. Nous souhaitions qu’il réponde (très) concrètement aux questions (très) pratiques que se posent les musulmans en matière de sexualité. Evidemment, nous encourageons les femmes et les hommes, jeunes et moins jeunes, ensemble ou séparément, à le lire et à engager des discussions entre eux.

La sexualité est en effet l’entreprise de deux individus et il n’y a pas de sexualité épanouie sans échange. Il ne peut donc y avoir de connaissance spécifiquement masculine, ni de connaissance spécifiquement féminine. Il n’y a rien que les hommes doivent ignorer sur leur conjointe, sous prétexte que ce serait un savoir réservé aux femmes… et vis et versa. L’un et l’autre sont concernés… par l’un et l’autre ! Chacun pourra donc réfléchir sur son corps et celui de son partenaire, apprendre à les connaître, les aimer et leur offrir ce qu’il y a de bon pour eux.

Notre volonté est aussi d’accompagner ces musulmans sur le chemin du mariage car, pris entre les préparatifs de la fête, les entretiens familiaux et les petits tracas du moment, beaucoup en oublient de s’intéresser à la rencontre des corps ! Acquérir des notions théoriques sur sa sexualité doit pourtant être l’objet d’un travail sincère, avant et pendant le mariage. Il rassure les (futurs) mariés et permet d’acquérir de la substance pour discuter, argumenter, argumenter, communiquer et dédramatiser « la chose » avec son conjoint.

De plus, les mariés d’aujourd’hui seront les parents de demain et il leur incombera donc de donner une éducation sexuelle globale à leurs enfants le moment venu. Ceci relève tout simplement du bon sens et de la survie des bonnes valeurs transmises.

Et parce qu’il est parfois plus simple de piocher des réponses directement dans un petit livre que d’assumer une discussion face à face, cet ouvrage peut être proposé plus ou moins finement aux adolescents ou aux jeunes adultes, dont l’éducation sexuelle à proprement parlé, a débuté un peu tard.

En effet, si des prémisses pédagogiques en la matière n’ont pas été transmises relativement tôt (discours adapté à l’âge évidemment !), il devient difficile ensuite, d’installer une complicité et une aisance de parole entre parents et enfants. Certains jeunes (pour ne pas dire tous) deviennent alors extrêmement gênés lorsqu’un proche aborde ce sujet. Il est pourtant nécessaire de prendre conscience, d’une manière ou d’une autre, de son corps, de ses attentes, de ce qui est biologiquement normal et de ce qu’il faut religieusement atteindre.

Pour des raisons pratiques (le livre aurait été trop volumineux), nous avons préféré séparer notre travail en deux tomes, le premier sur la sexualité féminine et le second - à venir - sur la sexualité masculine. Cet ouvrage peut être lu d’une traite ou en fragments. Les chapitres peuvent être triés, lus et relus au gré des préoccupations du moment. Ils s’articulent autour d’interrogations pratiques, auxquelles s’ajoutent des réponses simples et claires. Il est évident que le « je » qui interroge dans ce livre, est impersonnel et n’existe pas. Le lecteur seul et dans le creux de son intimité se reconnaîtra dans les réflexions et les sujets abordés.

Certains seront peut-être surpris par le caractère détaillé et explicite de cette étude, mais évoquer la sexualité sans langue de bois, sans détours, sans fausse pudeur, avec un franc parler, nous paraît être le seul moyen d’approcher cette dimension inhérente à l’être humain. Ainsi, le lecteur doit s’attendre à rencontrer des mots relativement connotés, tels que : pénis, vagin, libido, orgasme, pénétration, etc.

De plus, nos réflexions, nous l’espérons, seront dénuées de passion et ne s’inscriront pas sur le registre de l’accusation et du mépris. Certains ont en effet pris l’habitude d’aborder essentiellement la question sexuelle sur ce ton, répétant infatigablement les interdits et les condamnations qui s’en suivent.

Certes, nous ne pouvons traiter de la sexualité en Islam sans en déterminer les limites - nous ne remettons pas ce principe en cause - cependant notre travail ne cherchera pas à incriminer le lecteur plus qu’il n’en faut. Loin de nous l’idée de nous enfermer dans un discours négatif et culpabilisant, qui peut parfois manquer de pédagogie et ainsi provoquer une stagnation, voire un recul spirituel des personnes concernées.

Notons aussi que la plupart de nos observations, fondées sur la biologie par exemple, concernent les hommes et les femmes dans leur essence même - et ce quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses. Quant à l’aspect culturel de la sexualité, nous avons choisi par affinité, de travailler essentiellement sur la référence islamique. Le lecteur ne sera donc pas surpris de voir nos analyses se marier avec le champ lexical du religieux.

Pour finir, nous rappelons par principe notre intention première, même si dans les faits elle relève exclusivement du secret divin. Ce petit traité de gynécologie, sans être totalement exhaustif, a été écrit pour permettre aux jeunes femmes et aux (futures) épouses de se « réapproprier » leur corps, de le connaître, de l’accepter, puis de l’aimer. Il a également été rédigé pour les hommes sensibles et désireux de comprendre les spécificités physiques et psychologiques de leur (future) compagne. Des clés indispensables, nous semble-t-il, pour accéder à une intimité épanouie à deux !

Introduction au livre « le Manuel des corps mariés », Amira Nassi, aux éditions L’éclipse, 2008

Note :

Publicité

Auteur : Amira Nassi

commentaires