Israël saborde un projet palestinien de téléphonie mobile

Tous les moyens sont bons pour annihiler les avancées économiques en Cisjordanie, d’autant plus lorsque l

lundi 5 octobre 2009

Tous les moyens sont bons pour annihiler les avancées économiques en Cisjordanie, d’autant plus lorsque l’enjeu sous-jacent est un rapport des plus dérangeants pour l’image d’Israël : celui du juge Richard Goldstone, qui divulgue les secrets de l’opération israélienne au nom évocateur « Plomb durci », à Gaza.

Ainsi, depuis 2007, l’Autorité palestinienne attend désespérément que l’opérateur de téléphonie Wataniya Mobile, qui est disposé à investir 650 millions de dollars dans son économie et à créer 2 500 emplois, reçoive les fréquences nécessaires pour opérer dans ses territoires occupés.

La mauvaise volonté manifeste de l’Etat juif, qui rechigne à accorder le feu vert indispensable, ressemble fort à un sabotage délibéré d’un projet crucial pour le développement de l’infrastructure civile de la Cisjordanie.

Une stratégie de sape, qui n’a pas échappé à la sagacité de Tony Blair, émissaire spécial du Quartet pour le Proche-Orient, lequel, exaspéré par l’inertie gouvernementale, en a fait ouvertement le reproche au Premier ministre israélien.

C’est le journal Haaretz qui révélera la vraie nature de cette nouvelle guerre psychologique : l’Autorité palestinienne ne se verra pas accorder son sésame, tant qu’elle maintiendra sa requête auprès de la Cour internationale de La Haye, pour que celle-ci se penche sur les "crimes de guerre" commis par l’armée israélienne, lors de la guerre de Gaza, rapport du juge Goldstone à l’appui.

Si, du côté israélien, des sources officielles reconnaissent l’existence d’un tel chantage exercé sur les palestiniens pour les faire plier, le ministre palestinien des télécommunications, Machhour Abou Daqqa, rétorque avec détermination : « Nous persistons, s’agissant du rapport Goldstone qui expose les crimes de guerre, et nous maintenons notre droit à obtenir les fréquences nécessaires pour Wataniya Mobile ».

Mais, face à la tactique du pourrissement appliquée par Israël, une échéance à court terme se profile pour l’Autorité palestinienne, dont les conséquences économiques seraient désastreuses : le 15 octobre, date à laquelle, si le projet de téléphonie mobile est toujours en souffrance, une pénalité substantielle de 300 millions de dollars devra être acquittée à Wataniya Mobile.

Publicité

commentaires