Être musulman

Etre musulman, c’est la quête de l’équilibre, s’ancrer à la jonction du spirituel et du temporel. E

par

jeudi 23 janvier 2003

Etre musulman, c’est la quête de l’équilibre, s’ancrer à la jonction du spirituel et du temporel. Etre musulman, c’est la résistance aux excès, aux abattoirs du fanatisme de même qu’aux séductions du reniement. Etre musulman, c’est se soumettre aux exigences de la raison, se dérober aux facilites de la caricature, aux revendications manichéennes, c’est manifester une intelligence curieuse, emplie de probité, de modestie et soucieuse du vrai. Etre musulman, c’est l’opposition radicale à toutes les formes d’oppressions, d’esclavages, ceux du corps et de l’esprit, c’est figurer auprès des sans-voix, des pauvres, des exclus, des opprimés, des dominés. Etre musulman, c’est s’abreuver à la source des origines tout en affirmant son devenir pluriel. Etre musulman, c’est le refus des dissertations de la haine, c’est démunir le joug de la violence, c’est le combat incessant pour la paix. Etre musulman, c’est desceller ses passions à l’aube de la spiritualité, c’est le pèlerinage douloureux et perpétuel vers la liberté, vers la maîtrise de soi. Etre musulman, c’est s’abâtardir des présomptions de la race, des couleurs, des castes et se décréter homme devant Dieu, homme parmi les hommes, c’est être le ciment d’une seule fraternité, son humanité. Etre musulman, c’est se déshabituer des pesanteurs de l’habitude, se livrer à la contemplation de Ses signes, c’est être le vecteur ébloui de Sa beauté, de la beauté, du miracle d’être. Etre musulman, c’est creuser en soi un sillon afin de nourrir son action du souffle de la parole divine. Etre musulman, c’est faire oeuvre de simplicité, c’est avouer son ignorance, ses faiblesses et pour autant cheminer sur les routes du savoir. Etre musulman, c’est désemparer, c’est libérer son cœur et l’instruire aux dogmes d’une éthique - compassion, aumône, miséricorde, pardon, générosité. Etre musulman, c’est le décret de la parole mystique , c’est le défi d’amour, c’est s’abandonner à l’ordonnance d’un seul impératif, l’Amour, amour de l’infime et de l’infini, amour des êtres, amour de Dieu.

Publicité

Auteur : Umar Timol

commentaires