Dominique de Villepin : sa contre-offensive contre Sarkozy sur l’Afghanistan

A trois jours de l’ouverture d’un procès qui s’annonce retentissant, Dominique de Villepin, l’ancien

vendredi 18 septembre 2009

A trois jours de l’ouverture d’un procès qui s’annonce retentissant, Dominique de Villepin, l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, profite des tribunes médiatiques consacrées à la complexe affaire Clearstream pour lancer une contre-offensive fougueuse contre son détracteur acharné : Nicolas Sarkozy.

L’orateur, qui a défendu avec lyrisme la politique française de non-intervention en Irak dans l’enceinte de l’ONU, déchaînant contre lui l’hostilité manifeste des Sarkozy, Kouchner, Lellouch, Strausskahn et consorts qui aspiraient à un alignement sur l’impérialisme Bushien, affiche aujourd’hui haut et fort sa position sur l’Afghanistan, désavouant sans mâcher ses mots la politique militaire française.

En substance, quelques verbatims extraits de son intervention sur RMC :

  •  « Les occidentaux ont tout faux, et notre politique est mauvaise. Cette guerre d’occupation est immorale et illégitime aux yeux des afghans ».
  •  « Tout cela est mal parti, car il n’y a pas de solution militaire. J’aurais aimé que la France puisse porter ce message auprès de l’administration Obama, qui fait fausse route ».
  •  « Il faut que les occidentaux annoncent leur départ selon un calendrier, qui marquera la volonté de ne pas rester indéfiniment. Les afghans doivent reprendre leur destin en main, avec le soutien des occidentaux mais en dehors de toute ingérence militaire ».

    Une clairvoyance à contre-courant, hélas brouillée par un règlement de compte de politique politicienne aux méandres tortueux.

  • Publicité

    commentaires