Caricatures du Prophète : le mea culpa tout en nuance d’un quotidien danois

Premier grand pas vers un apaisement salutaire des esprits, le quotidien danois Politiken inaugure une nouvell

dimanche 28 février 2010

Premier grand pas vers un apaisement salutaire des esprits, le quotidien danois Politiken inaugure une nouvelle ère : celle des excuses présentées à la communauté musulmane pour l’avoir offensée en parodiant grossièrement celui que l’on n’incarne pas.

Dans une sorte de pacte de la réconciliation scellé avec 8 organisations, représentant près de 95.000 descendants du Prophète dans 8 pays (Egypte, Libye, Qatar, Jordanie, Arabie saoudite, Liban, territoires palestiniens, Australie), le journal du centre-gauche a fait acte de contrition, tout en s’octroyant, la nuance est d’importance, le droit de publier à nouveau ces dessins corrosifs de la désunion nationale, et au-delà…

Pris entre deux feux, celui du ressentiment légitime de musulmans pour qui la liberté d’expression a un arrière-goût de racisme en toute liberté, et celui des irréductibles de la liberté de repousser toujours plus loin les limites de « l’islamiquement incorrect », le quotidien est aujourd’hui vilipendé par une grande partie de la classe politique danoise, protectrice de la liberté d’ironiser de tout.

De son côté, la corporation journalistique s’est jointe au concert de critiques, alors que deux quotidiens célèbres, Jyllands-Posten et Berlingske Tidende, ont toutefois annoncé qu’ils ne se prêteraient plus à cet exercice périlleux de l’art caricatural.

Et si les véritables prophètes de malheur étaient ceux-là même qui jouent la perfide partition des Cassandre de la liberté d’expression ?

Publicité

commentaires