in

USA : la « no-fly list » a interdit d’entrée un américain musulman

Sa classification obscure peut frapper à tout moment, fichant et « blacklistant » à tout-va, souvent abusivement, malencontreusement, en oubliant même de retirer des noms de personnalités décédées, tel feu Saddam Hussein, la très mystérieuse liste de surveillance anti-terroriste aux Etats-Unis continue d'agir tapie dans l’ombre et de manière kafkaïenne.

Répertoriant un million de noms, dont 50 000, étiquetés indésirables, sont interdits de vol, la « no-fly list », qui n’a cessé de s’allonger depuis l'attentat avorté sur un vol Amsterdam-Detroit en décembre 2009, a récemment ressurgi, condamnant à l’impossible retour au pays Saadiq Long, un vétéran de l’air américain, de confession musulmane, installé au Qatar.

Natif de l’Oklahoma, cet afro-américain de 43 ans, qui a servi loyalement pendant 10 ans dans l’US Air Force, souhaitait se rendre au chevet de sa mère souffrant d’une grave insuffisance cardiaque, sa dernière visite remontant à 2001. C’est la veille de son départ que la terrible sanction est tombée,  le plongeant dans la stupeur et le désarroi : son nom figurait, à son insu, dans la « no-fly list », une marque au fer rouge qui brisait à jamais son rêve de serrer sa mère dans ses bras.

Publicité

Après avoir bataillé pendant plus de six mois, bloqué au Qatar, pour comprendre les motifs qui ont incité l’administration américaine à le ranger dans cette liste noire, arguant de son innocence, rien n’y a fait, le veto américain était irrévocable.

Il aura fallu toute la force de persuasion des représentants musulmans de l’Oklahoma affiliés au  Conseil des Relations américano-islamiques (CAIR) pour faire revenir les services de renseignement à de meilleurs sentiments, et démêler un imbroglio politico-juridiciaire sans fondement.

"Je ne comprends pas comment le gouvernement a pu me priver du jour au lendemain  de mon droit de voyager, sans même me tenir informé", a déclaré, très affecté, Saadiq Long, qui était attendu sur le sol américain le 19 novembre dernier. Ses soutiens très actifs du CAIR se sont réjouis de cet heureux dénouement : "Nous nous félicitons de l'évolution positive dans ce cas précis et nous espérons que M. Long, à l'avenir, ne sera pas confronté à de nouvelles difficultés bureaucratiques quand il retournera dans son pays natal", a déclaré le directeur exécutif Adam Soltani.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Mohamed Morsi renforce ses pouvoirs au grand dam de l’opposition égyptienne

Des fouilles pour en savoir plus sur les premiers musulmans d’Amérique