in ,

Une start-up sur trois est créée ou dirigée par une femme dans le monde arabe

Une start-up sur trois est créée ou dirigée par une femme dans le monde arabe.

Une start-up sur trois est créée ou dirigée par une femme dans le monde arabe.Le saviez-vous ? Une start-up sur trois est créée ou dirigée par une femme dans le monde arabe.Mieux encore, ce pourcentage qui brise les préjugés est plus élevé que dans la Silicon Valley !

Publiée par Oumma.com sur Jeudi 26 juillet 2018

Le saviez-vous ? Une start-up sur trois est créée ou dirigée par une femme dans le monde arabe. Mieux encore, ce pourcentage qui brise les préjugés est plus élevé que dans la Silicon Valley ! Le Moyen-Orient doit désormais compter avec cette nouvelle génération de femmes entrepreneurs, hautement éduquées, créatives et pleines de ressources.

Elles pulvérisent les plafonds de verre du Numérique et de l’Internet, diplômées ès STEM pour la plupart d’entre elles (Science, Technology, Engineering, Mathematics). Basée à Dubaï, Womena est une plateforme d’investissements qui promeut l’inclusion dans le High Tech. Elissa Freiha, sa co-fondatrice, croit au potentiel des femmes arabes :« Elles mènent des combats dans la société qui font leur force. Elles peuvent faire de formidables chefs d’entreprise et de futurs leaders pour la région ».

Parmi les figures de proue de cette véritable révolution socio-culturelle, Sheikha Lubna Al Qasimi, ingénieure et première femme ministre aux Emirats arabes unis, est souvent citée en exemple. Elles ouvrent la voie du Numérique et sont une grande source d’inspiration, les femmes du monde arabe impriment leur marque sur l’univers des start-ups !

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. La voie de l’émancipation des femmes comme, plus largement, celle de l’émancipation des peuples passe-t-elle par la création de petites entreprises privées à la marge et qui ne pourront échapper tôt ou tard au processus de concentration capitalistique mondialisé imposé par le système dominant basé sur l’usure et la spéculation ? La solution n’est-elle pas à chercher plutôt dans l’élaboration d’une forme évoluée d’appropriation collective des moyens de production, de création et d’échanges dont les principes islamiques dessinent les fondements ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour le Dr. Samah Jabr : “Les Palestiniens ne renonceront jamais à leur terre”

Al Quaraouiyine, la plus ancienne université du monde fondée par une femme