in

Une photo rare d’un soldat musulman, cavalier dans l’armée française, en train de prier dans l’Oise en 1916

En ce samedi 11 novembre où la France commémore l’armistice de 1918, signé dans la clairière de Rhetondes, en forêt de Compiègne (Vosges), qui marque la fin de la “Grande Boucherie” que fut l’apocalyptique Première Guerre mondiale, nous publions à nouveau la photo rare d’un spahi algérien qu’il serait bon, en ces temps tumultueux, de diffuser très largement.

A l’occasion de la célébration du centenaire de l’enfer de la bataille de Verdun ((21 février-19 décembre 1916), Kamel Mouellef, arrière-petit-fils d’un tirailleur algérien mort au front en 1918 et auteur de deux BD qui rendent hommage au sacrifice des tirailleurs nord-africains et africains engagés dans l’armée française, lors des deux tragédies mondiales, nous a transmis cette photo, belle et rare, d’un spahi algérien en train de se recueillir dans l’Oise, en 1916.

Les spahis étaient des soldats d’unités de cavalerie appartenant à l’Armée d’Afrique qui dépendait de l’armée de terre française. Un 5e régiment de spahis algériens fut créé lors de la mobilisation générale d’août 1914. Les spahis algériens furent envoyés au front dès le déclenchement des hostilités.

Une parenthèse spirituelle sur un champ de bataille mortifère, d’une grande valeur historique.

 

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. J’ai ,aussi , vu une photo (Paris math 1961) qui montre un baroudeur nord Africain blessé (deuxième guerre) avec un tatouage sur la poitrine : “pas de chance”.
    Que voulait dire cet homme , on le saura jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les musulmans peuvent prier dans les églises et les synagogues, selon un savant saoudien

La venue de Will Smith en Jordanie pour tourner Aladdin suscite l’engouement général