in

Une militante féministe saoudienne emprisonnée à Djeddah pour “insulte à l’islam”

Comment bâillonner une militante saoudienne de premier plan pour les droits des femmes, si ce n’est en la réduisant au silence derrière des barreaux qui la privent de liberté, tel est le sort enduré depuis quatre jours par Suad Al Shamari, interpellée et jetée en prison le 1er novembre, pour ses tweets jugés irrévérencieux et contestataires au royaume qui ne badine pas avec la liberté de tout dire…

Cette pasionaria du féminisme, co-fondatrice d’un groupe de défense des droits, qui en avait récemment appelé à la magnanimité du souverain omnipotent, le roi Abdallah, afin qu’il relâche deux femmes tombées aux mains de la redoutable police religieuse pour avoir pris un taxi conduit par un homme, n’est pas disposée à taire la répression qui essaie de briser sa résistance.

Depuis son lieu de détention à Djeddah, Suad Al Shamari accuse les autorités saoudiennes d’écraser toute dissidence, rappelant avec effroi la terrible sentence infligée à Raef Badawi avec qui elle a créé le réseau libéral d’Arabie saoudite, condamné en septembre à une peine de 10 ans de prison ferme pour "insulte à l’islam », assortie d'un châtiment d'un autre âge :  1 000 coups de fouet.

Adepte de Twitter où ses clics égratignent le vernis des hauts dignitaires religieux, Suad Al Shamari avait dernièrement posté des photos d’un homme embrassant la main d'un éminent théologien, à la barbe fleurie, avec cette remarque acerbe : "Remarquez la vanité et l'orgueil sur son visage quand il trouve un esclave pour lui baiser la main."

Marquée au fer rouge de « l’immoralité et de la mécréance », pour ce tweet qui a manifestement été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase autocratique, Suad Al Shamari est sous le coup du même chef d’inculpation que son compagnon de combat Raef Badawi : « insulte à l’islam ». Une accusation qui n’étonne plus personne dans et hors les frontières saoudiennes, car elle tombe comme un couperet sur tous ceux qui, comme elle, luttent obstinément pour la défense des droits humains et plaident sans relâche pour des réformes pacifiques et impérieuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les forces de sécurité israéliennes pénètrent sur l’esplanade des Mosquée à Jérusalem (vidéo)

« Jérusalem : vers la troisième intifada ? »