in

Une chaîne satellitaire internationale pour éradiquer l’islamophobie

Et si l’on choisissait de combattre le vecteur de haine qu’est l’islamophobie par un vecteur télévisuel, intelligent et intelligible, à la portée planétaire ? Si l’on  pulvérisait  le prisme de la désinformation occidentale en lui renvoyant le  reflet pur de  l’information islamique,  éclairée et indiscutable ? Si l'on décidait de prendre cette tyrannie intellectuelle à son propre jeu, afin de faire jaillir la lumière ?

L’idée a fait son chemin parmi les 57 ministres de la Communication des pays membres de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), très inquiets devant l’expansion du phénomène, et qui ont choisi d’éradiquer le mal à la racine en créant une chaîne de télévision satellitaire islamique. Telle une parade médiatique imparable, le racisme anti-musulman primaire, banalisé et instrumentalisé selon de noirs desseins, trouvera sur son chemin un grand média qui ripostera en lui opposant l’universalité de l’islam et la quintessence de son message, porteur de paix.

Réunis à Libreville, au Gabon, vendredi 20 avril, les différentes personnalités membres de l’OCI ont entériné ce projet phare, érigé en priorité absolue, même si pour l’heure il est encore au stade embryonnaire.  Une rencontre à Jeddah, en Arabie Saoudite, devrait être programmée très prochainement afin de définir les modalités de cette grande réalisation télévisuelle, notamment quel sera le pays d’accueil de la future télévision, quelles seront les sources de financement, sans oublier le calendrier de lancement et les équipes qui s’y attelleront.

Un point est d’ores et déjà clairement défini : le contenu éditorial de la chaîne visera à contrecarrer la malhonnêteté intellectuelle des médias occidentaux. "On fait face à une islamophobie généralisée", déplore Mehal Nacer, ministre algérien de la Communication. "Il faut bien que les pays musulmans puissent mettre en place un dispositif pour pouvoir riposter à toutes ces attaques contre l’islam et les musulmans", a-t-il insisté auprès de RFI.

De son côté, Issa Tchirouma Bakary, son homologue camerounais, s'est félicité de cette initiative, aussi impérieuse que salutaire : "C'est par l’information qu’on veut diaboliser l’islam. Il faudrait que par l’information, en utilisant les mêmes armes, on donne l’information vraie, l’information juste, l’information de l’amour", a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Présidentielle : Marine Le Pen, grande gagnante du premier tour ?

Campagne sur internet contre le niqab en Tunisie