in

Un secouriste belge suspecté de “terrorisme” après s’être porté volontaire au sein de la Croix Rouge pour participer à des matches de foot

En ces temps où l’agitation est extrême, les esprits en surchauffe, et le délire à son paroxysme, il est des vocations, nées pendant l’enfance, qu’il ne fait pas bon réaliser à l’âge adulte, quand un nom à consonance maghrébine suffit à contrarier un rêve de carrière plein de noblesse, et pire encore, à rendre suspect celui qui était en passe de le toucher du doigt…

Telle est l’affligeante réalité qui a fait brutalement descendre de son petit nuage, et sans palier de décompression, Abdelrahim, un jeune belge de 29 ans, au demeurant fort méritant et honorable, dont l'aspiration à devenir ambulancier a donné lieu à une descente de police à son domicile, le figeant sur place en brisant net ses illusions de petit garçon.

Dans la Belgique de 2015, l’incroyable affolement des forces de l’ordre – aisément transposable dans notre douce France d’aujourd’hui… – , autour de ce secouriste breveté de la localité d’Ans, au seul motif qu’il souhaitait intégrer la Croix Rouge comme volontaire, n’augure rien de bon en ce début d’année hystérisée, où la répression policière frappe aveuglément dans une société en proie à la déraison et la délation.

"Les policiers ont frappé à ma porte, ils étaient armés. Je suis sorti de ma chambre, j’ai été braqué. Je me suis mis à genoux et j’ai levé les mains en l’air. J’étais sous le choc, je n’avais jamais vu ça ! Je vis la stigmatisation depuis mon enfance. Mais je ne m’attendais pas à ça…", a-t-il relaté aux médias locaux, en précisant que la raison de cet ahurissant déploiement policier est à trouver du côté de la Croix Rouge.

"En octobre, j’ai passé le BEPS. J’ai enchaîné avec le brevet de secouriste en novembre. J’ai réussi avec 82 %. Vous savez, je m’investis beaucoup dans cette formation. Ambulancier, c’est un objectif que j’ai à l’esprit depuis plusieurs années. Je savais qu’il me restait la formation TMS (Transport Médico-Sanitaire) pour y parvenir.  J’ai donc pris rendez-vous avec une dame de la Croix Rouge avec qui je devais avoir un entretien", a-t-il poursuivi, en indiquant qu’il s’était porté tout naturellement volontaire pour participer à des matches de foot caritatifs, en grand amateur du ballon rond qu’il est. 

Bien mal lui en a pris, puisque cette démarche spontanée, et animée des meilleures intentions du monde, a éveillé la suspicion de la jeune femme qui l’a reçu… En guise de réponse, Abdelrahim a eu la désagréable surprise de voir la police débouler chez lui un dimanche matin, à l’aube : "J’ai été interrogé seul, dans ma chambre, par un policier qui m’a demandé ma tenue de volontaire. Mais je n’ai pas encore effectué de mission, je n’ai pas d’uniforme. Et ce que je n’ai pas non plus, c’est un casier judiciaire ! Je suis un garçon honnête qui veut y arriver dans la vie. Je suis musulman, et je condamne les attentats terroristes ! On dit qu’il ne faut pas stigmatiser, mais c’est ce qui arrive… À plusieurs reprises, j’ai répété à la police que j’étais secouriste, pas terroriste", se défend-il avec force.

De la force, il en a fallu à Abdelrahim qui, à peine remis de ses émotions, entendait la police judiciaire frapper à sa porte, quelques jours après la première intervention fracassante, pour l’interroger sans ménagement au sujet de la plainte émanant toujours de la même jeune femme, laquelle prétendait avoir été menacée à son domicile. Là encore, il avait tout du coupable idéal…

L’épidémie de l’islamophobie pathologique se propage par-delà des frontières européennes très poreuses en la matière, comme en a témoigné ce jeune belge profondément marqué et blessé, qui continue de s’accrocher à son rêve malgré tout, en signe de résistance contre tous ceux qui voudraient lui interdire de nourrir des projets d’avenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Grenoble: les musulmans distribuent des centaines de roses pour délivrer un message de paix et de tolérance (vidéo)

DSK, devant la justice pour proxénétisme aggravé (vidéo)