,

Un Musée des civilisations de l’islam s’apprête à accueillir le grand public en Suisse

En gestation depuis plus de 15 ans chez nos proches voisins helvètes, un projet muséographique d’envergure, entièrement dédié aux civilisations de l’islam, a pris corps dans un site d’exception, en plein cœur de Chaux-de-Fonds, une localité située dans le canton de Neuchatel, et va bientôt prendre vie, le 27 mai prochain, en dévoilant au grand public ses immenses espaces d’exposition qui font la part belle au High Tech.

Alors que la cérémonie officielle du coupé de ruban approche, l’effervescence règne dans les 750 m² du Musée des civilisations de l’islam (Mucivi), Nadia Karmous, la directrice des lieux et présidente de l’Association culturelle des femmes musulmanes, veillant aux derniers préparatifs avec l’œil de l’experte qu’elle est, tout en faisant abstraction du climat de défiance qui pollue l’air extérieur jusqu’au Grand Conseil neuchâtelois, attisé par l’extrême droite suisse, l’UDC. Ses leaders fulminants, qui n’ont pas leur pareil pour semer le trouble et la confusion dans les esprits, pointent en effet du doigt l’existence d’une salle de prière, ainsi que d’une piscine aux horaires aménagés pour les hommes et les femmes, criant au « prosélytisme » pour saborder une grande réalisation d’utilité publique.

Aux violents coups de boutoir des ultras du nationalisme et islamophobes patentés, Nadia Karmous, qui veut faire confiance à l’intelligence et à la soif de connaissances du public sur l’islam, par-delà les calomnies qui en dénaturent l’humanisme et l’universalisme, répond en louant la vocation moderniste, positive et pédagogique de ce musée unique, aux grandes ambitions, promeut ses six ambiances contrastées à travers lesquelles les visiteurs sont conviés à remonter le temps jusqu’à la naissance de la religion musulmane, et est intarissable sur ses richesses insoupçonnées, tant patrimoniales, scientifiques que philosophiques, qui en émerveilleront plus d’un.

« Un islam empreint de bonté, de respect et de tolérance, un islam qui se pratique en toute simplicité, avec amour et bonheur », insiste-t-elle, ajoutant : « Le Mucivi, c’est aussi une déclinaison des possibles, une diversité des pratiques de musulmans au fil de l’Histoire. Il est une porte d’entrée pour quiconque voudrait en savoir un peu plus, faire connaissance, partager, échanger des idées et des points de vue différents, voire opposés. »

Tandis que l’UDC s’emploie à jouer les trouble-fête à la veille d'une inauguration en grande pompe, instillant la suspicion sur les réelles visées du Mucivi, décrit comme le cheval de Troie de l’islamisme avancé dans une place forte européenne par ses mécènes du Golfe persique et d’Arabie saoudite, l’Institut culturel musulman de Suisse, qui a porté le projet pendant plus d’une décennie, valorise un extraordinaire lieu d’ouverture et d’échanges qui n’aspire pas à convertir des brebis égarées mais à exhumer des pans entiers d’une civilisation flamboyante et florissante, injustement méconnue, qui n’a d’obscurantiste que les oubliettes de l’histoire dans lesquelles elle a été reléguée.

Le trio mandaté pour l'élaboration du musée est composé d'Olivier Schinz, conservateur adjoint du Musée d'ethnographie à Neuchâtel, et des architectes spécialisés Baptiste Rothen et Sébastien Guenot. En plus des salles pour l'exposition permanente et les expositions temporaires, le Mucivi comprendra une vaste bibliothèque de 20 000 ouvrages, des salles spacieuses de conférences, une boutique, et abritera des ateliers et des tables rondes.

 

De gauche à droite: Israh Beghriche, secrétaire générale de l’Institut culturel musulman de Suisse, l’architecte Ziad Kazan et Olivier Schinz, muséologue du Mucivi et conservateur adjoint au Musée d’ethnographie de Neuchâtel.

Le Mucivi en images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sevran : le Molenbeek français ? – Désintox – ARTE

Mosquée incendiée à Ajaccio : “On est obligé de prier dehors”